Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



+ 12% de rémunération : Tout va bien pour les vignerons de la Cave de Saumur

Tout va bien pour la Cave Robert et Marcel qui vient e fusionner avec Alliance Loire. Elle affiche des résultats en nette hausse grâce à ses performances commerciales. Avec un chiffre d'affaires de 29.6 millions d'€, elle progresse de 7% malgré une récolte moyenne. Cela lui permet de proposer à ses adhérents des rémunérations en hausse de plus de 12 % au-dessus du niveau des mercuriales du négoce.



Ils sont 180 vignerons à s'être réjouis lors de leur assemblée générale mercredi dernier. Pour Nicolas Emereau, le nouveau directeur, c'est le résultat d'une stratégie : "Nous faisons moins de vrac, mais plus de bouteilles avec une valorisation de nos terroirs, domaines et lieux dits. Nous n'avons pas les moyens de développer une grande marque, mais celle que nous proposons nous apporte d'excellents résultats. A l'export, notamment où nous constatons une croissance à deux chiffres. Aux États unis, par exemple, notre correspondant enregistre de très bon résultats avec plus de 5 000 hl (NDLR sur les 95 000 produits) distribués de notre marque de Crémant de Loire de Chanceny".

Des investissements

La Cave Robert et Marcel va regrouper ses bureaux près des bâtiments historiques dans le Château de la Perrière. "Nous allons y installer les bureaux et des espaces de dégustation pour nos clients. C'est important que les personnels soit réunis pour la dynamique d'équipe" précise Nicolas Emereau. Par ailleurs, "Robert et Marcel" investit dans un nouveau bâtiment industriel pour 3,5 millions d’euros. Les lignes de production y seront automatisées et robotisées.

Plus de bio

La cave de Saumur Robert et Marcel progresse aussi dans la démarche de vinification "sans souffre" et dans l'amélioration des conditions de production notamment en agriculture biologique. Pour Nicolas Emereau, c'est une demande des marchés et des vignerons : "Actuellement, nous cultivons 100 hectares en bio. Cette surface va progresser, nous mettons en place des mesures incitatives pour aider les vignerons à développer ce mode cultural prisé par les marchés. La demande ne vient pas que la Grande Distribution, mais de tous les segments".

Relire aussi notre article sur la signature du bail avec Clos Cristal annoncé en assemblée générale


Article du 27 janvier 2018 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :

Commentaire de misére 29/01/2018 07:53:11

Ah les pauvres ,il va falloir attendre encore un peu avant de se plaindre de mauvaises récoltes lié au gel.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI