Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Rentrée scolaire dans les collèges : le rural explose alors que l'urbain se tarit...

Ce lundi 4 septembre, du beau monde au collège Paul Eluard de Gennes pour cette rentrée scolaire 2017-2018 : Au nombre des VIP présents, le Président du Conseil Général, le recteur de l'académie de Nantes William Marois, mais aussi la député de Saumur sur, Laetitia Saint Paul ou encore les conseillers départementaux, Jocelyne Martin et Bruno Cheptou. L'occasion pour le Président Gillet de faire un point sur cette rentrée en Maine et Loire, mais aussi de lancer le chantier de la restructuration de la cantine de l'établissement saumurois.



Légende photo : Le principal du collège de Gennes, Bernard Menault (à gauche) accueillait de nombreux VIP dont le président du Conseil Départemental, Christian Gillet (au centre) et le recteur de l'académie de Nantes, William Marois.


Un peu plus de 43 000 collégiens seront accueillis dans les 92 établissements (50 publics et 42 privés) de Maine et Loire en cette rentrée. « Un chiffre en hausse de 2% par rapport à la rentrée précédente », se félicitait Christian Gillet, Président du Conseil Départemental en charge des collèges. Un chiffre intéressant, d'autant que globalement sur l'académie de Nantes, la tendance est plutôt à la baisse. Mais il faut noter une grande disparité entre les zones rurales et les zones urbaines. Ainsi alors que certains collèges en milieu rural explosent, à l'image de Gennes, dit « collège 600 », mais qui accueillera près de 643 élèves cette année ou encore Beaufort en Anjou, dit collège 700 », mais qui en accueillera 760, la réalité est toute autre en milieu urbain. Que ce soit sur Angers, Cholet ou Saumur, les établissements n'atteignent pas leurs quotas. Dès lors, le département vient de lancer une étude de sectorisation, afin de tenter de mieux redéfinir la carte scolaire dont il a la charge. Autre problématique nouvelle avec la création des communes nouvelles, les maires souhaitant que tous les collégiens soient dirigés vers le même établissement, ce qui n'est actuellement pas le cas. Un exemple en Saumurois, celui de la commune nouvelle de Tuffalun : les jeunes de Louerre sont actuellement dirigés vers Gennes, alors que ceux d'Ambillou le Château ou de Noyant la Plaine vont sur Doué en Anjou. La volonté serait de les diriger tous vers Doué en Anjou, « mais il y a aussi la problématique des transports, dont nous n'avons plus la responsabilité », faisait remarquer Christian Gillet, comme un caillou dans la mare de la loi NOTRe de réforme territoriale qui a désormais attribué cette compétence à la région.

Plus de 40 millions d'euros d'investissement

Quoi qu'il en soit, le Président a tenu a rappelé les efforts financiers du département, dont le défi est de « mettre en adéquation les capacités d'accueil et les effectifs pour optimiser les surfaces et répartir les élèves selon les perspectives de l'évolution de la démographie, sans oublier des investissements nécessaires en matière de protection et de sécurisation rendus obligatoires (ndlr pour un montant de 500 000 euros) ou encore d'accessibilité (13 millions d'euros programmés sur 9 ans, soit 1,5 million par an au titre de l'Agenda d'Accessibilité Programmé). » Ainsi, ce ne sont pas moins de 30 millions d'euros (hors rémunération des 470 agents) qui sont investis dans les 50 établissements publics (soit 706 euros par élève), et soutenus à parité comme cela a été le choix politique depuis 1990 en Maine et Loire,12,3 millions dans les 42 établissements privés.

2,5 millions d'euros pour Paul Eluard à Gennes

Outre le fait que le collège public de Gennes dépasse sa capacité d'accueil (650 pour 600), la demi-pension actuelle est peu fonctionnelle et totalement sous-dimensionnée, sachant que quelque 580 élèves y passent chaque jour, en self continu de 11h15 à 13h45. Or, la surface de la salle à manger est de 220 m2 pour une capacité d'accueil de 180 élèves. Le département vient donc d'acter d'une restructuration de l'équipement : la surface sera portée à 350 m2. Le programme est finalisé, la consultation de la maîtrise d'ouvrage est en cours et l'architecte sera retenu dans le courant de ce mois de septembre. Puis, viendra le temps des études de maîtrise d'oeuvre d'ici au mois de juin 2018 et celui de la passation des marchés publics durant l'été. S'en suivra enfin le début des travaux pour une mise en service prévue à la rentrée 2020. Le tout pour un coût de 2,5 millions d'euros. « On en profitera, en lien avec la commune, pour mener des projets annexes comme le parvis d'accueil, l'extension du parking ou encore l'installation des mesures sécuritaires désormais obligatoires tels les système de vidéo-protection, » a conclu le Président Gillet.


Article du 05 septembre 2017 I Catégorie : Vie de la cité

 


2 commentaires :

05/09/2017 12:03:36 Commentaire de Superdeg

Ce ne sont pas des VIP, ils sont à notre service faudrait pas l'oublier si eux l'ont oublié!


05/09/2017 12:38:50 Commentaire de mickaeld

cela démontre la place de Saumur dans cette grande agglo....... Merci Mr MARCHAND


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI