Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Saumur : C'est l'été ! Le moment de revivre une petite histoire du collectionneur Yves Cornet...

Jusqu'à notre fermeture estivale, qui aura lieu du samedi 5 au dimanche 20 août 2017 (inclus), nous vous proposons de revivre quelques petites histoires du collectionneur Yves Cornet. Ce Saumurois, qui tire sur le fil de l'histoire de Saumur avec ses 2 500 cartes postales, nous raconte les petites histoires qui font la grande (relire notre article). Retour donc sur sa toute première histoire racontée dans Le Kiosque, le 19 mars 2013, celle de l'accident du pilote Legagneux (carte 1) lors du meeting aérien de Saumur, le 6 juillet 1914. Le cortège accompagnant sa dépouille de l’Hôtel de Londres jusqu’à la gare de Saumur, fut énorme…



Yves Cornet : « Je possède une soixantaine de cartes postales concernant le pilote Legagneux, dont plusieurs de son accident le lundi 6 juillet 1914 et du cortège funèbre accompagnant sa dépouille de l’Hôtel de Londres jusqu’à la gare de Saumur… j’ai aussi retrouvé un article du Quotidien de l’Ouest consacré au sujet. Les cartes concernant l’accident et le cortège funèbre sont des cartes photo de R. Guilleminot, de Blanchaud et de H. Collet (on voit que l’évènement était bien couvert !). Je n’en propose ici que quelques exemplaires visibles dans la galerie ci-après ».

Le meeting se tenait sur le terrain du Breil et avait été reporté d’une journée à cause d’un orage (carte 2)…

« À 17 heures, au cours de ses évolutions, l’aviateur se trouve juste au-dessus de la Loire (carte 3). Il décrit ses courbes et ses virages, lorsqu’il semble tout à coup qu’il veuille opérer une descente à pic, comme il le faisait souvent. Quelques secondes se passent, puis, avant même que la foule ait le temps de s’effrayer, l’appareil s’abat tout droit comme une flèche dans les eaux de la Loire qui jaillissent en même temps qu’une immense clameur de stupeur et d’épouvante sort des poitrines des milliers de spectateurs qui, par suite de l’uniformité du terrain, ont tous été témoins de l’irréparable chute. C’est aussitôt une ruée vers le fleuve où l’on aperçoit l’oiseau mécanique gisant lamentablement les roues en l’air (carte 4).

De la rive de Millocheau, 4 ou 5 embarcations s’élancent, montées par des hommes qui avaient choisi cet emplacement pour assister aux prouesses de l’aviateur. 2 d’entre eux se jettent dans l’eau pour approcher au plus vite l’épave espérant pouvoir sortir Legagneux encore vivant de la carlingue. Mais il est trop tard. Le cadavre est transporté à l’hôtel de Londres dans la chambre que l’aviateur avait retenue à son arrivée à Saumur. Les docteurs Petit, Boivin, et Gilbert examinent le corps et constatent des fractures du crâne et du bassin. Ils annoncent aux autorités que la mort a été instantanée. La levée du corps se fait à 10 heures le mercredi devant l’hôtel de Londres (carte 5). Le cortège se dirige ensuite vers l’église Saint-Nicolas pour un office religieux en empruntant les rues d’Orléans, Saint-Nicolas, et Courcouronne. Puis, il gagne la gare d’Orléans par le quai Carnot, les ponts et la rue Nationale (carte 6). Le cercueil est alors descendu du char funèbre et transporté sur le wagon qui doit le conduire à Puteaux où Legagneux était né le 20 décembre 1882 et où habitent toujours ses parents ».

Legagneux a participé à tous les grands meetings aériens du début du siècle… Reims, Lyon, circuit de l’Est, circuit d’Anjou, Villedieu les poêles, Deauville... et même en Russie ! Pour ces débuts de l’aviation, les pilotes établissaient des records d’altitude, de distances, de durées, de vitesse…

Legagneux s’était particulièrement distingué en ce qui concerne ceux d’altitude. :

- 3 100m le 9 décembre 1910 sur monoplan Blériot
- 5 550m le 17 décembre 1912 sur un Moranne-Saulnier
- 6 150m le 27 décembre 1913 sur un monoplan Nieuport
- Pour atteindre la plus haute altitude dans le ciel… le 6 juillet 1914...

« Je possède un dossier extraordinaire sur l’invention du siège éjectable à la même époque par un mécanicien originaire de Nort-sur-Erdre (Loire-Atlantique)... Mais Legagneux, hélas, n’en était pas équipé ! », conclut Yves Cornet.


Article du 26 juillet 2017 I Catégorie : Vie de la cité


Galerie photo : Accident Legagneux 1914


 


2 commentaires :

27/07/2017 12:37:56 Commentaire de boileau

bonjour et merci au kiosque pour cette très bonne idée que nous ne nanquerons pas d'exploiter comme il convient,


27/07/2017 22:34:49 Commentaire de MERCI LE KIOSQUE...

Et Bravo Yves Cornet pour perpétuer le patrimoine photographique, tellement précieux...


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI