Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Saumur. Orientations budgetaires du maire : le discours

Moment solennel pour Jackie Goulet le maire de Saumur pour son premier discours d'orientation budgétaire ce 17 novembre. celui-ci qui guidera son action jusqu'à la fin de son mandat en Conseil. Pour mieux sentir ses orientations, voici son discours inextenso. Un discours « volontaire et ambitieux » pour Jackie Goulet que l'opposition a trouvé peu lumineux. Lire par ailleurs.


"Le rapport d’orientation budgétaire, le « ROB » comme disent les initiés, est une obligation légale. Je m’y plie avec plaisir. Je m’y plie avec plaisir car c’est aussi un bel exercice de style et, pour moi, l’occasion de vous expliciter la vision de la majorité. Une vision budgétaire pluriannuelle, bien sûr, mais une vision avant tout politique. Je serais Premier Ministre, dans un autre lieu et dans une autre fonction, je parlerais de discours de politique générale. Je ne suis pas Premier Ministre, vous le savez... Mais je suis avec vous et je vais tout de même parler d’un discours de politique générale car ces orientations budgétaires, notamment avec le plan pluriannuel d'investissement, donnent un sens à notre action pour les 3 ans à venir.

Avant d’entrer dans une présentation plus concrète des choses, et je promets de tout faire pour que les chiffres qui vont suivre soient présentés comme un belle histoire, je tiens à faire une petite remarque. J’ai dit : « donner du sens à notre action ». Je veux m’arrêter sur cette formule. J’y suis attaché.

Donner du sens, c’est dire pourquoi nous faisons les choses, c’est dire dans quelle direction nous voulons aller, c’est dire quel est notre cap. C’est dire : nous avons aujourd’hui une situation, nous sommes capables de la décrire, cette situation a telle qualité et tel défaut, et maintenant, nous allons essayer de la changer parce que nous croyons qu’elle peut être améliorée.
Donner du sens, c’est donc, aussi, faire des choix, faire des arbitrages, choisir tel avenir plutôt que tel autre. Finalement, donner du sens, c’est faire de la politique au sens le plus noble du terme. Agir et agir avec cohérence pour l’intérêt général, voilà pourquoi nous avons été élu et voilà le principe directeur des orientations que je vais vous donner.

Je l’ai dit, cet exercice de style qu’est le rapport d’orientation budgétaire est susceptible d’être passablement ennuyeux. Alors je vais dire les choses avec simplicité. Nous avons, je parle au nom de la majorité, trois priorités et un fil rouge. Les trois priorités sont les suivantes : l’aménagement et la modernisation de la Ville ; la redynamisation du centre-ville ; le réaménagement et la rationalisation du patrimoine sportif et scolaire. Et le fil rouge, l’exigence que nous ajoutons, et nous l’ajoutons dans l’intégralité de nos projets, même ceux qui n’apparaissent pas dans le plan pluriannuel d’investissement, c’est le développement durable et la transition énergétique.

Pourquoi ce fil rouge ?

Parce qu’il est de notre responsabilité d’élu, et de citoyen, de faire l’effort, parfois difficile, souvent contre nos habitudes, de repenser nos modes de travail, nos modes de vie, nos modes de déplacements, nos modes de consommations. De les repenser dans l’objectif d’un développement durable. Un développement bien sûr soucieux pour la planète et pour l’environnement, mais un développement durable qui est aussi social, économique, culturel.
Si nous choisissons ce fil rouge, ce n’est pas pour être « à la mode », mais c’est bien parce que nous croyons fermement qu’il nous faut nous inscrire avec force, avec volonté, avec conviction, dans une action publique intelligente, raisonnée, capable de regarder autour d’elle. J'en reviens aux trois priorités, que je vais développer si vous le voulez bien.

L'aménagement urbain a déjà bénéficié, notamment avec le PRU 1, d'une enveloppe financière importante. Cela doit perdurer. Pourquoi ? Parce que l'aménagement urbain, ce n'est pas que refaire les trottoirs et les pavés. Ce n'est pas que refaire les routes. L'aménagement urbain, et je salue ici le travail considérable qui est fait chaque jour par les services de la Ville, mais aussi de l'Agglo sur le PRU, c'est aussi de l'aménagement social, éducatif, économique, culturel. La cohésion sociale, le dynamisme économique, le vivreensemble et le bien-vivre, tout cela passe aussi par l'urbanisme.

Redynamiser le centre-ville. Vous connaissez notre travail sur le centre-ville. Vous savez qu'en 3 ans et quelques, nous sommes passés d'environ 15-16% de taux de vitrines disponibles à environ 5-6%. Vous savez aussi, les derniers chiffres sur l'emploi en Saumurois le montrent, que le commerce, notamment l'hôtellerie et la restauration, fonctionne très bien. Bien mieux qu'il y a quelques années.
En bref, vous connaissez ma volonté en la matière... Cette volonté, je la garde, et je dirais même : je la renforce. La redynamisation du centre-ville doit aujourd'hui se penser très globalement. Nous proposerons un plan très ambitieux, très cohérent, un plan volontariste qui évitera au centre-ville de subir la morosité que beaucoup de centre-ville subissent en France. Aménagement urbain comme je viens de le dire, animation, stationnement, monuments historiques, Halles Saint-Pierre...Tout sera mis en oeuvre, dans une très grande cohérence, dans une très grande Illuminuation plus de pub sur les maisons de pub, mais la bulle en général

concertation aussi, pour que Saumur continue de remonter la pente.

Le patrimoine sportif. Vous vous interrogez peut-être : pourquoi le patrimoine sportif ?

Pourquoi en faire une priorité des trois ans à venir ? Pour au moins trois raisons. Trois raisons simples. D'abord parce que les infrastructures sportives - nous en avons une trentaine, elles sont vieillissantes et il nous faut les entretenir et parfois les remettre aux normes vis-à-vis des exigences fédérales - ces infrastructures sont des infrastructures de service public. J'y reviendrai, mais je tiens à ce que la notion de service public soit au coeur de notre action. Le service public, c'est ce que nous avons trouvé de mieux, en France, et nous pouvons en être fiers, pour assurer l'égalité d'accès à des éléments importants de la vie, ici l'égalité d'accès de chacun au sport. Je veux que les Saumurois et les Saumuroises puissent pratiquer le sport dans les meilleures conditions. Le sport plaisir, le sport santé, le sport bien-être, le sport compétition, etc... Le sport, quel qu'il soit, parce qu'à chaque fois, il est un vecteur de bien être pour l'individu et pour la société.
La deuxième raison, elle en découle logiquement : c'est la cohésion sociale. Saumur, c'est plusieurs centaines d'associations. Ces associations, elles font un travail admirable, au quotidien. Nous les subventionnons, bien sûr, c'est notre rôle, mais nous devons aussi leur fournir des équipements de qualité. Parce qu'elles sont un ciment pour notre société. Le sport, c'est un ciment pour la société. Et les ciments de la société, il faut les protéger, les aider, les chérir.
La troisième raison, elle est plus pragmatique. Elle entre dans un autre domaine de réflexion : l'attractivité de la Ville. Avoir des équipements sportifs de qualité, c'est gagner en attractivité. Si nous voulons, un jour, gagner le pari de la démographie à Saumur, il nous faut tout mettre en oeuvre pour convaincre. Convaincre de venir s'installer dans notre Ville. Le sport, la possibilité de faire du sport, la possibilité de rencontrer des gens en faisant du sport, tout cela, c'est un élément-clé, j'en suis convaincu.

Vous allez me dire : quels beaux projets. Et vous allez ajouter : mais comment finance-ton ? Car les projets ne se font pas uniquement avec des mots, mais aussi avec des chiffres. En quelques mots, voici le cadrage budgétaire de nos orientations : nous diminuons de 3% les frais de fonctionnement ; nous maintenons à 17 millions les charges de personnel jusqu'à 2020 ; nous réduisons d'au moins 75 000 euros nos consommations d'énergie. Permettez-moi de reprendre dans le détail...
En matière de fonctionnement, le travail sur les charges à caractère général se poursuit. Comment ? De manière très simple : par un effort de rationalisation, par un effort d'optimisation, et une gestion volontariste des ressources humaines, et surtout, surtout, par un très gros travail collectif, un effort commun à tous les services de la Ville. Je salue sincèrement cet effort. Je le salue parce qu'il signifie qu'en somme, retirer ces 3%, ce n'est pas abîmer le service public. Ce n'est pas diminuer les capacités de la Ville, de ses services, de ses agents. Ce n'est pas faire de notre mairie un canard boîteux. Non, si cet effort finalement n'a pas été si difficile, si cet effort a été fait dans la plus grande concertation, c'est que ces 3% de diminution ne vont pas entraver l'action publique de la Ville. Cette diminution, c'est faire mieux avec moins, grâce à des méthodes innovantes, grâce à du matériel adapté, grâce surtout à la volonté des agents.

Le maintien des charges de personnel à 17 millions d'euros. Vous allez me dire : faire mieux avec moins d'argent, faire mieux sans augmentation de la masse salariale, il y a un problème. Non. Nous maintiendrons à 17 millions la masse salariale parce que cela fonctionne. Cela fonctionne pour des raisons que je vais expliciter : des départs en retraite auront lieu notamment en 2018 et ils feront l'objet de remplacement bien pensés, bien calibrés et en fonction des besoins. Si ce maintien de la masse salariale fonctionne, c'est aussi parce que nous sommes et nous serons particulièrement volontaristes, particulièrement bienveillants, particulièrement attentifs en matière de ressources humaines.
Ce n'est pas une approche purement comptable. Et heureusement. Nous allons continuer nos efforts en matière de prévention et de lutte contre les maladies professionnelles et les troubles physiques, notamment avec l'acquisition de matériel adapté, avec par exemple 872 000 euros sur 3 ans pour le renouvellement du matériel du CTM, et par une formation accrue des agents. Nous allons continuer nos efforts en matière de recrutement, avec de jeunes professionnels, dynamiques et volontaires. Nous allons continuer nos efforts en matière de suivi des agents, en matière de reclassement professionnel, et surtout, nous allons continuer nos efforts en matière de conditions de vie au travail et de dialogue avec les salariés.

La diminution des consommations d'énergie. Pour ce troisième point, je ne vais pas développer plus que nécessaire. Je vous ai dit en introduction le fil rouge de notre action
publique : le développement durable et la transition énergétique. Les consommations d'énergie en font bien sûr partie. Il y a là un gain financier important à réaliser, et surtout l'intégration dans un modèle de développement durable. Cette diminution des consommations d'énergie, c'est bien sûr les fluides de nos bâtiments, mais c'est aussi notre parc automobile.Très prochainement, je ferai des propositions concrètes : il nous faut entamer le remplacement de notre parc automobile par un parc automobile à énergie propre. Nous devons le faire, et nous devons le faire aussi pour montrer l'exemple.

Je finirai en donnant quelques indications d'ordre plus général. Vous le savez, le contexte économique international est positif, avec une croissance mondiale à +4,3% au deuxième trimestre 2017. En France, l'Organisation de coopération et de développement économiques prévoit une croissance 2018 de + 1,6%. Ce n'est pas le Japon, mais c'est globalement positif. En France, le marché du travail va un peu mieux, la confiance des ménages est à la hausse, les chefs d'entreprises investissent davantage. Et en même temps, pour nous, collectivités locales, le temps est-il radieux ? On parle de baisse éventuelle des ressources des collectivités, on parle aussi de modifications majeures sur la taxe d'habitation... Jusqu'à présent, mais peut-être cela viendra-t-il, je ne suis ni dans les secrets du gouvernement ni dans les secrets des dieux.
En tout état de cause, je tiens à souligner ceci : la réforme de la taxe d'habitation est engagée mais elle ne touchera pour l'instant que la part État, par dégrèvements et non par exonérations. Autrement dit : pas de modifications pour l'instant pour nous. Concernant la DGF, a priori, pas de baisse. Mais il nous faut rester particulièrement attentifs. Attentifs pour garder un service public performant, pour garder notre autonomie d'action, pour conserver une attractivité dans notre rôle de centralité. Pour ces raisons, je vous le dis, et je suis très clair sur ce sujet : nous devons être attentif collectivement. Car si nous perdons nos moyens financiers, nous perdons nos moyens d'action en matière de service de proximité et en matière d'investissement. Un seul principe doit nous guider sur ces sujets délicats : l'intérêt général et le service au public.

J'en reviens à notre sujet. Ces orientations budgétaires, si l'on veut les résumer en quelques mots, je dirai ceci : nous nous donnons la possibilité de faire. Faire ce pour quoi nous avons été élu. Faire en sorte que le service public soit rendu. Faire en sorte que nos équipements se modernisent. Faire en sorte que notre Ville soit belle et attractive. Faire en sorte que notre économie locale soit performante, et à cet égard la Ville demeure un important donneur d'ordre. J'ai d'ailleurs donné aux services un objectif : 85% des commandes de la Ville devront se faire sur le saumurois. Faire en sorte que notre Ville, globalement, prospère. Car si nous avons réussi à dégager d'importantes capacités d'investissement, c'est bien pour cela : pour que la Ville jamais ne s'appauvrisse. Tout notre travail sur les charges de fonctionnement - je dis au passage : sans augmentation des taux de fiscalité -, tout notre travail sur le fonctionnement est aussi en quelque sorte un travail sur l'investissement.
Grâce à ces orientations budgétaires, nous parvenons à un investissement, sur 2018-2019-2020, à hauteur de 7,5 millions par an en moyenne. C'est conséquent, je souhaite le souligner. C'est d'autant plus conséquent que depuis 2013, la baisse de la DGF a retiré

1,6 millions d'euros à notre collectivité.

Je m'arrête ici, j'en ai déjà dit beaucoup. Vous avez nos orientations budgétaires, vous avez notre philosophie, notre esprit, vous avez le sens de notre action. Vigilance sur les finances, rationalisation et optimisation du fonctionnement, souci de continuer l'investissement avec force et vigueur... Voici des orientations qui ont intégré les contraintes financières pour servir au mieux l'intérêt général."


Article du 18 novembre 2017 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :


Commentaire de jean luc 20/11/2017 07:35:56

Jackie fonce et n'ecoute pas les contradicteurs qui eux n ont jamais rien fait a part claquer l'argent des saumurois pour rien.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI