Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Delpeyrat-Thouars dans la tourmente

Après la vente des usines de Chinon et d’Agen en 2015, la maison Delpeyrat se trouve une nouvelle fois au cœur de la tourmente, « cette fois-ci » du côté de Thouars. Le souvenir de l’éviction de cinquante-huit des quatre-vingt-six salariés Thouarsais à peine effacé, la branche du traiteur spécialisée dans le saumon et la volaille replonge au plus profond de ses doutes…


Il aura suffi de quelques mots pour mettre le feu aux poudres de l’entreprise Delpeyrat. Dans un entretien donné à la Nouvelle République, le directeur des ressources humaines du groupe, Jean-Baptiste Pezet, ne pensait sans doute pas lâcher une bombe en disant qu’il comptait passer à Thouars échanger avec ceux qui souhaiteraient partir. Malheureusement pour lui, cette information n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Et les paroles du DRH n’ont sans doute pas été interprétées tel qu’il le voulait.

La MVS au centre des des inquétudes

La cause du problème, c’est la MVS (mobilité volontaire sécurisée). Ce principe prévoit que tout salarié ayant travaillé minimum deux ans dans une entreprise de plus de trois cent personnes, peut, en accord avec son patron, exercer autre part. Pendant une période déterminée avec son supérieur, le salarié conserve tout de même la possibilité de revenir dans son entreprise d’origine. Et la direction de Maïsadour, propriétaire de Delpeyrat, exercerait une pression sur ses salariés afin qu’ils quittent la maison en activant la MVS pour tirer profit de cette mobilité et dissimuler une probable fermeture de l'usine thouarsaise.

Un avenir plus qu’indécis

Les salariés Delpeyrat-Thouars semblent bien se diriger vers une nouvelle désillusion. Le traiteur, dont le siège se situe dans les Landes à Saint-Pierre-du-Mont prévoirait bien une nouvelle décimation de son effectif. En effet, la direction du groupe envisage de stopper les expéditions de saumons et de volailles. Pour les saumons, la dernière expédition devrait avoir lieu le 16 septembre. Côté volailles, le sort qui se profile semble le même, juste quelques mois plus tard en 2018. L’avenir de Delpeyrat-Thouars demeure en suspens et il en va de même pour celui des salariés. La direction nie pourtant le fait qu’une fermeture de l’usine est plus que concevable.
La branche thouarsaise du traiteur subsistera-t-elle encore longtemps ?

Article du 01 juillet 2017 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI