Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



In Terra, après le succès de Trélazé. Que va devenir la comédie musicale ? ITV

Deux ans de travail ont été nécessaires à Arnaud Guille pour écrire, créer et monter la comédie musicale « In Terra, de Roche et de Roses ». Deux représentations en mai aux Arènes de Douée la Fontaine et ce fut l'apothéose dimanche 2 juillet à l’Arena Loire de Trélazé. Plus de 1 200 spectateurs ont assisté à la représentation de la comédie musicale, inspirée des sites troglodytes du Saumurois. Arnaud Guille a répondu à nos questions sur le devenir de son spectacle.




Après ce beau succès, à l'Aréna Loire, qu'est-ce qu’on ressent ?
AG : "Je suis bien entendu très fier que ma comédie musicale rencontre un tel succès auprès du public. Je suis également très heureux qu’elle ait pu aboutir, car ce n’était pas joué d’avance, malgré ma très grande détermination. J’ai beaucoup travaillé pour ça et j’ai eu beaucoup de chance d’avoir pu réunir l’équipe qui entoure désormais ce spectacle. Cette production n’aurait pu se faire sans l’apport de chacun et sans l’aide précieuse de nos partenaires."

Dans ce parcours de deux ans, quel aura été le plus beau moment ?
AG : "Il y en a eu plusieurs, à commencer par la découverte des premières compositions musicales
des chansons auxquelles j’ai attaché beaucoup d’importance. Ce qui est une évidence pour une comédie musicale. Les compositeurs ont bien saisi ce que je souhaitais entendre sur les textes que je leur ai envoyés. Les chansons sont d' abord connues avant les spectacles eux-mêmes. Je n’ai pas tout à fait procédé ainsi, car j' ai souhaité aussi mettre en avant l' idée générale de In Terra" et son ancrage sur notre territoire. Le jour du tournage du clip vidéo de la première chanson, « Nous sommes » reste également dans ma mémoire. C’est à ce moment-là que j’ai senti que l’aventure était lancée et que coûte que coûte, j’irai jusqu'au bout. J’ai senti une vraie troupe se constituer entre les artistes, les techniciens, les maquilleuses et les décorateurs. Leur travail m’a conforté, comme celui d'Aurélie Derussé, à qui j'ai fait entièrement confiance pour la création de la mise en scène du spectacle. J’ai beaucoup de chance de les avoir avec moi, tant au niveau professionnel qu’humain.
La bonne entente dans un groupe est une chose à laquelle je veille particulièrement.
La nôtre se voit et le public venu voir le spectacle l’a ressenti. Enfin, le moment que j’attendais est arrivé : celui de la scène. J’avais foi en mon équipe. De ce côté là, je savais que c’était du solide. J’avais hâte d’entendre le retour du public venu assister aux Premières à Doué la Fontaine. Ce sont eux qu’il faut écouter en priorité. C’est pour eux que nous créons des spectacles et jouons sur scène. Toute l’équipe était à 100 %, nous avons donné le meilleur.
Enfin, le fait qu’In Terra fasse partie de la programmation du festival estival de Trélazé est une étape importante pour nous. C’est la reconnaissance de notre travail. Monsieur Claude Henri Selles, directeur du festival, qui connaissait déjà mon parcours, avait été séduit lors de la présentation d’In Terra dans les caves de La Maison Veuve Amiot qui nous soutien depuis le début. Par la suite, il nous a proposé de nous produire durant ce bel évènement à l’Arena Loire. Ça nous a mis un peu la pression, car il nous a fallu préparer une version adaptée en salle. Et celle-ci est très grande. Ils m’ont fait confiance et je les en remercie encore vivement."

Il y a eu des moments difficiles aussi, j'imagine ?
"Oui quelques-uns, car j’ai dû faire beaucoup de choses par moi-même pour qu’in Terra puisse voir le jour. Notamment toute la logistique, la recherche de financements, convaincre les personnes susceptibles de pouvoir nous aider, la recherche d’artistes. Heureusement, j’ai été largement épaulé par ma famille et des amis. Sans oublier les membres de l’équipe du spectacle. Beaucoup de gens ont cru en mon projet, notamment les partenaires qui, au-delà de leur apport financier ou matériel, nous soutiennent fortement de toutes les manières possibles. Je tenais à ne pas les décevoir et à ne pas décevoir également ceux qui m’ont suivi dans la réalisation de ce projet."

Comment allez-vous faire pour faire perdurer cette création ?
"Je ne vais pas me relâcher. Le plus dur reste à faire. Je suis très conscient que faire vivre un spectacle n’est pas chose facile actuellement. Nous n’avons pas les moyens financiers des grosses productions parisiennes, alors je ne peux pas me permettre de commettre des erreurs. Mon but premier était de diffuser "In Terra - de Roche et de Roses", d' abord chez nous. L’histoire étant inspirée de notre patrimoine. Mais ceci n’est réalisable que si les élus, le département, la région…nous y aident. Pour le moment, peu se sont manifestés. Beaucoup se sont déplacés pour nous voir. Certains ont manifesté leur intérêt. Nous espérons qu’ils nous soutiendront vraiment. Nous verrons bien. Nous les avions déjà sollicités plusieurs fois, mais c’était avant qu’ils ne découvrent cette affiche. Il est vrai qu’il fait exister avant de paraitre.
Mais aujourd’hui c’est du concret, nous sommes vivants. Le coût du spectacle est très raisonnable, au regard du plateau artistique proposé. Nous ne sommes pas du tout dans les mêmes budgets que les sons et lumières proposés habituellement durant les saisons estivales. De plus les coûts de création sont déjà presque amortis grâce à nos soutiens, à la force logistique que nous apportons au niveau technique et aux efforts de chacun des participants du spectacle. In Terra parle de notre région. Que faire de plus ?
En attendant je ne vais pas rester les bras croisés et je vais chercher des structures ou producteurs intéressés pouvant nous programmer, car le spectacle peut-être adapté partout.
Des structures dans d’autres régions de France ont déjà demandé nos conditions d’accueil.
Je vais également rechercher à nouveau des partenaires pour pouvoir produire d'autres représentations comme je l’ai fait pour les deux représentations à Doué la Fontaine. L'appel est lancé."

Des corrections vont-elles être apportées au spectacle ?
"Oui, nous y avons déjà songé. Maintenant nous avons le recul nécessaire. Il y a toujours des choses à revoir, surtout lorsqu’il s’agit d’une jeune création. Pour monter ce genre de projet, il faut entre 2 mois et 4 mois de répétitions. Ce dont nous n’avons pas disposé, faute de budget. Je trouve que l’on s’en est bien sorti avec une dizaine de jours de répétitions seulement. Il est vrai qu’un bon travail avait été réalisé en amont, mais c’est tout de même une performance. Les deux dates à Doué la Fontaine nous ont permis de voir ce qui pourrait être optimisé ou changé pour les représentations futures sur des sites du patrimoine. Notamment pour ce qui concerne les projections sur les murs. Celle de Trélazé également pour la version en salle. Certaines vidéos vont disparaitre pour laisser davantage la place aux chanteurs, danseurs et comédiens qui doivent être toujours en avant et ne pas être écraser par le tout le reste, qui a aussi son importance, mais qui ne doit prédominer sur les artistes.
Elles seront remplacées par d’autres effets visuels et images projetées. Quelques améliorations concernant la mise en scène vont être également faites. Nous allons travailler à cela très prochainement, ainsi que sur certains éléments de costumes afin de les rendre un peu plus futuristes. Peut-être que d' ici là nous viendront d’autres idées, mais l’essentiel est déjà là."

En attendant la suite...



Article du 08 juillet 2017 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI