Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Un nouveau système anti-grêle en Val de Loire

Les vignes de Touraine détiennent désormais un réseau de protection contre la grêle. Ce dernier, mis en place par la FAV 37 (Fédération des Association Viticoles), implique des coûts importants pour les vignobles d’Indre-et-Loire, mais aussi pour les autres bénéficiaires de la Vienne et du Maine-et-Loire…



Les vignobles de Touraine se protègent ! Depuis le 28 avril dernier, la grêle ne doit plus ennuyer le développement des vignes. Le dispositif installé, visant à réduire la taille des grêlons au moment voulu, touche les départements du Maine-et-Loire, du Loir-et-Cher, de la Vienne et évidemment de l’Indre-et-Loire.

Un nouveau procédé qui balaye le filet anti-grêle

Le mécanisme paragrêle mis en place par la FAV 37 (Fédération des Associations Viticoles), directement liée avec l’Anelfa (Association nationale d’études et de lutte contre les fléaux atmosphériques) constitue une vraie nouveauté dans le domaine. Jusqu’à présent, le moyen le plus utilisé pour faire face à de telles précipitations était le filet anti-grêle. Une méthode classique pourtant très peu recourue par les viticulteurs, mais plus utilisée pour les vignes de raisin de table ou autres cultures. Le système qui vient de s’établir en Touraine et aux zones environnantes prend un aspect beaucoup plus scientifique. Il comprend une bouteille d’air comprimé unie à une autre bouteille remplie d’iodure d’argent et d’acétone, elle-même connectée à une chambre de combustion. En cas d’alerte envoyée par l’Anelfa 4 heures avant la venue prévue de la grêle, les veilleurs lancent les générateurs et l’iodure d’argent se dissout dans l’air. Il permettra une diminution de la taille des grêlons et des dégâts qu’ils entraînent de 50%. 5 alertes entre avril et juin

Des viticulteurs contraints de payer, mais pas excessivement

Un pareil procédé n’est naturellement pas gratuit. Le budget annuel pour le bon fonctionnement du dispositif s’élève à 70 000 €. Pour le moment, les viticulteurs assurent le règlement de cette somme par le biais de la FAV 37 à hauteur de 5 € par hectare par an. Un investissement mineur au vu des retombées positives amenées par ce nouveau procédé à l’iodure d’argent. Malgré cela, la FAV 37 regrette la non-participation des collectivités locales... Avec ces dernières, la facture des vignerons pourrait être considérablement revue à la baisse.
Au total, 28 générateurs se décomptent avec cette initiative, l’objectif restant d’atteindre rapidement les 34. Ils devraient faire grand bien aux vignes qui cette année ont beaucoup souffert du gel et de la grêle.


Article du 28 juillet 2017 I Catégorie : Vie de la cité

 


6 commentaires :

28/07/2017 18:38:35 Commentaire de Cécile Duflot-bleu

Un peu plus de poisons. L'acétone et l'iodure d'argent, c'est vrai que ça nous manquait ! Les abeilles vont apprécier.


29/07/2017 08:31:53 Commentaire de Et l'écologie dans tout ça?

"Les vignes de Touraine détiennent désormais un réseau de protection contre la grêle" mais la pollution et la santé ne les intéressent pas? --- L'inhalation d'acétone peut causer de l'irritation bronchique, des troubles respiratoires et l'ingestion d'acétone peut causer de l'ébriété et de l'obnubilation. // L'iodure d'argent est une substance dangereuse, un polluant toxique et même un « polluant prioritaire ». L'argent fait en outre partie des polluants dont l'augmentation dans l'environnement est jugée préoccupante, d'autant qu'il n'est pas biodégradable et que les nanoparticules d'argent sont les plus utilisées et diffusées dans l'environnement par l'industrie, le commerce et la médecine --- Conclusion : les amateurs de vins s'intoxiqueront encore un peu plus sans oublier les vignerons qui jouent avec leur santé et seront les premiers exposés à ces produits nocifs.


29/07/2017 09:50:57 Commentaire de Précision

Encore 2 personnes qui n'ont rien compris!!! L'iodure d'argent n'est pas du tout nocif aux doses utilisées d'ensemencement (la dose est dangereuse à partir de 50μg/litre, les doses utilisées sont inférieures à 0,01μg) Des études ont été réalisées depuis les années 60 et mènent toutes aux mêmes résultats de non nocivité pour la faune et la flore, ainsi que pour l'être humain. Les abeilles vont très bien s'en sortir, ainsi que les vignerons, ne vous en faites pas pour eux. Il est préférable de voir des vignerons qui perdent toutes leurs récoltes et qui ne tentent rien plutôt que de chercher des solutions communes pour déjouer les aléas climatiques frappant chaque année plus durement notre vignoble... Encore 2 bons bobos consommateurs : On veut du naturel, aucune intervention, pas de sulfite, du vin bio, du vin "comme avant", en payant le moins cher possible, que l'on peut boire sans attendre, avec une disponibilité toute l'année!


29/07/2017 14:20:04 Commentaire de gromi

bien sur, Mr précision lui a tout compris, comme d'habitude non non ce n'est pas nocif. effectivement chaque polluant pris individuellement OK pas nocif, mais combiné avec tous les autres ?? (tous les traitements plus la pollution atmosphérique,!!! il faut prendre en compte tous ces éléments, et la le résultat serait sans doute bien différent )!!


29/07/2017 14:21:30 Commentaire de Et l'écologie dans tout ça?

@Précision : J'ai connu plusieurs couples de viticulteurs dans les années 80/90 qui étaient convaincus que leurs traitements n'avaient aucun impact sur la vie et l'environnement. Mais comment les en blâmer puisque c'est ce que les industriels affirmaient et tout le monde à l'époque croyaient ces dires. Et bien, des années plus tard, trois d'entre eux décédaient d'un cancer généralisé dans d'affreuses souffrances. Voilà pour la petite histoire. Mais si celle-ci se déroulait aujourd'hui, vous seriez les premiers à porter plainte contre l'état car à l'époque c'était un sujet balayé d'un revers de main et donc impossible pour les descendants. // Pour en revenir à votre volonté de vouloir déjouer les aléas climatiques: ils sont naturels contrairement à vos méthodes de dérèglement climatique justement. Pourquoi le nier. Ce que j'ai retransmis dans mon premier commentaire est l'étude de scientifiques qui savent ce qu'ils affirment. Maintenant si vous êtes au-dessus de tout, grand bien vous fasse. Et non, je ne suis pas "bobo" qui veut du bon, du bio etc.. Je pense seulement à l'environnement qui est déjà bien atteint par ces diverses techniques utilisés et pas que dans les vignobles.


29/07/2017 22:01:56 Commentaire de Christian

Ce système rappelle les fusées para-grêle qui étaient auparavant lancées et explosaient dans les nuages, comme des feux d'artifice, lorsque les orages se faisaient menaçants. On pouvait suivre leur ascension par la traînée marron qui les suivaient jusqu'au moment de leur explosion. On ne supporterait plus aujourd'hui leurs déflagrations. Par ailleurs, la technique était dangereuse pour les agriculteurs volontaires, "artificiers" de service, qui effectuaient courageusement le tir. Dans le Saumurois, ces tirs étaient fréquents le long de la Loire, en été. Au bout du compte, cinquante de progrès plus tard, le nouveau procédé, plus discret, n'est guère plus propre ni moins instable et dangereux à manipuler.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI