Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Après l'échec de la déradicalisation, retour à la case pour Pontourny ?

L'échec du 1er Centre de Prévention, d’Insertion et de Citoyenneté de France est sur le point de se confirmer. Dans les jours qui viennent, le Gouvernement devrait procéder à la fermeture officielle du centre de déradicalisation de Pontourny, vide depuis janvier dernier. Plusieurs idées de réorientation avaient été émises. La dernière en date vient du président du Département d'Indre-et-Loire, Jean-Gérard Paumier, qui a proposé d’y héberger les migrants mineurs. Comme avant, en somme...



Le feuilleton du Centre de Prévention, d’Insertion et de Citoyenneté de France d'Indre-et-Loire (CPIC 37) touche à sa fin. Ce « centre de la peur », comme l'avaient appelé certains médias, avait provoqué un énorme engouement lors de son ouverture, le mardi 13 septembre 2016 (relire). Après seulement 2 semaines d'ouverture, le Gouvernement, à l'origine du programme, devait déjà éteindre une polémique suite à l'annonce de la présence d'un fiché « S » au centre de « déradicalisation » de Pontourny, situé à Beaumont-en-Véron (relire).

Chronique d'un échec en plusieurs phases

Malgré le passage de Manuels Valls le 22 octobre 2016 (relire), qui a voulu rassurer la population locale, mais aussi tous les détracteurs de ces CPIC en France, tout est allé de mal en pis à Pontourny. Le centre n'a jamais trouvé un quota suffisant de pensionnaires (volontaires) pour fonctionner correctement (Pontourny n'aurait accueilli que jusqu'à 8 pensionnaires). Du côté des riverains, la pression n'est jamais redescendue avec notamment les vives contestations de l'association « Radicalement digne de Pontourny », qui a demandé à maintes reprises la fermeture pure et simple du centre (relire ici et ici). Au début du mois de février dernier, Europe 1 mettait le feu aux poudres en annonçant que « le centre de déradicalisation est désormais vide » (relire). Si Bruno Le Roux, alors Ministre de l'Intérieur, a bien tenté de la désamorcer (relire), l'annonce a fait l'effet d'une bombe. Alors que les médias tels que C8 parlaient du « flop » du centre de déradicalisation sur les plateaux de télé (relire), la remise d'un rapport sénatorial d'Esther Benbassa (Europe Écologie Les Verts) et de Catherine Troendlé (Les Républicains) porta le coup de grâce, le 12 juillet dernier. Un rapport accablant sur la politique de déradicalisation menée en France, qui exhorta le Gouvernement à « mettre fin à l’expérimentation et renoncer à sa généralisation ». Les 2 sénatrices, rapporteurs de la mission d’information « désendoctrinement, désembrigadement et réinsertion des djihadistes en Europe », critiquaient déjà le « business » de la déradicalisation, mais aussi la « gabegie financière » de l’État, lors d'un bilan d’étape de leur travail dévoilé au mois de février dernier (relire).

Et maintenant, à quoi va servir le site de Pontourny ?

La prochaine orientation du site de Pontourny pourrait souligner avec plus ou moins d'importance l'échec du Gouvernement et le « flop » du CPIC 37. Plusieurs hypothèses ont déjà circulé... Dans une interview accordée à France Bleu Touraine, Louis Le Franc, le Préfet d'Indre-et-Loire, souhaitait par exemple en faire un centre d'insertion de jeunes dans le but de les éloigner de l'influence d'internet ou alors d'y placer « des personnes qui sortent du milieu carcéral pour leur apporter aussi une réponse d'accompagnement » (relire). L'échec de l'État serait alors quelque peu atténué... En revanche, la dernière proposition du Département d'Indre-et-Loire et de son Président, Jean-Gérard Paumier (Les Républicains), si elle est validée, soulignerait la débâcle du Gouvernement. Ce dernier a en effet suggéré une reconversion du site avec l'accueil de mineurs isolés étrangers. Un retour possible à la case départ, puisqu'avant la parenthèse « déradicalisation », le site de Pontourny accueillait déjà des mineurs étrangers isolés jusqu'à mi 2016 et le retrait de la Mairie de Paris, qui gérait ce centre d'éducation et de formation professionnelle. Les centres d'accueil dévolus à ces mineurs sont d'ailleurs saturés avec 36 mineurs chaque mois en 2017, contre 22 en 2016. Quel avenir pour le site de Pontourny ? Réponse bientôt... L'État pourrait en effet prévoir de communiquer sur le sujet dans les jours qui viennent.


Article du 25 juillet 2017 I Catégorie : Vie de la cité

 


7 commentaires :

25/07/2017 18:36:06 Commentaire de Oscar+

Ce centre semble donc condamné à recevoir des personnes qui ne s'intègrent pas dans la société ou bien des migrants ! Pourquoi ? On ne peux rien y faire pour des Francais qui ne posent pas de problèmes... Centre aéré ou autre chose ? C'est affligeant !! Bon courage à la population qui vie à proximité !!!


25/07/2017 20:56:31 Commentaire de pito

il faut que les riverains ne baissent pas la garde car tous nos gouvernants qui se succèdent ont tellement l'esprit tordu, qu'ils vont trouver un plan B voire C pour ne pas perdre la face et ce centre risque de devenir un centre pour émigrés voire de mineurs émigrés toujours financé par nos impots alors que l'ALP des français va être amputée ainsi que la la pension des retraités.


25/07/2017 21:01:11 Commentaire de Paul Hémique

Encore un énorme gâchi de l'argent public !!! Un de plus !!


25/07/2017 22:15:28 Commentaire de Et c'est nous qu'on paye...

Ben oui quoi: y' a pas mieux à faire avec not' pognon ?


26/07/2017 09:26:14 Commentaire de Lolo de Pocé

Une nouvelle fois des décisions prises par les Enarques d'en haut sans tenir compte de l'avis des élus locaux et de la population et pour quels résultats.....de l'argent publique jetée par les fenêtres. Je me souviens très bien qu'à l'époque tout le monde disait que ça ne fonctionnerai pas, et bah on l'a quand même fait. A quand des responsabilités, pourquoi ne pas demander des comptes à ceux qui ont pris ces décisions?


26/07/2017 10:02:00 Commentaire de gromi

préparez vous braves gents ce n'est que le début !!!!


26/07/2017 10:51:40 Commentaire de rayann

quel gâchis les français ont du mal a vivre ont les taxes a tous vents les radars dernière génération poussent comme des champignons augmentations de toutes les recettes revenant a l'état. Le produit bancaire macronie engendré par la finance et par hollandouille n'a pas fini de semé la zizanie parmi les français .Pontouny n'est qu'un exemple de l'idéologie illusoire de nos politiciens véreux et sans états d'âme quand est t'il lorsque un employé commet une faute mettant en péril la situation financière de sa société il est lourdement sanctionné voir justiciable et licencié pourquoi il n'en de serai pas de même pour nos élus zélés non? et ça se dit liberté, égalité ,fraternité .Parodie ubuesque


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI