Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Chinon. Travail au black autour de la centrale : Les peines tombent

En 2014, la gendarmerie de Chinon et l'Urssaf avaient découvert des salariés Égyptiens et Tunisiens travaillant illégalement sur un chantier situé près de la centrale nucléaire de Chinon. Ni contrat de travail ni bulletin de salaire pour ces 3 hommes, payés en liquide et qui travailleraient le dimanche...



En novembre 2014, la gendarmerie et l'Urssaf se rendent sur un site proche de la centrale nucléaire de Chinon pour effectuer un contrôle sur un chantier de construction. Ils découvrent alors que 3 salariés sont employés sans contrat de travail et sans bulletins de salaire. Selon les premières constatations, ces 3 hommes, 1 Égyptien et 2 Tunisiens en situation irrégulière, seraient payés en liquide et travailleraient le dimanche. Ils travaillaient, comme 50 autres personnes, sur la construction d'un lotissement de 30 maisons...

Des liens flous entre les entreprises

L'affaire était jugée ce lundi après-midi 15 janvier 2018 devant le tribunal correctionnel. Les responsables de 3 entreprises mouillées dans cette histoire comparaissaient pour « exécution d’un travail dissimulé et emploi d’un étranger ne disposant pas d’une autorisation de travail ». Au bout de 3 heures de débat, les responsabilités respectives ont été définies. Mais l'histoire était compliquée... Il a fallu discerner les liens unissant les entreprises, les unes avec les autres. « Une incursion dans le monde complexe de la sous-traitance. Dans le cas présent, on aurait eu recours, en catastrophe, à une toute petite boîte qui se serait substituée, in extremis, à une entreprise défaillante », rapporte le quotidien La Nouvelle République.

Le donneur d'ordre écope de 2 000 euros d'amende

Une des entreprises en comparution, Crea Terre, était représentée Olivier Lasselin. Le donneur d’ordre a expliqué au tribunal correctionnel qu'il ne pouvait « pas être présent sur le site tous les jours ». Avant d'évoquer d'autres contraintes : les pénalités de retard distribuées par EDF et le fait qu'on lui ait « imposé » de choisir une toute petite entreprise (CT Rénovation) pour les travaux de peinture, située à l’autre bout de la France (Montélimar, Drôme). Qui plus est, cette dernière société ne rendait pas directement des comptes à Crea Terre, mais à un autre sous-traitant, Global Projet. Compliqué... Finalement, le patron de l’entreprise de peinture (casier judiciaire vierge) a été condamné à une peine de 6 mois de prison, assortie d’un sursis complet. Quant au donneur d’ordre, M. Lasselin, il s'est vu imposer une amende délictuelle de 2 000 euros.


Article du 17 janvier 2018 I Catégorie : Vie de la cité

 


9 commentaires :

Commentaire de code pénale 17/01/2018 15:59:11

Super dans un etablissement a haute securité.les personnels non declarés et badgés je présume.l ets qui a fauté devrait etre lourdement condannées avec une interdiction d exercer dans des lieus strategique.


Commentaire de a mediter 17/01/2018 16:02:04

Il y a un serieu ménage a faire dans les centrals afin de virer les gens qui n'ont surtout rien a y faire et renforcer les accés et la sécurité .Meme les gens de greenpeace .


Commentaire de Red is dead 17/01/2018 18:03:55

Encore rien compris le kiosque....c est sur le chantier de contruction de logement de fonction. Rien a voir avec la centrale...


Commentaire de La rédaction 17/01/2018 18:13:18

Nous avons modifié le titre, peut-être pas assez clair. Toutefois, lisez l'article jusqu'au bout. Il est bien mentionné qu'il s'agit de la "construction d'un lotissement de 30 maisons".


Commentaire de Oups ! 17/01/2018 18:34:28

A la rédaction : vous utilisez un titre "racoleur"


Commentaire de Red is dead 17/01/2018 18:35:47

......la gendarmerie de Chinon et l'Urssaf avaient découvert des salariés Égyptiens et Tunisiens travaillant illégalement sur un chantier de la centrale nucléaire de Chinon..... Meme votre article porte a confusion..... Soyez objectif et precis svp. Mince !! C est le propre du journalisme...a moins que vous voulez faire du chiffre comme certains journaux a titre et contenus racoleurs.


Commentaire de Mp 17/01/2018 19:28:31

Votre article n'est pas très clair à la lecture du titre. Ok pour la modification mais pour la photo de l'article ...


Commentaire de Ange_l 17/01/2018 20:54:42

Si vous avez modifié le titre il faudrait aussi revoir le contenu: " la gendarmerie et l'Urssaf se rendent sur le site de la centrale nucléaire", le lotissement ne se situe pas sur le site...bref,bref faites attention à la justesse de vos propos svp.


Commentaire de Oeil du Tigre 18/01/2018 17:18:21

Pas très curieux les inspections du travail, il faut dire que les moyens leurs sont limités en effectifs et en pouvoirs.
Combien de couvreurs,de charpentiers en hauteur sans harnais ?
Combien de chantiers de construction sans avis et autorisation de travaux et noms de responsables propriétaires?
Combien de visites boueuses dans la zone Mc Do et autres au sud de Bourgueil et à des horaires "variables extensibles".
Les Maires ont tous des pouvoirs de police et des polices municipales à disposition , Non ?


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI