Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


15 jours après le gel, on a compté les bourgeons. Le point dans le vignoble

Les saints de glace (du 11 au 13 mai) se terminent. Ces trois dates marquent la fin des risques de gel. Le froid à répétition a fait beaucoup de mal au vignoble une nouvelle fois cette année. En dix jours, entre le 19 et le 29 avril, le département a connu cinq nuits de gel, jusqu'à – 4°. Du jamais vu depuis 1945.



Il y a ceux qui sont passés à côté... Et ceux qui ont vu leurs récoltes décimées. Certains ont su se prémunir comme à Bourgueil où on se satisfait d'avoir investi collectivement dans des techniques de lutte contre le gel. D'autres s'en veulent d'avoir travailler le sol ou d'avoir pliés les baguettes quelques jours avant les vagues de froid.

Des zones diversement touchées

L'année passée, les conséquences financières du gel avaient été estimées à 250 millions d'euros pour le vignoble de Loire. Elles devrairnt être un peu moindre cette année. La partie la plus touchée est le Muscadet qui annonce une récolte perdue à plus de 80%, tout comme Savennière. En Touraine Amboise, 50% de la récolte de aurait été touchée. Dans le Layon des communes, les vignes situées sur les communes de Saint-Lambert du Lattay, Rochefort-sur-Loire ont gelé à 50%. Dans le Saumurois, c'est le secteur de la Vienne Saumuroise et celui de Saumur Champigny qui a le plus souffert. La partie haute du vignoble entre Turquant et Saumur, réputée non gélive, a été victime des vents d'Est du 19 avril. Toutes les exploitations sont touchées entre 10 et 60%. Surtout celles situées dans la vallée de Varrains à Saint-Cyr-en-Bourg. Globalement, le syndicat des vins estime la perte de récolte à 30%. Certains vignerons se sont battus avec des bougies et feu de round-ballers les mercredi 26, jeudi 27 et vendredi 28 avril, mais ont été surpris pas le froid du samedi 29 qui n'était pas annoncé. À Bourgueil, après une année presque sans récolte, on annonce 25% de perte comme à Chinon. C'est Saint Nicolas de Bourgueil qui semble le moins touché avec 15% de perte escomptée.

Les vignerons mesurent désormais le chemin qui reste à parcourir pour réduire les risques à des proportions acceptables. Ainsi en Touraine, le président de Région a rencontré les professionnels pour voir comment fonctionner pour limiter les risques. En Maine-et-Loire, pour le moment, aucune étude ni regroupement n'est encore envisagé.


Article du 15 mai 2017 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI