Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Edito de michel Choupauvert : Hausse des impôts fonciers... Non à la taxe solidarité "élus" !

Et bien voilà, je suis de mauvaise humeur... Je viens de recevoir ma taxe foncière ! Elle est passée de 1 420 à 1 450 € pour mon pavillon. Elle était de 1 370 € en 2014 ! Indépendant, je ne connais pas vraiment mon taux horaire. Mais si j'étais ouvrier, cela me ferait 3 heures de plus à travailler pour le système. C'est un peu comme le fruit du lundi de Pentecôte qui n'est plus chômé et qu'on donne en solidarité pour les personnes âgées. Une taxe joliment déguisée... Cette taxe qu'on nous impose, on ne devrait pas l'appeler taxe solidarité "élus" plutôt ?



Ce n'est pas moi qui le dis, c'est l'OCDE. En France, 1% de la population est élu... Énorme ! et comme l'élu Français est travailleur, il a besoin de faire des lois ou des projets. Alors pour ce faire, il embauche du personnel. Le principe devient alors bêtement mécanique. Le coût de fonctionnement augmente. Ainsi, nous comptons 90 fonctionnaires pour 1 000 habitants contre 50 en Allemagne par exemple... Les agents territoriaux représentent 35% des agents de la fonction publique (6.64 millions de personnes quand même). Et l'inflation est continue depuis 2004. Alors, il faut bien les payer.

Des réformes qui augmentent les impôts

En regardant de plus près ma feuille d'impôt foncier, je me rends compte que la part ville baisse de 9 €, mais celle de l'agglo augmente de 12 €. Cela fait + 3 € Ah ? Les articles lus dans le kiosque et dans le Papyrus de l'Ouest ne m'auraient pas expliqué que, grâce à la mutualisation, on ferait fait des économies ? Bah non... Il y a toujours un élu qui vient développer l'idée qu'il a besoin de services de proximité pour sa population. Alors, forcément, cela fait doublon et plus de dépenses... Après la première loi de décentralisation de 1981, on vient d'avoir une nouvelle : la loi NOTRe. Oui, elle était censée faire disparaitre les départements. Ratée... Ma "taxe élus" vient de prendre 25 € ! Je n'y comprends plus rien, l'instance départementale a quand même perdu les compétences "transport" et "économie". Cela devrait être moins cher. Non ?

Désengagement de l'Etat

Pour comprendre pourquoi, j'ai téléphoné à mon Conseiller départemental. Après tout, c'est à lui de m'expliquer. Et comme il est plutôt sympa... Curieusement, ça l'agace aussi. Alors il m'explique que le Département a dû trouver 100 millions d'euros pour faire face. La raison ? La réduction de 40 millions des dotations d'Etat et la baisse ou la hausse de pleins d'acronymes. CVAE, APA, RSA. Même si le département a fait des économies, il a pris le reste dans nos poches... Bon...

Girondins et Jacobins...

D'accord... Ce n'est pas ma faute, mais celle de l'autre... Si je comprends bien. L'Etat annonce baisser ses impôts et coupe le sifflet aux instances locales en les poussant à faire des économies ? Eh oui ! c'est ça. En fait ce n'est pas nouveau. Le débat commencé en 1789 à la Révolution n'a pas été encore tranché. Un peu d'histoire. On avait alors les partisans d'un gouvernement centralisé et les seconds, favorables à un gouvernement fédéral... Et bien, nos politiques en sont encore là et ne se sont pas mis d'accord. Les tenants de l'esprit provincial sont toujours en guerre contre les défenseurs d'une France unifiée. Les préfectures sont toujours là et, dans le même temps, on a essayé de simplifier les pouvoirs locaux en créant des nouvelles structures sans en supprimer aucune, au nom de la proximité et du bien vivre ensemble... Et le millefeuille est devenu bien trop lourd pour être digeste...

Presque à vomir... Cela serait bien que les élus avancent et qu'ils finissent par se mettre d'accord... Parce que pendant que nos barons locaux se distribuent des postes de sénateurs, qui est-ce qui paie la taxe solidarité "élus" ?

Michel Choupauvert


Article du 23 septembre 2017 I Catégorie : Vie de la cité

 


13 commentaires :

23/09/2017 09:13:40 Commentaire de Tonton

De toutes les façons , ce qui est enlevé d'un côté, est repris dans l'autre ! C'est toujours le contribuable qui paye, toujours la même caisse : nous.


23/09/2017 09:41:48 Commentaire de Superdeg

Comment faites-vous votre calcul pour trouver 3 heures de travail ouvrier si c'est sur 20 €uros pas cher payer de l'heure( - de 7 euros, si c'est sur 80 €uros (+ de 26 €uros) ...bin c'est très très loin de la réalité et il faut retourner sur le terrain!


23/09/2017 10:49:56 Commentaire de L'Arbre en Boule

BIEN D'ACCORD Avec vous. INSURGEONS NOUS, RÉVOLTONS NOUS!! Je ne suis pas contre le paiement de la taxe mais contre les augmentations. Chacun y va de sa petite augmentation qui au final donne une grosse à payer pour le contribuable : 1° : l'augmentation de la valeur locative : décidé par l'état lors du projet de loi de finance (PLF) : à surveiller, vers le moi de d'octobre-novembre au moment de sa publication au journal officiel. 2° : le taux communal voter par le conseil municipal (suite au PLF pour déterminer les recettes à venir), à surveiller à l'avenir sachant que la taxe d'habitation va être supprimer pour 80 % de l'assiette, nombre d'assemblée vont être tentée de l'augmenter méfiante sur la crédibilité de l'état à compenser à l'euro prés la perte de valeur de la taxe d'habitation. 3° : le taux intercommunal : voté en conseil d'agglomération. 4° : le taux départemental : voté en conseil départemental où siège nos 2 élus de canton : Mr HAMON et Mme DAMAS : c'est aussi à eux de répondre de ces augmentations successives du taux départemental, surtout que Monsieur HAMON est membre de la commission des finances et de l'évaluation du département. Même si il vous dit qu'il est contre l'augmentation du taux, il votera POUR, bien obligé, il doit suivre sa majorité. N'hésitez pas à leur poser des questions et à nous rendre des comptes via l'adresse suivante : majdep49@maine-et-loire.fr En Bref : sale temps pour les propriétaires.


23/09/2017 13:54:16 Commentaire de + 63,16 %

Je croyais que c'était mes yeux mais non, l'augmentation pour le taux de l'intercommunalité "Saumur Val de Loire" est bien de + 63,16% par rapport à 2016. On passe ainsi d'un taux de 0.8% à 1.28%. Elle est pas belle la vie!!! Heureusement que le taux communal baisse de 1.43 % pour Saumur. Bien maigre consolation.


24/09/2017 09:39:02 Commentaire de Jdr

Si encore les politiques de l'agglo permettait le developpement du territoire...on a quand meme le taux de chomage le plus elevé de la region!! Mais pas pour les élus!!


24/09/2017 11:18:29 Commentaire de Francis Prior

Ben donc M Chaupouvert on se refait un petit coup de poujadisme!!! Déjà pour les chiffres pas trop clair, l' augmentation est globalement conforme à l'inflation. Pour le nombre d'élus le 1% prend en compte massivement les élus municipaux dont l'immense majorité ne touche pas un centime. Pour les coûts de gestion Eurostat montre que la France "coute" moins cher que la plupart des pays de l'OCDE (ce qui gonfle artificiellement le chiffre des prélèvements obligatoires ce sont les transferts sociaux qui sont presqu'exclusivement publics en France alors qu'ailleurs ils sont obligatoires mais privés). Les sigles pour lesquels on vous demande des sous ce sont des prestations sociales pour les vieux, les jeunes, les sans emplois, tous éléments que l'on appelle solidarité. Je vous invite à regarder dans une famille quelconque: grands parents, parents, enfants, oncles et tantes tout ce que l'Etat jocobino-girondin verse en aide, prestations et services divers incluant la santé, l'éducation, la police, la justice, la défense. Votre raisonnement comme souvent dans notre pays trop gâté veut bien de la solidarité quand il en bénéficie mais n'en veut plus quand il y contribue. Pour le reste j'ai assez souvent dénoncé la niaiserie qui consiste à mettre en avant les économies d'échelles des fusions et oublier les couts internes de transactions pour redire encore que ces modes importées (mal) de la gestion industrielle ne correspondent pas au champ de l'action publique


24/09/2017 11:28:55 Commentaire de L'artisan

Je commence a saturé, je bosse comme un malade et en étant malade en plus et cela plus de 12h00 par jours et 7/7 jours, résultat je paye constamment, pas un mois ou je me retrouve pas a découvert, je finit par me dire que je suis con, Au RSA je toucherais 1363,7 € sans rien faire et avec toutes les aides possible et j'aurais tout mon temps a cultivé mon jardin, élever poules et lapins etc...... je serait non seulement plus serein et je pourrait me soigner.......


24/09/2017 14:31:09 Commentaire de @l'artisan

Bosser comme un malade quand on est malade... c'est normal. Le RSA à 1363€ c'est dans vos rêves. L'artisan est à plaindre... c'est bien connu.


24/09/2017 16:35:11 Commentaire de Michel Choupauvert

Mon cher Francis Prior, merci de m'autoriser à remettre en cause l'effet mécanique de la multiplication des structures locales et des dépenses induites. Quant à Poujade, je ne connais pas sa position sur le débat entre les Girondins et les Jacobins. Bonnes chances aux girondins que vous soutenez ont des soucis à se faire pour les années à venir. Les coupes budgétaires vont être de plus en fortes, il semblerait.


24/09/2017 17:31:37 Commentaire de EVRAUD

Nous n'avons que ce que nous méritons! Qui les a élus?


25/09/2017 07:09:24 Commentaire de MDR

L'artisant peut retourner sur les bancs de l'école ou élever des poules à croire que le RSA est à 1363 €. Affligeant ! Indécent ! C'est vrai que ce sont les pauvres qui vous rendent moins riches et non des élus à 8 000 € comme JMM qui lui cumule retraite, mairie, agglo, petits fours, syndicats en tout genre etc...


25/09/2017 11:41:06 Commentaire de Pierre

Et l artisan qu attendez vous... Sinon ce sont lles petites communes qui payent l aditions. Des augmentations..


25/09/2017 16:37:00 Commentaire de Pardessage

Je rappelle qu'au moment de la création de la nouvelle communauté d'agglomération , il etait bien prévu, pour des raisons d'harmonisation technique des taux entre toutes les communes, que fixerait un taux unique, er que les communes baisserait ou augmenterait leurs taux à due proportion pour que cela soit indolore pour le contribuable.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI