Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Dénezé. Le commissaire enquêteur enterre les éoliennes pour de bon

Le vendredi 17 novembre dernier, la Préfecture de Maine-et-Loire a rendu public le résultat de l'enquête publique concernant le projet éolien de l'entreprise allemande ABO Wind, à Dénezé-sous-Doué. Le commissaire enquêteur Pierre Beneville, ingénieur Eaux et Forêts retraité, a émis un avis défavorable à ce programme de « ferme éolienne ». Une décision qui confirme le refus du permis de construire (relire) et les nombreux avis défavorables des élus (relire), des associations et institutions...


Démarré en 2008, le projet éolien de Dénezé-sous-Doué avait été déposé fin 2014 en préfecture de Maine-et-Loire. Quasiment 3 ans plus tard et après plusieurs phases d’instruction, la préfecture avait fini par mettre en place une enquête publique. Débutée le mardi 12 septembre 2017, celle-ci avait pris fin le vendredi 13 octobre dernier.

La population refuse en bloc le projet

Le commissaire enquêteur Pierre Beneville, ingénieur Eaux et Forêts retraité, avait été chargé par la Préfecture de Maine-et-Loire de rendre un avis sur ce projet. Ce dernier avait d'ailleurs décidé d’organiser une réunion publique pour actualiser l’information auprès de la population. Cette réunion, organisée le mardi 3 octobre dernier à 20h, dans la salle des fêtes de Dénezé-sous-Doué, fut un échec pour les porteurs de projet. L'assemblée de 115 personnes, bien qu'attentive à la présentation, fut en effet clairement opposée au projet de la société ABO Wind (1). Consultée en 2014, la population avait déjà refusé ce projet à l'époque (relire nos articles ici).

« Le choix de la localisation [...] est assez peu pertinent »

Dans ce rapport rendu le vendredi 10 novembre 2017 à Saint-Lambert-du-Lattay (à consulter en cliquant ici), Pierre Beneville, après avoir exposé les faits, explique que « le choix de la localisation à Dénezé-sous-Doué est assez peu pertinent ». Ainsi, « considérant que si le projet éolien s'inscrit bien dans le cadre de la politique nationale de développement des énergies renouvelables et que tous les aspects réglementaires (émergence sonore, distance des lieux habités, etc...) sont bien respectés », le commissaire enquêteur a émis un avis défavorable à la demande d'autorisation d'exploiter un parc de 6 éoliennes au lieu-dit « La Bate », sur la commune de Dénezé-sous-Doué. Pour quelles raisons ? Premièrement, « la concertation avec la population a fait d'abord défaut au début du projet, puis a été rendue très difficile, compte tenu du dynamisme des opposants », explique-t-il. Ensuite, pour des soucis de protection de la faune : « La protection du balbuzard pêcheur, du circaète Jean-le-Blanc et des chiroptères (ndlr : chauves-souris) ne semble pas assurée de manière suffisamment satisfaisante ».

Les inquiétudes des écuries Livio prises en considération

Dans ces constatations, Pierre Beneville énumère également des craintes liées à la préservation du patrimoine : « La présence d'éoliennes ne paraît pas très compatible avec le patrimoine ancien, particulièrement riche, du bourg et surtout de ses écarts (maisons de grande qualité architecturale, souvent en partie troglodytique) ». Autre aspect important : la présence des écuries Livio, à proximité. Son propriétaire, Didier Livio, redoute en effet des perturbations pour les chevaux montés par son fils Maxime Livio, athlète Saumurois de haut niveau (relire notre article) : « Il existe un risque non négligeable de perturber le fonctionnement d'une structure équestre de renommée internationale », justifie le commissaire enquêteur. Avant de conclure par le facteur essentiel, peut-être, dans ce dossier : « L'acceptabilité du projet par la population, tant de Dénezé-sous-Doué que de presque toutes les communes proches, est particulièrement faible ». Cette fois-ci, l'affaire est entendue : la commune de Dénezé-sous-Doué, près de Doué-la-Fontaine, n'accueillera pas d'éoliennes. Pas pour le moment, toutefois...

(1) Au mois de décembre 2014, le développeur ABO Wind avait déjà déposé 2 demandes en préfecture de Maine-et-Loire. La première concernait le permis de construire, qui avait finalement été refusé par le préfet en 2015. La deuxième se rapportait à l'autorisation d'exploiter un parc éolien sur le village de Dénezé-sous-Doué.


> Lire la suite de l'article en cliquant sur le PDF joint.

Article du 22 novembre 2017 I Catégorie : Vie de la cité

 


16 commentaires :

Commentaire de pito 22/11/2017 17:10:55

bravo à la population et bravo aux élus qui ont résisté (contrairement à beaucoup de leur collègues) au chantage et à la corruption du développeur allemand.Mais ABO n'a sans doute pas dit son dernier mot car tout sera mis en oeuvre pour finir le saccage organisé du patrimoine français avec la complicité de l'organisme d'état,l'agence de l'environnement et de la maitrise de l'énergie;il est à prévoir devant la baisse de la dotation de l'état aux communes, beaucoup se laisseront séduire par le pouvoir de l'argent de cette énergie soi-disant "propre" A noter que l'ademe prévoit l'installation de plus de 50.000 éoliennes en France (contre un peu plus de 5000 actuellement).c'est dire que la bataille sera rude.Mais la résistance est en train de s'organiser et il faut éduquer nos élus contre toutes ces campagnes de désinformation.Il y a tellement d'argent enjeu qu'en Italie, la mafia est entrée dans la danse pour blanchir son argent, de quoi donner des idées .....


Commentaire de PAG 22/11/2017 19:22:19

La encore (voir le méthaniseur de Chacé), que de temps perdu, pour finalement ancrer la France dans le passé.


Commentaire de citoyen 22/11/2017 20:18:55

@pito vous préconisez quelle source d'énergie électrique pour notre pays?


Commentaire de Henri 22/11/2017 21:44:03

Que lon. isole du reseau la commune de deneze sous doue qui nous mets en danger mortel en obligeant le maintiens des centrales nucleaire


Commentaire de Thomas Beaucourt 22/11/2017 22:42:54

Attention, le projet n'est pas enterré, le préfet va maintenant prendre la décision d'accorder ou non l'autorisation d'exploiter. Il peut l'accorder malgré l'avis du commissaire enquêteur ! Cela semble politiquement compliqué, mais c'est légalement possible. Si le préfet refuse de délivrer l'autorisation, ABO Wind pourra se tourner vers le juge pour obtenir gain de cause ! Donc le dossier est loin d'être enterré à ce stade. @citoyen : refuser d'implanter des éoliennes complètement inadaptées au territoire ne veut pas dire que l'on va condamner la France à manquer d'électricité. On ne peut pas produire de l'électricité à n'importe quel prix, notamment humain, social et environnemental. Pour ma part je verrai bien une ferme photovoltaïque à Dénezé, mais ça se discute aussi.


Commentaire de pito 22/11/2017 22:55:17

il faut maintenir le nucléaire:d'abord parce que grâce au nucléaire, la France paye son électricité 40% moins chère que dans le reste de l'UE. Le nucléaire est en effet l'énergie la moins chère à produire : son coût de revient est d'environ 4 cts le kwh, contre 5 à 8 cts pour les éoliennes, 10 cts pour la biomasse, et 30 cts pour le photovoltaïque.Sortir du nucléaire coûterait probablement plus cher que d'y rester. L'Allemagne qui vient de décider l'arrêt définitif de ses 17 réacteurs en 2022 en a estimé le coût total à 250 milliards d'euros. Pour certains, la France ayant 58 réacteurs, il suffit donc de faire une règle de trois pour établir un budget approximatif, soit 750 milliards d'euros.La plupart des réacteurs nucléaires arriveront en fin de vie d'ici 2030, et le maintien du parc existant nécessitera aussi des dépenses. C'est pourquoi, selon une récente de l'UFE, association qui regroupe les professionnels de l'énergie (EDF, GDF-Suez...), la France devra de toutes façons débourser 322 milliards pour assurer la continuité du mix énergétique actuel. Quand à la dangerosité,je rappellerai que les voitures tuent 3000 personnes chaque année en france (350.000 depuis 1960) alors excusez du peu pour le nucléaire.Enfin, remplacer les centrales nucléaires par des renouvelables aux productions aléatoires et intermittentes et des économies d’énergie signifie, en pratique, une diminution rapide de 50% à 75% de la consommation d’électricité en France. Est-ce bien ce que nous voulons ?et c'est pour cela qu'ils ont inventé le compteur mouchard LINKY qui vous imposera à terme un nombre maxi annuel de KWH à consommer par an.et vous n'aurez plus qu'à pleurer assis devant votre table éclairée par une lampe pigeon voire une bougie


Commentaire de Et l'aérodrome, on l'enterre bientôt 23/11/2017 01:51:35

Alors Super Mario, on attend quoi pour fermer cet aérodrome de merde et foutre les parachutistes dehors. Demandez l'avis du Super Écolo Cardet ! Sa position serait très intéressante....... Saumur est donc si riche que cela pour payer un équipement pour les parisiens !


Commentaire de vb 23/11/2017 07:51:16

Les écolos bobos fachos , préfèrent sans doute une bonne centrale nucléaire à Dénézé...


Commentaire de citoyen 23/11/2017 14:55:19

@pito: ok lancez un projet de centrale nucléaire ou site de déchet sur Dénezé quant au coût du Kwh, intégrez les coûts de démantèlement, de stockage des déchets sur 10.000 ans et on en reparle au fait vous travaillez à Edf?


Commentaire de humour 23/11/2017 16:38:05

Laurent Gerra dans son skech imitant Hollande a dit qu'il avait trouvé la solution " les éoliennes on va les enterrées "


Commentaire de Eric 23/11/2017 19:36:20

13 ans pour rien et des motifs de refus ridicules. 1 athlète serait déconcentré par les vilaines éoliennes. Une éolienne c'est beau c'est écolo c'est intelligent et a deneze donnons leur des bougies ils ne meritent que ca


Commentaire de pito 23/11/2017 20:31:10

@citoyen: non je ne travaille pas à Edf.Mais prenons l'exemple de notre voisine: L'Allemagne est en train "d'essuyer les plâtres" de l'énergie renouvelable:la transition énergétique allemande coûtera 520 mds € jusqu'en 2025; déjà il y 4 ans ,le ministre fédéral de l’environnement de l’époque, Peter Altmaier était fortement critiqué lorsqu’il annonçait que la transition énergétique pouvait coûter 1 000Mds€ d’ici la fin des années 2030.Une récente étude de l’Université de Düsseldorf confirme cette évaluation, laissant même entrevoir que cette somme pourrait être atteinte plus tôt.Le rapport coût-bénéfice de la transition énergétique allemande est désastreux. En dépit de ces investissements astronomiques dans le développement des renouvelables, la décarbonisation du secteur électrique ne progresse pas. Les émissions des gaz à effet de serre sont mêmes revenues à leur niveau de 2009. En dépit de l’annonce de nouvelles mesures, l’Allemagne ne semble pas en mesure d’atteindre les objectifs climatiques qu’elle s’est fixée. Aux Etats-Unis, en Allemagne et au Japon, les exemples montrent qu’en dépit d’une volonté politique forte et d’importants moyens techniques et financiers engagés pour développer l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables, la fermeture de centrales nucléaires entraîne une augmentation du recours aux énergies fossiles et in fine une hausse des émissions de CO2.Et On vous a fait croire que le vent et le soleil est gratuit. non!l'éolien et le solaire ne seront que des énergies d'appoint.


Commentaire de Henri 23/11/2017 21:32:58

Que chacun soit auto suffisant en electricite..


Commentaire de Thomas Beaucourt 24/11/2017 12:37:17

Heureusement qu'il y a un commentaire humoristique pour faire contrepoids aux commentaires qui suggèrent de punir Dénezé de différentes manières. La logique de ces commentaires est bizarre : "puisque vous ne voulez pas d'un projet dangereux et mal fait, vous méritez une centrale nucléaire et/ou qu'on vous coupe le jus". Bof... @Eric, les motifs de refus sont construits, réfléchis, étayés, et longuement soupesés par le commissaire enquêteur, mais aussi par l'opposition au projet ; le promoteur a fait de son mieux pour y répondre mais n'a pas réussi, que ce soit au cours de la réunion publique organisée par le commissaire enquêteur, ou au cours de son mémoire en réponse. Je rappelle que le promoteur a le dernier mot dans l'enquête publique, en dépit de cela, il se trouve que de nombreux arguments contre le projet restent indéboulonnables, notamment : - La protection de la faune - Les dégâts patrimoniaux, immobiliers et touristiques - L'incidence paysagère - Les dégats sur le premier employeur de la commune sont craints par l'intéressé, par ses élèves, par son vétérinaire, par sa fédération sportive. Il ne s'agit pas juste d"un athlète" (d'un grand niveau international, d'ailleurs). J'en passe, je ne vais pas vous refaire toutes les conclusions du commissaire enquêteur. L'argument de la santé, qui n'a pas été retenu par le commissaire enquêteur au nom du respect des débats parlementaires, est lui aussi majeur, malheureusement pour les riverains de parcs éoliens qui sont obligés d'abandonner leur domicile pour retrouver une vie normale. @pito je ne partage pas votre point de vue sur le nucléaire dont les coûts sont très largement minorés. La filière nucléaire internationale est de toutes façons mourante, donc peu importe. Vous dites par ailleurs des choses intéressantes.


Commentaire de Nostromo 24/11/2017 14:30:18

EDF a su en son temps assurer la transition énergétique du charbon et pétrole vers le nucléaire. Baisse des coûts suite au choc pétrolier, diminution de la pollution atmosphérique étaient le leitmotiv de l’époque. Aujourd’hui nous entrons dans une nouvelle ère, la transition va se faire vers les énergies propres et renouvelables. Souvenez vous, au siècle dernier personne voulait accueillir les centrales nucléaires, aujourd’hui personne veut accueillir les éoliennes. N’ayez crainte, la transition se fera, c’ est le sens de l’histoire. Est-ce que l’opérateur historique a l’envie et les moyens d’évoluer vers le renouvelable ?


Commentaire de Henri 24/11/2017 18:25:29

Tous ces bobos qui craignent les ondes utilisent internenets, le wifi. Le telephone Enfin consolations un.jour 50 ans ces communes ne seront plus alimentes en energies meurs descendants hurleront contre leurs aieux qui ne voient pas plus loins que le bout de leurs sabots...


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI