Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Courrier du lecteur. Chlorure Vinylique Monomère : Empoisonnement de la population ou gaspillage ?

Anne Coullouette, une « empêcheuse de tourner en rond » comme elle se qualifie, s'inquiète dans Le Kiosque de la décomposition du réseau d'eau. Une décomposition qui provoque la présence de plus en plus importante de Chlorure Vinylique Monomère (CVM) dans l'eau, des particules cancérogènes. Sauf que pour traiter ce phénomène, une solution particulièrement radicale est souvent choisie : la purge. Un recours qui provoque un gaspillage conséquent de l'eau. D'où sa question : « Empoisonnement de la population ou gaspillage ??? ».



« CVM MON AMOUR...

« Empoisonnement de la population ou gaspillage ??? »

Chlorure Vinylique Monomère…

Micro-particules au nom barbare, classées cancérogènes par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC).

Les CVM sont entrées dans ma vie le jour où j'ai acheté ma jolie petite maison en pleine campagne, perdue au milieu de nulle part, aux fins fonds de l'Anjou...

Elles sont entrées avec l'eau du robinet...

En fait, elles proviennent des canalisations de PVC trop vieilles, qui se décomposent, suivent le débit de l'eau, et stagnent dans les fins de circuit....

Et j'habite en fin de circuit...

Alors, du coup, comme on n'a pas le droit de vendre de l'eau pourrie à la population (ouf !), Véolia, qui est propriétaire et distribue l'eau potable (ou pas...) chez moi, a sollicité les détenteurs du réseau d'eau, les collectivités locales (à travers elles, vous et moi, en fait ! Sauf qu'à moi, on ne m'a pas demandé mon avis !), afin qu'elles trouvent une solution pour que leur réseau qui est défaillant me fournisse une eau consommable.

D'accord.... Quelle solution adopter ?

D'un côté, on pourrait remplacer les circuits qui se décomposent par du neuf, partout où le problème se pose. (Heu, bah oui, mais, en fait, le problème, il va se poser partout au fur et à mesure que le PVC vieillit et se décompose, enfin partout en campagne, en bout de ligne...). Oui, bon, en fait, tout le réseau est en passe de se décomposer et, à long terme, si l'on pense aux générations futures, il vaudrait mieux effectivement tout changer... Mais c'est super-super cher !!! (il faut compter environ 2,2 millions d'euros pour 23 km de réseau).

Ou alors, si l'on augmente le débit en bout de ligne, le phénomène de stagnation disparaîtra ? Auquel cas, on a juste à installer des purges automatiques et régulières qui feront tout le boulot ! Bah, carrément, c'est pas cher, rapide à mettre en place, et efficace (ou presque !).

Alors zou, après maintes purges manuelles le long des jolis murs de tuffeau de ma petite maison, nous voilà avec une jolie purge un peu plus bas, entre champs et route pentue... Discrète et tout...
Oui, mais... Il y a toujours un « mais », surtout avec les solutions rapides et pas chères...

En fait, les analyses, malgré les 2 purges de 4h par semaine, sont revenues mauvaises... toujours trop de CVM…

Soit, on va augmenter les purges... Tous les jours 2h, puis tous les jours 4h, puis tous les jours 6h...
Au total, pour que ma jolie petite maison puisse avoir un peu d'eau potable (mais en fait toujours pas potable !!!), à ce rythme-là, c'est 2,2 millions de litres d'eau qui est déversée dans la nature sur une année...

Sans certitude aucune que l'eau soit de nouveau potable, à l'heure qu'il est !

Aujourd'hui, mon foyer consomme 37 litres d'eau de source par semaine. Je n'ai pas les moyens d'acheter de l'eau de source pour cuire les pâtes, les légumes, faire couler le café, alors j'utilise celle du réseau d'eau, cancérogène. Pour mes soins dentaires aussi... Cela paraît anodin les dents, n'est-ce pas ?

Et bien pas pour moi... Je ne vous ai pas dit ? J'ai 38 ans et j'ai déjà un cancer... un rein qui ne fonctionne plus et puis deux greffes de foie aussi... alors des particules cancérogènes dans l'eau de tous les jours, non merci ! D'autant que les deux cancers dont elles peuvent être à l'origine, sont des cancers du foie... merci bien, j'ai déjà donné !

Pour conclure cette réflexion, en fait, le réseau d'eau dans son intégralité est voué à se décomposer ou se décompose déjà, en particules cancérogènes qui atterrissent chez les gens qui habitent en bout de ligne. L'Institut National de Veille Sanitaire précise que « la population alimentée par les conduites susceptibles de relarguer du CVM est estimée à moins de 600 000 habitants (données de 2010).

Pour y répondre, certaines collectivités territoriales ont préféré miser sur les économies financières immédiates, sans prendre en compte le coût du gaspillage de l’eau, en installant des purges (7 pour le canton de Breil / Parçay-les-Pins), qui déversent chacune environ 2 millions de litres d'eau par an.
Il faut économiser l'eau, n'arrosez pas vos jardins, ne remplissez pas vos piscines...

Qui montre l'exemple ?

Qui paie la facture ?

Pour ma part, mon abonnement au raccordement au réseau d'eau n'a pas diminué. Je n'ai pas vu de remise exceptionnelle sur le prix de l'eau ni de proposition de remboursement de ma consommation en eau de source... Faut pas rêver !

Quant à ma conscience... Comment continuer à me regarder en face quand je sais que pour mon confort personnel et mon alimentation en eau potable, beaucoup plus encore est rejeté dans la nature...

Ça, c'est juste pour parler de l'eau dans mon robinet et celui de 600 000 autres, mais je me demande quand même aussi : elles deviennent quoi les particules déversées avec l'eau dans nos champs ?

Anne Coullouette, empêcheuse de tourner en rond ».



Article du 09 septembre 2017 I Catégorie : Vie de la cité

 


5 commentaires :

09/09/2017 17:03:55 Commentaire de bernadette fourré-jousselin "dite mémé"

moi je suis la vieille emmerdeuse, aussiMadame, je viens vous remercier d'entrée dans mes amis, je suis née à Paris, mon choix de quitter Paris car étant née à côté d'une usine d'incinération des ordure de Paris, j'envisageais une vie plus saine en " campagne ", ce qui a fait de moi une écologiste emmerdeuse en mon temps de militantisme, malheureusement je vois que rien a changé, me serais-je battue contre des moulins, oui certainement et tristement et cela jusqu'à quand ? grave pour nos enfants, petits enfants .....


09/09/2017 19:33:32 Commentaire de pito

il est vrai que suez,véolia et la saur utilisent des méthodes mafieuses de la gestion de l'eau.En 2012, la commission européenne les soupçonnait déjà d'entente et abus de position dominante; enquête classée sans suite en 2013 dans des conditions douteuses( quand on connaît le harcèlement des lobbies de ces multinationales et "leurs moyens de persuasion" très efficaces auprès des ronds de cuir bruxellois) "Lorsque des groupes de pression privés essayent d’influencer les instances internationales pour qu’elles ne considèrent pas l’eau comme un droit, cela permet par conséquent de s’affranchir de tout devoir, de toute obligation et de toute forme de responsabilité. Si l’eau potable est uniquement considérée comme une marchandise librement négociable, les mécanismes de fonctionnement des marchés internationaux du commerce et de la finance ne s’intéressent aucunement au droit de tous à la vie"(sic). Leur méthode s'est bien rôdée à l'international, dans les républiques bananières corrompues Il faut s'en affranchir au moment du renouvellement des contrats en supprimant leur délégation et en rétablissant la régie


10/09/2017 10:55:09 Commentaire de Monomère ?

S'agit-il vraiment du monomère du PVC ? Cette question car, pour moi qui fût, dans une autre vie, chimiste, le monomère est un produit liquide (en général plutôt visqueux) soluble particulièrement dans l'alcool et autres solvants organiques et peu soluble dans l'eau. Lors de la polymérisation, une petite partie du monomère échappe à cette réaction et reste sous forme de monomère dans le produit polymérisé. C'est donc dans le matériau neuf qu'on trouve le plus de monomère résiduel.C'est valable pour tous les plastiques et il est vital de ne jamais utiliser de bouteilles plastique pour stocker des boissons alcoolisées dans lesquelles le monomère prend un malin plaisir à se dissoudre. Je suppose que Anne veut plutôt parler des micro-particules qui résultent à la dégradation liée au vieillissement du PVC et son indignation est bien légitime : je lui souhaite d'être entendue par les autorités "responsables". Mais je suis un incorrigible optimiste ! ;o)


10/09/2017 20:07:50 Commentaire de ouahou

Ouahou ! Merci Anne de votre cri d'alarme. Malheureusement je pense que nous sommes beaucoup dans l'ignorance alors que c'est grave. Espérons qu'il ait beaucoup d’écho. C'est super inquiétant ! Et en plus moi aussi j'habite en bout de ligne.


11/09/2017 09:43:08 Commentaire de coullouette

merci à toutes et tous pour vos messages de soutien, ce sujet me semble suffisamment grave pour tenter d'alerter les gens, puisque aucune information réelle de mes élus ne m'a été apportée. J'ai réuni une partie de mes recherches ici: https://cvmmonamour.jimdo.com/ pour les personnes intéressées. merci.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI