Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Saumur. Rythmes scolaires : 4 jours ? 4 jours et demi ? À Saumur, on attend de voir...

Selon le projet de décret du nouveau ministre de l’Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer, les communes qui le souhaitent pourront repasser à la semaine de 4 jours, dès la rentrée 2017. Néanmoins, les communes satisfaites des rythmes scolaires actuels pourront les conserver et rester sur une semaine de 4 jours et demi. À Saumur, l'heure est à l'analyse... La Ville attend en effet de voir si l'État poursuit ses engagements en faveur des activités périscolaires, avant de prendre une décision...



Le projet de décret du nouveau ministre de l’Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer, prévoit le retour à la semaine de 4 jours pour les communes qui le souhaitent. Le texte est soumis à un vote consultatif, ce jeudi 8 juin 2017, au Conseil Supérieur de l'Éducation (CSE). Toutefois, si les rythmes scolaires actuels conviennent aux communes, elles pourront conserver le système de la semaine à 4 jours et demi.

Quel choix pour la Ville de Saumur ?

Christophe Cardet, délégué à l'éducation, à l'enfance et à la jeunesse à la Ville de Saumur, n'était pas vraiment étonné d'être interrogé à ce sujet : « Je n'ai pas encore appelé le ministre », plaisante-t-il, « mais la Ville de Saumur, dans tous les cas, n'a pas attendu cette annonce pour y réfléchir en amont. Nous avons commencé à nous interroger lors de la campagne d'Emmanuel Macron pour la présidentielle. Cette réforme faisait partie de son programme. Ce qui est certain, c'est que la Ville de Saumur conserve le rythme scolaire actuel de 4 jours et demi pour l'année scolaire 2017-2018 ». Une année de transition ? « Une année de réflexion, plutôt. Nous allons surtout voir si l'État poursuit son effort financier au niveau des AEP (ndlr : Activités Éducatives et Périscolaires) ». Un soutien financier qui est d'ailleurs compris entre 70 000 et 80 000 euros pour la Ville de Saumur, pour chaque année scolaire.

« L'État va-t-il continuer à aider les communes qui conservent la semaine de 4 jours et demi ? »

Depuis la rentrée 2015, l’État verse en effet un fonds de soutien à toutes les communes pour les écoles maternelles et élémentaires publiques ou privées sous contrat, ayant mis en œuvre la réforme et pour lesquelles les activités périscolaires sont organisées dans le cadre d’un projet éducatif territorial. Un soutien financier qui est versé dans le cadre du PEDT, le projet éducatif territorial. Le soutien financier de l’État, assuré depuis 2013, est pérennisé... pour le moment. C’est un effort financier de l’ordre de 400 millions d'euros pour chaque année scolaire. Pour Christophe Cardet, il s'agit d'un principal point d'interrogation : « Nous allons attendre que l'année scolaire 2017-2018 se passe pour prendre une décision, entre la semaine de 4 jours et celle de 4 jours et demi. Si nous conservons le rythme actuel, il faut que l'État puisse poursuivre ses aides financières pour les AEP. Pour le moment, les communes ont le choix. Mais si ces aides sont supprimées, nous n'aurons plus le choix. Il sera alors impossible pour les communes de supporter le coût des activités périscolaires. Les AEP, pour les communes, ce sont aussi des salaires à verser aux associations ».

La Ville de Saumur satisfaite, tout de même, de pouvoir participer au débat

Si l'argent est important, la fatigue de l'enfant est tout de même le sujet prioritaire pour Christophe Cardet : « Le principe même du PEDT, c'est l'intérêt de l'enfant. Après, les professionnels des rythmes de l'enfant sont assez partagés... Certains vous diront que la pause du mercredi est essentielle pour les petits, alors que d'autres vont expliqueront qu'il vaut mieux une grosse coupure le week-end ». Si Christophe Cardet reproche au gouvernement de ne pas avoir réalisé « d'analyses dignes et sérieuses » sur la question des rythmes scolaires, il reconnaît tout de même que c'est une chance pour les communes d'avoir son mot à dire. « Jean-Michel Marchand (ndlr : le maire de Saumur) est lui aussi satisfait que les communes participent à la question des rythmes scolaires. En tant qu'ancien professeur des écoles, c'est important pour lui. Comme je le répète toutefois, le gouvernement laisse le choix pour l'année scolaire 2017-2018, mais en sera-t-il de même pour les années suivantes ? ». Le dernier élément à ne pas occulter, selon Christophe Cardet, c'est le transport : « Avec un passage à 4 jours et demi, il faudrait revoir le réseau Agglobus ».


Article du 08 juin 2017 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :

09/06/2017 08:16:35 Commentaire de décidez...

Que ce passe t-il ? Le conseil des sages n'a pas d'avis ! Sérieusement, surtout ne pas décider, c'est vraiment le leitmotiv de cette municipalité, franchement on se fout du monde, "Nous allons attendre que l'année scolaire 2017-2018 se passe pour prendre une décision", et il va se passer quoi pendant cette année de nouveau pour reporter encore, les 4 jours et demi font ch... les parents et les gosses, ils ont qu'à mettre les TAPs le mercredi matin et laisser le choix aux parents de les mettre ou pas.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI