Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Maine-et-Loire. Les motards : Seulement 2% du trafic, mais 15% des tués sur la route

Dans le cadre de la sécurité routière et en amont de la journée de formation post permis moto du dimanche 15 octobre 2017 à Beaucouzé (11h), la préfecture de Maine-et-Loire a communiqué quelques chiffres concernant les motards. Entre 2012 et 2016, sur le département de Maine-et-Loire, 1 tué sur 7 sur les routes était un motard. S'ils ne représentent que 2% du trafic, 15% des tués sur la route sont des motards. « L’utilisation d’un 2 roues motorisé est le mode de déplacement dont le risque est 27 fois supérieur à celui d’un véhicule léger », rappelle la préfecture.



Dans le département de Maine-et-Loire, sur cette période allant de 2012 à 2016, 25 motards ont perdu la vie, dont 5 avait moins de 25 ans et 9 se sont tués seuls en courbe ou en ligne droite. Depuis le début de l’année 2017, ce sont déjà 3 motards qui sont décédés. « Dans les cas d'accidents où seul le motard est impliqué, le facteur prédominant est la non-maîtrise du véhicule », précise la préfecture.

Un complément de formation pour motards

Pour pallier cette carence, la préfecture du Maine-et-Loire (Coordination Sécurité Routière), associée à la CASIM (Chaîne d’Amitié pour la Sécurité et l’Information des Motards) et la FFMC (Fédération Française des Motards en Colères), a décidé, depuis 2011, de compléter la formation des motards reçue lors du permis de conduire, pour leur permettre d’acquérir les automatismes indispensables face aux dangers de la route et consolider les réflexes comportementaux et techniques. Comme l'explique la préfecture, il s'agit ici d'« un complément de formation gratuit offert aux motards, en priorité les jeunes permis, mais aussi pour ceux qui reprennent la moto après une période d’arrêt ou en cas de changement d’engin. Les objectifs sont de maîtriser les freinages d’urgence, de gérer les trajectoires, d'éviter les collisions, en mobilisant les réflexes et les notions essentielles de sécurité ».

Une opération intitulée « Parrainage permis A2 - rouler et durer »

Dans cette optique, une journée de formation post permis moto sera organisée le dimanche 15 octobre 2017 à Beaucouzé (11h), sur la piste d’éducation routière. Pour cette prochaine session, Valérie Commin, directrice de cabinet du préfet et cheffe de projet sécurité routière, sera présente sur les lieux. La formation sera supervisée par 2 inspecteurs des permis de conduire et le chargé de mission « 2 roues motorisés ». La directrice de cabinet et la gendarmerie profiteront de cette journée consacrée à la sécurité des motards pour présenter l'action « Parrainage permis A2 par un motard de la gendarmerie ». L'opération « Parrainage permis A2 - rouler et durer » est une action du plan départemental de sécurité routière. Cette action consiste en un parrainage par un motocycliste de la gendarmerie (EDSR 49) d'un jeune permis moto A2 ou d'un usager reprenant la moto après une longue interruption. Il s'agit de réduire le risque d'accident en donnant les clés à un usager néophyte pour une pratique de la moto sécurisée et durable. À cet effet, un accompagnement est mis en place pendant la première année de pratique, assortie d'un roulage d'évaluation à chaque saison (printemps, été, automne, hiver).


Article du 12 octobre 2017 I Catégorie : Vie de la cité

 


3 commentaires :

13/10/2017 07:25:59 Commentaire de Normal

Quand 90% des motards ne respectent pas les limitations de vitesse ou doublent sur des lignes blanches quoi de plus normal qu'il y ait plus de mort. Les "motards" en colère devraient surtout travailler le respect des limitations de vitesse et tout rentrerait dans l'ordre


13/10/2017 10:19:12 Commentaire de Normal sup

Donc, il suffit de respecter les limites de vitesse pour qu'il n'y ait plus de mort ? Moi qui ait toujours cru que c'était l'accident qui tuait...


13/10/2017 15:51:01 Commentaire de Vicomte

Bonjour, Je précise d'abord que je ne suis pas motard (je connais la capacité de certains lecteurs du Kiosque à s'enflammer dans les commentaires). L'article indique que sur la période de référence, 25 motards ont perdu la vie dans des accidents dont 9 (36%) en se tuant tout seul par défaut de maîtrise du véhicule (vitesse excessive, chaussée dégradée ou glissante, divagations d'animaux qui avaient disparu à l'arrivée des secours, ...). Ce qui veut dire que pour les 16 autres victimes (64%), d'autres usagers de la route étaient impliqués. Même s'il m’apparaît impératif de sensibiliser (et de faire des piqûres de rappel) sur la quasi-certitude de blessures graves, voire de décès en cas de choc à grande vitesse, il me semble qu'il ne faut pas généraliser de manière abusive. Les motards ne sont pas les seuls usagers de la route dont une partie conduit trop vite (exemple du jeune "pilote" du Mercedes Vito en début de semaine à Distré, pris par le radar à 158 au lieu de 80 km/h). En cas d'accident, les voitures protègent mieux les utilisateurs que les motos , ce qui explique la différence entre le pourcentage de véhicule sur les routes et celui des tués. Sur le non respect du Code de la route et les risques graves que cela entraîne pour les motards, je constate tous les jours au minimum une vingtaine de défauts d'usage du clignotant sur une distance totale parcourue inférieure à 8km lorsque je reste sur Saumur. Dès que je fais plus de route, les chiffres s'envole et j'ai une fois recensé 48 infractions pour défaut de clignotant en 143 km sur routes départementales et nationales présentant beaucoup moins d'intersections qu'en ville (on s'occupe comme on peut sur les longs trajets). Lorsque j'ai passé le permis (au siècle dernier), on m'avait appris que ces petites lumières oranges clignotante n'étaient pas là pour décorer la voiture mais pour signaler un changement de direction. Lorsque je conduis (j'ai parcouru environ 400 000 km depuis mon permis), malgré le respect des distances de sécurité, je suis très régulièrement amené à faire des manœuvres d'évitement face à des personnes qui se croient seules sur la route (hommes et femmes de tous les ages). Heureusement que j'ai un véhicule en bon état avec une liaison au sol (amortisseurs et pneumatiques) régulièrement entretenus. Si j'étais conducteur de 2 roues, je pense que je ne pourrais éviter tous ces dangers publics. Je profite donc de ce commentaire pour inviter les gentils automobilistes à relire l'article R412-10 du Code de la route qui précise les conditions d'utilisation des clignotants (https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006074228&idArticle=LEGIARTI000006842127&dateTexte=20130904). Je pense par ailleurs que c'est un point qui devrait être contrôlé plus souvent par les forces de l'ordre.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI