Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



L'hôpital de Chinon, cible d'une plainte pour pollution des eaux

L'hôpital de Chinon (Indre-et-Loire) est en période de turbulences... Après l'annonce d'une grève illimitée de la part de son service des urgences (relire), le centre hospitalier redevient la cible d'une plainte pour pollution avec mise en danger de la santé d'autrui. Une histoire qui remonte à deux ans...

Des eaux usées dans la nature ? (image d'illustration)


Au mois de janvier 2016, à cause d'une canalisation défectueuse, l'hôpital de Chinon avait déversé chaque jour 120 m3 d'eaux usées, non médicales, pendant un mois. Un rejet dans la nature, tout proche de deux puits de captage.

Pollution avec risque pour la santé humaine

Si le directeur de l'hôpital de Chinon assure que la situation est aujourd'hui rétablie, l'Association pour la Santé, la Protection et l'Information sur l'Environnement (ASPIE) ne compte pas en rester là. Elle vient de porter plainte contre le centre hospitalier pour « rejet des eaux usées dans la nature et pollution avec risque pour la santé humaine ». L'association a d'ailleurs été reçue par un juge d'instruction, nommé pour suivre l'affaire...

« Des micro-organismes non conformes au code de la santé »

Pour l'ASPIE, les explications du directeur de l'hôpital ne suffisent pas. L'association explique que la pollution, qui remonte à deux ans, a encore des conséquences sur les puits de captage d'eau potable aujourd'hui. « À chaque épisode de fortes pluies, l'association constate que l'eau des zones de captage est polluée par des germes », rapporte France Bleu Touraine. L'ASPIE s'appuie sur des analyses effectuées par l'ARS (Agence Régionale de Santé), qui font apparaître que des micro-organismes non conformes au Code de la Santé sont toujours présents dans l'eau potable de l'hôpital. « Ces analyses font apparaître des micro-organismes non conformes au Code de la Santé notamment des entérocoques intestinaux c'est-à-dire des bactéries que l'on trouve dans les selles et qui peuvent être responsables de maladies nosocomiales ».

Jusqu'ici, aucune personne n'est tombée malade

Pour se défendre, Christophe Blanchard, le directeur délégué du centre hospitalier de Chinon, a expliqué avoir réalisé des travaux de canalisation, au mois de juillet 2016, soit environ 7 mois après les incidents. Une fois terminé, le 13 juillet 2016, ce chantier aurait permis le retour à la normale de la situation. « Un huissier a même constaté, le 20 juillet 2016, le parfait fonctionnement de ce nouveau système », ajoute Christophe Blanchard dans les colonnes de France Bleu Touraine. Pour le moment, d'ailleurs, aucune personne n'est tombée malade après avoir bu l'eau du centre hospitalier. Si l'ASPIE ne lâche pas le morceau et constate une négligence, difficile d'imaginer des poursuites pénales. Le juge d'instruction poursuit néanmoins son enquête.


Article du 29 janvier 2018 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI