Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Chinon : Un nouveau bâtiment tertiaire à la centrale, un des plus gros du parc nucléaire français

Le mardi 7 novembre dernier, la direction de la centrale de Chinon a inauguré le nouveau bâtiment tertiaire « Pierre-Simon de Laplace », du nom du célèbre mathématicien, astronome, physicien et homme politique français. D'une surface de 10 000 m² sur 5 niveaux, avec 520 postes de travail et 20 salles de réunion, il est l'un des plus gros bâtiments du parc nucléaire français avec la création d’un nouveau pôle de travail et de vie sur le site de Chinon. L’investissement s’élève à 16 millions d'euros...


Le projet a débuté en 2013... Puis, après 2 ans d’études, les travaux ont commencé en janvier 2015. Inauguré le mardi 7 novembre dernier, le bâtiment dispose d’une surface de 10 000 m² sur 5 niveaux, avec 520 postes de travail et 20 salles de réunion. « Il est un symbole important qui s’inscrit dans le nouveau schéma directeur immobilier du site de Chinon », explique la direction de la centrale nucléaire de Chinon...

Faciliter l’organisation du travail

Il est l'un des plus gros bâtiments du parc nucléaire français avec la création d’un nouveau pôle de travail et de vie sur le site de Chinon. Il regroupe différents services : la direction, les ressources humaines, la gestion, la mission communication, la conduite, les automatismes essais, la sûreté, la qualité, l’ingénierie de fiabilité… intégrant de nouvelles technologies de connexion pour faciliter l’organisation du travail. Son inauguration s'est déroulée en présence de Samuel Gesret, sous-préfet de Chinon, François Bonneau, président de la région Centre Val de Loire, Jean-Luc Dupont, président de la communauté de commune Vienne et Loire, Jean-Michel Marchand, président de la communauté d’agglomération Saumur Val de Loire, Claude Paris, président du Medef, Philippe Roussy, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) de Touraine, les maires des communes de proximité et les institutionnels, les entreprises partenaires, ainsi que les agents du site.

Un projet à hauteur de 16 millions d'euros

L’investissement total pour ce nouveau bâtiment s’élève à 16 millions d'euros, dont 80% des marchés ont été confiés à des entreprises locales se trouvant dans les départements d’Indre-et-Loire, du Loir-et-Cher et de la Vienne. Au total, ce sont 80 000 heures de travail et 25 entreprises qui ont œuvré à sa construction, soit un effectif sur les chantiers en moyenne de 100 personnes. Ce bâtiment s’inscrit dans un programme global d’investissements (Partner), projet initié depuis 2012, et d’un montant de 45 millions d’euros à la centrale nucléaire de Chinon pour la construction et la rénovation de ses bâtiments tertiaires, dont 80% des marchés ont été confiés à des entreprises locales. Il comprend entre autres la construction de 4 nouveaux bâtiments : Laplace, un laboratoire de métrologie, un bâtiment pour accueillir les équipes travaillant sur les programmes de maintenance et le nouveau campus de « Formation », qui a été inauguré en 2016 (relire notre article).

Objectif : « préparer le nucléaire de demain »

« De plus, la construction du bâtiment « Pierre-Simon de Laplace » s’inscrit pleinement dans le programme industriel pluriannuel de la centrale, au côté de la préparation des visites décennales qui se dérouleront pour les unités de production B3 et B4 en 2019 et 2020 », précise la direction de la centrale nucléaire. Des travaux post-Fukushima du grand carénage qui concernent les 4 réacteurs de Chinon, ainsi que de la déconstruction des 3 réacteurs UNGG avec un programme pilote pour l’ensemble de la filière, où Chinon A2 a été choisi comme démonstrateur industriel. La centrale nucléaire de Chinon doit ainsi « s’adapter au mieux aux évolutions croissantes d’organisation, afin de répondre aux nouveaux standards d’excellence d’exploitation d’un site nucléaire, mais aussi pour préparer le nucléaire de demain et ainsi prolonger sa durée de fonctionnement au regard de son programme industriel ».


Article du 15 novembre 2017 I Catégorie : Vie de la cité

 


3 commentaires :

Commentaire de Jean 15/11/2017 17:45:07

Rappelez-nous combien de milliers de personnes travaillent à Avoine? 4000? N'est-ce pas le premier employeur entre et à l'extérieur des agglomérations Tours,Cholet, Angers et Le Mans?


Commentaire de Mr Hulot 15/11/2017 18:58:45

La transition énergétique prévoit de diminuer de 50% la production électrique d’orig Nucléaire à l’horizon 2025. Chinon va être dans le peloton de tête des centrales à arrêter. Ce bâtiment va être opérationnel pour 7 ans au mieux. Soit 2,8 million d’euros par an, est-ce bien raisonnable ? N’y avait-il pas d’autres options pour investir (éolien, hydraulien, solaire ...) ? Ça pourra toujours servir pour piloter la deconstruction du site.


Commentaire de Rendons à César... 15/11/2017 23:39:59

...ce qui est à César: il s'agit de la centrale qui est à Avoine et non à Chinon!


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI