Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Protection contre les pesticides : les écologistes demandent à Bruno Retailleau d’intervenir

Cet été, les préfets des cinq départements des Pays de la Loire ont adopté de nouveaux arrêtés prévoyant les modalités de protection des milieux aquatiques contre la pollution liée à l’application de pesticides. Pour le groupe Ecologiste et Citouyen du Conseil Régional des Pays de la Loire, "des arrêtés en régression par rapport aux règlementations antérieures, déjà insuffisantes". L’élue régionale écologiste Sophie Bringuy a appelé jeudi dernier le président de Région à prendre une position claire et ferme à l’encontre de ces arrêtés et à demander aux préfets de les modifier. Le communiqué et PDF le courrier envoyé à Bruno Retailleau



"L'eau se porte mal en Pays de la Loire : seulement 11% des cours d’eau sont en bon état écologique. Et les pesticides en sont en partie responsables : les pulvérisations à proximité des cours d’eau et fossés se retrouvent directement dans les milieux aquatiques et les dégradent. D’après les fiches annuelles de la CREPPEP (Cellule Régionale d'Etude de la Pollution de l'Eau par les Produits Phytosanitaires), en 2015, pour 43% des mesures en cours d’eau, les cumuls ont dépassé le seuil de 0,5μg/l retenu en matière de potabilité de l’eau (48% en 2014 et 45% en 2013). 65% des stations mesurées étaient de qualité moyenne à médiocre (70% en 2014, 59% en 2013).

Or les arrêtés pris par l’Etat cet été sont contraires aux objectifs qu’il s’est lui-même fixés en matière de réduction de l’utilisation des pesticides, mais aussi de lutte contre les pollutions diffuses. Ils auront pour conséquence une aggravation de la dégradation de la qualité de l’eau, avec les impacts sanitaires et les dommages sur la nature que nous connaissons. Ils vont à l’encontre des actions menées depuis des années par la collectivité régionale et nombre d’acteurs régionaux. Enfin, ils accentuent le risque de contentieux européen vis-à-vis de notre territoire, avec toutes les conséquences que cela aura en termes d’image au-delà de la dimension financière » alerte Sophie BRINGUY.

Nous appelons Bruno RETAILLEAU, qui a affirmé son intérêt pour les enjeux de qualité de l’eau et fait voter une nouvelle stratégie en la matière en juin dernier, à intervenir auprès du préfet de Région de manière claire et ferme. C’est une question de cohérence, mais surtout de protection de l’intérêt général. L’eau, c’est la vie !"


> Lire la suite de l'article en cliquant sur le PDF joint.

Article du 20 septembre 2017 I Catégorie : Politique

 


1 commentaire :

20/09/2017 18:23:26 Commentaire de Superdeg

L'acide chlorhydrique ça remplace le rondup sans problème, le vinaigre d'alcool aussi, l'huile de vidange Donc attention aux produits de substitution les écolos de service il faut trouver mieux que l'eau bouillante ou le brulage...j'aurai prévenu ce qui est mentionné avant y en a qui vont le faire


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI