Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



16 février : L'association « Français, réveillez-vous » accueille l'historien Philippe Prévost

L'association « Français, réveillez-vous » organise une conférence à Saumur le vendredi 16 février 2018, dans la salle de la Cocasserie (rue Bonnemère), à 19h. Elle sera animée par l'historien Philippe Prévost, qui « se propose de nous entretenir sur la déclaration Balfour », précisent les organisateurs. À noter également qu'une séance de dédicaces est prévue en fin de conférence, ce vendredi soir...


La déclaration Balfour de 1917 est une lettre ouverte datée du 2 novembre 1917 et signée par Arthur Balfour, le Foreign Secretary britannique. Elle est adressée à Lord Lionel Walter Rothschild (1868-1937), éminence de la communauté juive britannique et financier du mouvement sioniste, aux fins de retransmission.

Le contenu de cette déclaration...

« Cher Lord Rothschild,
J'ai le grand plaisir de vous adresser, de la part du Gouvernement de Sa Majesté, la déclaration suivante, sympathisant avec les aspirations juives sionistes, déclaration qui, soumise au cabinet, a été approuvée par lui.
Le Gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un Foyer national pour le peuple juif et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte soit aux droits civils et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, soit aux droits et au statut politiques dont les Juifs disposent dans tout autre pays.
Je vous serais obligé de porter cette déclaration à la connaissance de la Fédération sioniste ».

— Arthur James Balfour.


Nota Bene : La déclaration est publiée dans le Times de Londres le 9 novembre, dans l'encart « Palestine for the Jews. Official Sympathy ». Par cette lettre, le Royaume-Uni se déclare en faveur de l'établissement en Palestine d'un foyer national juif. Cette déclaration est considérée comme une des premières étapes dans la création de l'État d'Israël. En effet, la promesse qu'elle contient sera mise en œuvre durant la conférence de Paris (1919), préalable au traité de Sèvres (1920), confirmé par la conférence de San Remo (1920).


Article du 12 février 2018 I Catégorie : Vie de la cité

 


24 commentaires :


Commentaire de soupçonneuse ? 12/02/2018 18:11:18

Pourquoi une telle association, dont on connaît le fondateur et les sujets précédemment traités, se réunit-elle dans une salle de la mairie ? Elle navigue masquée, soi-disant en dehors des partis politiques mais bien ancrée à l'extrême droite. Je ne conteste pas le droit de se réunir et d'ouvrir un débat, mais il faut clairement annoncer la couleur...Un débat pas si innocent que ça par un historien pas si innocent que ça (soutien de Soral et Dieudonné).



Commentaire de Francis Prior 12/02/2018 18:46:39

Il s'agit peut être tout bêtement de la liberté d'expression et de débattre.



Commentaire de @ soupçonneuse 12/02/2018 18:54:09

Etre objectif, c'est commencer par dire clairement de quel côté on se situe. Et la plupart des organisations d'extrême droite naviguent masquées : à nous (vous, moi) de les démasquer et de révéler ce qu'elles s'efforcent de cacher. Merci pour votre intervention.



Commentaire de Nostromo 12/02/2018 20:21:26

Dans ce cas ce n’est pas de La liberté d’expression puisque c’est dans une salle, avec des participants acquis aux valeurs d’extrême-droite. Il n’y aura pas de débat contradictoire mais de la propagande pour le quidam qui sera présent au « débat ». Comme le dit soupçonneuse cet « historien » fait partie du mouvement extrémiste. On interdit les spectacles de Dieudonné au motif d’appel à la haine et Soral pour révisionnisme. Cet « historien » sévit dans la fascosphère. Alors faut-il autoriser cette intervention ? La décision n’est pas facile à prendre ... on devine la teneur du discours...



Commentaire de brugiere jf 12/02/2018 22:07:21

Notons tout d'abord que nos "ennemis" ( puisqu'il faut bien les nommer par leur vrai nom) , n'ont aucune raison de se présenter masqués puisque leurs copains sont absolument partout, depuis au moins 1968. Depuis cette date, nous avons du assister à la haute trahison de nos "zélites " de droite , RPR UNR LR et j'en passe ( lire Eric Zemmour., probablement un vrai nazi... Quant à Ph de Villiers, il pense qu'il faudra envoyer cette dite "élite" devant des tribunaux et pour la même raison. ... probablement pour nos analphabètes, Ph de V : nazi , bien sûr?? )
Nos ennemis donc, ne tentent même pas d'argumenter. Probablement en sont ils parfaitement incapables. Alors , il leur reste à éructer. c'est le propre des navets, des ignares qui manient à peine la langue.
J'ajoute enfin, car il faut bien revenir aux choses sérieuses de la conférence: notre conférencier ( doctorat d'histoire et licence de droit) a une spécialité: expert agrée aux Archives du Quai d'Orsay. Explication: En 1917 la France était ruinée pr la guerre depuis 1916. En 1917, c'est au tour de l'Angleterre. La guerre aurait donc pu s'arrêter faute d'argent. D'où l'idée d'envoyer un membre du Parlement et ministre anglais aux EU ( dont la Grande Albion est toujours proche) pour y solliciter un prêt. Démarche, d'autant plus facile que les Américains sont entrés en Guerre au mois d'avril 17 .... et c'est d'autant plus regrettable que la France tente de sortir du charnier en cours. Chaque village commence à avoir sa liste de jeunes, morts dans la Marne ou Verdun ou Argonne.. Chaque famille de notre beau pays, compte ses morts surtout les régions paysannes et catholiques. La Vendée, les Basques les Corses la Provence la Lozere, les Bretons bien sûr , sont en tête de ce massacre national. Un autre protagoniste, l'Autriche, tente aussi de se libérer de l Allemagne, pour arrêter la Guerre, mais c'est sans compter sur Clémenceau, notre "bouffeur de curés" qui n'a qu'un seul ennemi principal aujourd'hui comme hier : les catholiques. La Catholique Autriche est donc renvoyée, dénoncée à haute voix. de façon à ce qu'il n'y ait aucune ambiguité dans le camp allemand.
Ainsi, l'affaire du prêt, en Amérique est facile à monter. Pourquoi alors, a t il fallu que les Américains demandent à Balfour, d'aller rencontrer les banquiers de New York, desquels débouchera cet ultimatum, cette demande de déclaration à l'adresse de Lord Rothchild.
La question principale que nous souhaitons poser au conférencier concerne donc, la place de la diplomatie française , dans cette tractation américaine. Car la France, qui était en titre le protecteur des Chrétiens de Palestine depuis François 1 er a été mise dehors de Jerusalem par les anglais en 1917. en même temps, bien sûr que des Ottomans
Je voudrais que les pauvres hères qui étalent leur pitoyable prose sans rien apporter au " dossier" veuillent bien se calmer et nous fassent part d'un minimum de culture, historique. Ce serait déjà un grand pas en avant, mais ils en sont manifestement incapables. pauvres ignares.
Ils auraient bcp à apprendre lors de la conférence, mais en sont ils capables?



Commentaire de debrugiere 12/02/2018 23:21:28

EMERCIEMENTS

A chaque conférence je suis ( il faut le dire) abasourdi par cette bande de crétins
qui ne semble rien connaître, et éructent des injures. C’est le propre des ignares. Et notre pauvre éducation dite abusivement, nationale n’y est pas exempte de reproches graves. C’est une volonté affichée par nos pédagogistes ( les gauchistes comme meirieux et les autres) que de former des incultes. Il semblerait ( Dieu lui vienne en aide) que notre ministre ( et donc E macron) voudraient y remédier. C’est la preuve qu’ils sont conscients de notre pauvre éducation.. mais je crains que leur volonté d’y remédier ne s’adresse d’abord et uniquement aux immigrés, et non pas aux incultes de chez nous qui sont de plus en plus légion. Je sais de quoi je parle ayant été enseignant plusieurs fois dans ma vie professionnelle.
Je comprends que ces idiots prennent le pretexte de la liberté d’expression pour interdire l’expression. c’est le fameux « il est interdit , d’interdire » des gauchistes américains situationnistes ou des maoistes de mai 68.
Aujourd’hui, on ne peut plus parler de la déclaration Balfour qui est un fait historique, une vraie page d’histoire, ( mais que l’on connaît assez mal) sans se faire traiter de nazi. C’est risible mais grave sur le degré de maturité de ces foldingues. ..aux cervelles minuscules et sans trop de matière grise.

A l’inverse je ne puis que féliciter Saumur Kiosque ( qui ne doit pas partager certaines de nos opinions) mais applique normalement le mot de liberté. Pour Balfour, je ne vois d’ailleurs pas où est la liberté d’en parler ou non . puisqu’il s’agit d’une page d’histoire. Mais dans ce monde parfaitement totalitaire, où la guillotine ( à en croire certains) devrait être élevée place Bilange comme au bon vieux temps , saluons Saumur Liberté pour son courage .
Dans une France en panne, même en maths…, aux millions de chômeurs, et envahie comme cette banlieue Nord Est de Paris qui est officiellement hors du territoire national, il y a de quoi être inquiet de voir de tels zozos, raconter de telles balivernes. Mais nous avons vécu cela plusieurs fois notamment avec les Fouquier Tinville, qui savaient à peine lire mais savaient envoyer des gens à la mort. Le crétinisme de ces gens est à l’égal de leurs instincts meurtriers. Et cela, il faut en être conscient. J’en suis tout à fait conscient.
Et un merci, cette fois à la Mairie, et pour les mêmes raisons. qu’à Saumur Kiosque Il est attristant que pour une simple page d’histoire on soit transporté dans l’univers de mm Mao ou Lénine ou Pol Pot ou Staline. Eux aussi , ils appliquaient à leur façon, la liberté d’expression c’est-à-dire l’interdiction de toute liberté./. Dans leur logique, la liberté avait un nom : le Goulag , la fusillade après avoir creusé sa tombe, ou le coup de révolver dans la nuque ou encore la famine comme en Ukraine ou au Cambodge. Nos contradicteurs ne sont pas des opposants, ce sont des terroristes . N’oublions pas que la Grande Terreur, fut installée à Paris et en France par Robespierre.. qui était contre la peine de mort. C’est fou cmme il ressemble à nos contemporains qui n’ont que le mot « liberté et démocratie » aux lèvres. Souvenons nous de mme Roland disant en gravissant les marches de la guillotine : « liberté ... Que de crimes on commet en ton nom.. «



Commentaire de Morale 13/02/2018 07:35:09

Pour quelqu'un qui se fait souvent remarquer par son racisme et sa haine des différences Adjudant Brugière nous sort son inévitable complot maçonico-gaucho-judeo-arabo-tépasbeau... vu et revu issu des thèses du Fhaine qui oui Mr Brugière a été fondé par des Nazis (cela aussi c'est de l'histoire)



Commentaire de Nostromo 13/02/2018 09:32:48

Un état juif existait en Israël et a été détruit en 70 avant JC par les romains. S’il est vrai qu’il y avait recherche de financement pour la 1 guerre mondiale, la déclaration de Balfour n’est pas suffisante pour expliquer la création d’Israel. Le baron de Rothschild prônait la création d’un état juif en Palestine qui appartenait au sultan d’Istanbul. A cette époque la Cisjordanie et la Palestine sont considérées comme terre internationale.
La création d’Israel est issue de l’antisémitisme régnant en Europe (affaire Dreyfus) et l’extermination des Juifs par les nazis. En 1947 l’ONU partage la Palestine en un état Juif et un état Arabe. La coalition Arabo-Musulmane rejette cette décision et commence une guerre qui dure encore de nos jours.
Votre tirade Adjudant Brugiere sur les soixante-huitards, les bouffeurs de curés, la révolution Française... n’apporte pas grand chose au sujet, si ce n’est montrer votre haine aux gens ne partageant pas vos « valeurs ».
Ce n’est pas le fait historique qui fait débat mais la personnalité de votre historien et son parti pris. Il me semble qu’il a développé une thèse sur la dissolution de l’Action Française (dont on connaît l’orientation politique) et non validée par la communauté des historiens car entachée de contre-vérité.



Commentaire de Francis Prior 13/02/2018 09:44:21

La question ne me semble pas être de savoir si la déclaration Balfour a ouvert la voie à la création de l'Etat d'Israël mais de savoir si on peut débattre dans notre pays ou même seulement exposer des idées fussent elles dérangeantes. A force d'invectives et d'interdits on ne va plus parler de rien on aura droit d'ânonner seulement des "vérités" officielles.



Commentaire de Nostromo 13/02/2018 12:35:24

Tout à fait Francis, cependant la liberté d’expression doit obéir à certaines règles: on doit respecter la morale et sont interdits le mensonge, la raillerie, la médisance, l’irrespect et les insultes.



Commentaire de Francis Prior 13/02/2018 13:18:24

Tout a fait Nostromo. Il est de la responsabilité de chacun d'user avec discernement de l'opportunité que nous offre des médias comme le Kiosque pour débattre avec conviction mais sérénité, en ne cherchant pas à vaincre mais à convaincre, en sachant que chaque instant nous apporte de nouvelles connaissances des manières différentes de penser. Les athéniens passaient leur jeunesse à apprendre à débattre, à se former a ce qui est le cœur de la démocratie, l'élaboration autonome du droit . Cette paideia incluait à la fois la connaissance et le manière d'exposer et d'écouter.



Commentaire de Chomeur 13/02/2018 21:02:52

Cher moral. Saviez vous que de très grand résistants ont fait partie de la création du Front National ? Saviez vous que beaucoup étaient bien loin d'être des nazis et des anti démocrates. Non !? Ce n'est pas étonnant. Brugiere dont je ne partage pas les convictions a raison. Parfaitement raison sur la connaissance nécessaire du passé incontestable et incontesté mais sciemment dissimulé pour berner ceux qui n'ont pas les connaissances des faits historiques. Le passé nous sert à comprendre notre présent. Le futur n'est que le résultat du présent.



Commentaire de Nostromo 13/02/2018 22:56:46

Cher Chômeur, pouvez vous citer le nom des très grands résistants qui ont fait partie de la création du FN ? Merci



Commentaire de CHER CHOMEUR 13/02/2018 23:01:59

taisez vous ou retournez en classe
ce serait plus prudent



Commentaire de Nostromo 14/02/2018 09:31:44

Merci cher Chômeur, votre réponse veut tout dire. Encore une fausse info , mais n’est ce pas monnaie courante au FN ?



Commentaire de C'est l'histoire 14/02/2018 11:46:36

Le monde n'est pas manichéen comme certains le croient.
Oui il y a eu des résistants, certains compagnons de la libération, qui ont participé à la création du FN.
Ca peut faire mal mais c'est comme ça.
La liste se trouve facilement, il suffit de chercher un peu



Commentaire de Nostromo 14/02/2018 12:48:28

Le Front National est un parti fondé en 1972 par Odre Nouveau. Ordre Nouveau était un mouvement politique d’extrême-droite classé néofaciste. Les hommes politiques à l’origine d’Ordre Nouveau n’étaient pas nés pendant la 2 guerre mondiale, donc difficile pour eux d’être de « très grands résistants ».
Vous devez confondre avec le Front National de lutte pour la libération et l’indépendance de la France créé par le Parti Communiste en 1941. Il avait pour object d’unir les forces résistantes communistes et non communistes. Il a été dissous en 1948.
Comme le disent Chômeur et Brugiere il est intéressant de regarder l’histoire et de ne pas fantasmer et inventer l’histoire.



Commentaire de Nostromo 14/02/2018 13:52:41

Pour préciser : il y a eu des résistants qui ont adhéré au FN , mais n’ont pas été à l’origine du FN (Biaggi, Birgy, etc.) mais aussi des collabos (Barthélémy, Dufraisse ...); mais comme dans toutes les mouvances il y a eu des résistants et des collabos.



Commentaire de Mc Lutz 15/02/2018 19:03:03

Un mec qui soutient Soral et Dieudonné n'a rien à foutre dans une salle gérée par la ville ......La liberté d'expression : oui , mais pas dans une salle communale.....A quand le bal du GUD au breil ?



Commentaire de Une ignare pas trop crétine 15/02/2018 22:50:01

Est ce que la commune de Saumur prête ou loue des salles pour d'autres conférences sur l histoire ? Si c'est Non alors cette conférence devrait se dérouler ailleurs ; Si oui il n'y pas de raison d'interdire celle-ci. C est la liberté dans notre démocratie. En revanche, c ´est désagréable de lire que les gens sont des ignares sous prétexte qu ils ne connaissent pas le passé. Ce n est pas cela qui nous donnera le goût d apprendre. Signé : une crétine d'ignare



Commentaire de a.picadestats 16/02/2018 08:50:36

Les gens de droite paient leurs impôts locaux tout comme les commentateurs mécontents sur le site.
Organisez une conférence sur un sujet qui vous plait et demandez à louer la salle..c'est aussi simple que cela!
D'autre part, il faut savoir, tout entendre, tout voir, tout lire et se faire sa propre opinion.C'est cela l'homme libre.



Commentaire de Nostromo 16/02/2018 09:32:26

Nous ne sommes pas avec des gens de droite dans ce cas il me semble. A lire les invectives de l’adjudant Brugiere et la personnalité du sieur Prevost, nous sommes au delà de la limite de la liberté d’expression et dans les contre-vérités, le mensonge et les insultes. Alors je suis d’accord pour se forger son opinion mais là on est dans la propagande et la manipulation politique pour ceux qui n’ont pas assez de recul. Le risque est de monter les populations les unes contre les autres.



Commentaire de Francis Prior 16/02/2018 10:18:57

Justement, la parole et le débat servent à métaboliser la violence. D'où la nécessité de se donner des règles de discussion en évitant les invectives. La commune est dans son rôle d'autoriser et de favoriser les débats en prêtant ou en louant des salles à cet effet. On ne combat pas une pensée en la bâillonnant mais en lui opposant une pensée plus riche et plus complète.



Commentaire de chômeur 16/02/2018 18:35:59

Chers hommes "libres" : Voilà quelques noms qui sont tous des grands nazis extrêmisttte deszeurrrelesplusommmmmbredenotrehistouérrrre qui ont fait parti dés le départ du FHAINEUUUUUXXXXX :


Maître Jean-Baptiste BIAGGI
, avocat, ancien député de Paris, ancien conseiller régional de Corse, ancien maire de Cagnano (Corse), officier de la Légion d’honneur, Croix de Guerre 1939-1945, médaille de la Résistance. Rolande BIRGY, ancienne de la JOC (1928), membre du Sillon catholique (1930), de la CFTC (1929) et du MRP (1945), résistante (Réseau Valette d’Osia), croix du Combattant volontaire de la résistance, Yad-Waschem (titre de « Juste » décerné par l’Etat d’Israël, en 1984), membre de SOS Tout Petits.
Jean-Charles BLOCH, Croix de Guerre, Président du comité des Français Juifs.
Roger BLOCH (Var), commerçant (ER), Croix du combattant 1939-1945, médaille des opérations de sécurité en Algérie, Reconnaissance de la Nation pour faits exceptionnels, ancien conseiller municipal de Toulon.
Nicole de BOISGUILBERT, médaille de la Résistance.
Claude BRABANT (Cher), ancien combattant, réfractaire au STO, évadé de France (1943), agriculteur-éleveur, maire (H) d’Annoix (30 ans), père de 7 enfants, chevalier du Mérite agricole.
Jean-Louis de CAMARET (Vaucluse), Médaille militaire, Croix de Guerre 39-45 avec citations, Croix du Combattant volontaire de la Résistance, ancien membre des réseaux de la France combattante et des FFI, médaille d’argent de la Ville de Paris.
Michel de CAMARET
, ambassadeur de France, député Front National au Parlement européen (1984-1987), Compagnon de la Libération.
Michel CARAGE, Commandeur de la Légion d’Honneur, Compagnon de la Libération, Croix de Guerre 39/45 (6 citations), Médaille Coloniale avec agrafes « AFL » « Fezzan-Tripolitaine » « Tunisie », Médaille des Blessés, Médaille des Services Volontaires dans la France Libre, Presidential Unit Citation (USA), Officier du Nicham Iftikar (Tunisie).
Colonel Maurice CATALAN (Charente-Maritime), certificat national d’appartenance aux FFI, père de 6 enfants, chevalier de la Légion d’honneur, officier de l’ordre national du Mérite, croix de guerre des T.O.E., croix du combattant et diverses décorations étrangères, candidat FN Cantonnales en 2004 à La Rochelle.
Roger CHADUC (Haute-Loire), retraité des finances, combattant volontaire de la Résistance, candidat FN Cantonnales en 2004 à Blesle.
Albert CHAMBON, ancien ambassadeur de France, grand Officier de la Légion d’honneur, médaille de la Résistance, ancien déporté.
Commandant CHALLE, Commandeur de la Légion d’Honneur (dix citations), pilote à Normandie-Niémen.
Capitaine de Vaisseau (H) Pierre CHESNAIS (Var), officier de la Légion d’honneur (6 citations), croix de guerre 1939-1945 et T.O.E., croix de la valeur militaire, croix du combattant volontaire de la Résistance, médaille de la Résistance, médaille des services volontaires dans la France libre.
Gilbert DEVÈZE, grande figure de la Résistance qui rejoint Londres en 1940, Ancien député européen Front National en 86.
Jacques DORÉ, Adhérent au Front National depuis 84, Membre du Comité Central, Secrétaire national aux français de l’étranger, Directeur de cabinet aux affaires étrangères, Croix de guerre, Médaille des Déportés, Médaille des Evadés, Croix du combattant de la Résistance, Croix de la France libre.
Pierre DUFOUR, Ancien Conseiller régional FN de Seine-Saint-Denis, engagé volontaire à la 2ème DB.
Ghislaine de FIQUELMONT, première Française entrée à Metz le 19 novembre 1944, dans les rangs du XXe Corp d’armée américain.
Edouard FONTANA (Val-de-Marne), président de Chambre (H) à la Cour d’appel de Paris, Croix du combattant volontaire de la Résistance, médaille de la France libre, candidat FN législatives 2002 et sénatoriales 2004 (Val-de-Marne).
Édouard FRÉDÉRIC-DUPONT, Croix de guerre 1939-1945, Médaille de la Résistance, Député (1986-88) sur la liste « Rassemblement national » conduite par Jean-Marie Le Pen.
Robert HEMMERDINGER, médaillé de la Résistance, médaille de la France Libre, Croix de guerre, Président du Comité National des Français Juifs, Ancien Conseiller Régional FN d’Ile-de-France (1992-1998), Commandeur de la Légion d’honneur, grand officier de l’ordre national du Mérite.
Roger HOLEINDRE (Seine-Saint-Denis), Membre fondateur du Front National, Vice-président du Front National, résistant, écrivain, grand reporter, ancien député de Seine-Saint-Denis, conseiller régional d’Ile de France, Médaille militaire, Croix de Guerre des T.O.E., croix de la Valeur militaire.
Robert JACOB dit LUZIE (Corse), officier ER, officier de la Légion d’honneur, commandeur de l’ordre national du Mérite, Médaille militaire, croix de guerre (10 citations).
Serge JEANNERET, Croix de guerre 1939-1945, Croix du combattant volontaire de la résistance. Fondateur du FN en 1972, il le quitte en 1975 pour devenir directeur de cabinet de Bernard Lafay, Ministre du gouvernement Chirac. Son épouse Germaine Jeanneret est candidate aux élections législatives de mars 1973 à Paris.
Augustin JORDAN (Paris), ancien ambassadeur, Commandeur de la Légion d’Honneur, Compagnon de la Libération, Croix de Guerre 1939-1945 (4 citations), Membre des premiers SAS, Military Cross (GB), Commandeur du Mérite Allemand.
Jacques LAFAY, Adhérent au Front National depuis 84, Membre du bureau politique, conseiller national à la santé, Officier de la légion d’honneur, Croix de guerre 39-45 ( 5 citations), Croix du combattant volontaire de la Résistance.
Robert LIMONDIN (Seine-Saint-Denis), ancien combattant 1939-1945, prisonnier de guerre (1940-1945) en Prusse orientale.
Francis MASSART (Gironde), combattant volontaire de la Résistance, interné-résistant, évadé, Croix de Guerre 1939-1945, chevalier des Palmes académiques.
Chef de Bataillon (H) Charles MET (Sarthe), ancien président du directoire de la Société laitière de Normandie, vice-président du Cercle national des Combattants, commandeur de la Légion d’honneur, croix de guerre 1939-1945 et des T.O.E., valeur militaire, Candidat FN législatives 1997 (2e circonscription Sarthe), Candidat FN Européennes 2004 (région ouest).
Jean NICOLET (Hauts-de-Seine), retraité de la Police nationale, conciliateur judiciaire (H) de la cour d’Appel de Paris, médaille d’honneur de la police nationale, Croix du Combattant 1939-1945, médaille commémorative 1939-1945.
Général Georges NOËL (Yvelines), de l’Armée de Terre, grand invalide de guerre, officier de la Légion d’honneur, Médaille militaire (1944), commandeur de l’ordre national du Mérite, croix de guerre 1939-1945, croix de la valeur militaire.
Professeur Jacques ROBICHEZ, professeur à la Sorbonne, chevalier de la Légion d’honneur, officier de l’ordre national du Mérite, croix de guerre 1939-1945, ancien président du Conseil scientifique du FN.
Professeur Pierre ROUTHIER (Haute-Marne), ancien élève de l’Ecole normale supérieure, professeur émérite de géologie à l’Université Pierre et Marie Curie, chevalier de la Légion d’honneur, Croix de Guerre 1939-1945.
Albert SAUVANET (Hérault), officier de cavalerie, ancien cadre supérieur des industries mécaniques et métallurgiques, officier de la Légion d’honneur (5 citations, 2 blessures), médaille des évadés, combattant volontaire de la Résistance, chevalier du Mérite agricole.
Lieutenant Colonel Marcel TIBERGHIEN (Nord), ancien de Jeunesse et Montagne (centre-école, maquis Renaud (Thollon) et CR6), puis Rhin et Danube, officier de l’ordre national du Mérite, Croix de Guerre 1939-1945 (2 citations).
Pierre TINSEAUX (Var), engagé volontaire 1939-1945, ancien de la division Leclerc, conseiller régional Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Pierre SAILLY, candidat aux municipales de Saint-Cyr-sur-Mer, ancien déporté à Buchenwald, le Struthof et Dachau.
Pierre SERGENT, Résistant dans le réseau Vélite-Thermopyles avant de rejoindre un maquis en Sologne, Ancien député Front National (1986-1988), Ancien officier.
Jean VALETTE d’OSIA, général de Corps d’Armée. Commandant du 27e B.C.A. de 1940 à 1942, chef militaire de Haute-Savoie en 1943 jusqu’à son arrestation en septembre 1943, évadé puis passé à Londres et Alger en 1944. Grand Croix de la Légion d’Honneur, Croix de guerre 14-18, T.O.E., 39-45., fondateur du maquis des Glières, Grand Croix de la Légion d’Honneur président du Comité de soutien à la candidature de Jean Marie Le Pen.
Docteur Pierre WEBER (Meurthe-et-Moselle), médecin, docteur en médecine, lauréat de l’Académie de médecine, ancien maire de Nancy, conseiller général de Nancy (de 1945 à 1970), membre honoraire du Parlement (1958 à 1978), ancien membre du Conseil de l’Europe, médaille de la Résistance, candidat FN aux régionales 2004 en Meurthe-et-Moselle.
Henri YRISSOU, Inspecteur Général des Finances honoraire, Commandeur de la Légion d’Honneur, Médaille de la Résistance."


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI