Terrains synthétiques cancérigènes ? La Ville de Saumur se veut rassurante quant aux Rives du Thouet

Vous aviez sans doute entendu parler de l'enquête édifiante de So Foot sur les terrains synthétiques (consulter ici, ici et ici). Dans son numéro de novembre 2017, le magazine explique en effet que ces pelouses contiendraient des substances toxiques, voire cancérigènes. La Ville de Saumur, qui compte un terrain synthétique, implanté sur le complexe sportif des Rives du Thouet, suit de près le dossier. Et elle se veut rassurante.

La pelouse synthétique du complexe des Rives du Thouet, à Saumur


« Les petites billes en caoutchouc sont devenues les pires ennemies des sacs de footballeurs. Mais également un problème de santé publique... », indiquait So Foot en novembre dernier, en préambule de son enquête. Une enquête dans laquelle on apprend que ces pelouses contiendraient des substances toxiques, voire cancérigènes. La faute aux granulés, issus de pneus en caoutchouc broyés qui composent le terrain (pour une pelouse synthétique, il faut jusqu'à 23 000 pneus).

Les petites billes noires inquiètent

Ces résidus en caoutchouc, des petites billes noires de 2 millimètres d'épaisseur, contiendraient 190 substances toxiques ou cancérigènes. Du plomb, de l'arsenic ou du chrome, selon une étude de l'université de Yale aux États-Unis, reprise dans l'enquête de So Foot. L'université recense également 239 cas de cancers du sang chez des joueurs de foot, outre-Atlantique, ayant exclusivement joué sur du synthétique. Parmi eux, les deux tiers sont des gardiens, autrement dit les plus exposés à ces granulés lorsqu'ils doivent plonger au sol, par exemple. Un véritable « problème de « synthé » publique », comme s'amuse à l'appeler So Foot, puisque les terrains synthétiques fleurissent dans toute la France (on compte déjà plus de 3 000 pelouses de ce genre dans l'hexagone). Les petites billes noires permettent en effet de maintenir droits les brins de gazon, amortissant les chocs. Elles permettraient aussi une vraie économie, car le terrain ne nécessitera presque pas d'entretien pendant une bonne décennie.

Un nouveau reportage édifiant sur France 2

Jeudi soir dernier, l'émission « Envoyé spécial » (France 2) est revenu sur cette affaire dans son reportage « Gazon suspect » (voir ou revoir en podcast). De quoi remettre de l'huile sur le feu et de se questionner sur la responsabilité des pouvoirs publics et des clubs sportifs... Nous avons interrogé Olivier Braems, 9e adjoint délégué aux sports, pour savoir s'il fallait s'inquiéter à Saumur. La municipalité est en effet propriétaire du seul terrain synthétique que compte la Ville, celui situé sur le complexe sportif des Rives du Thouet (boulevard de la Marne). En 10 ans (inauguration en 2008), cette pelouse a été foulée par un nombre incalculable de joueurs(es), grands et petits.

« Notre synthétique est très bien entretenu »

« Les pelouses synthétiques ne sont pas fabriquées de la même manière en France et aux États-Unis, où a été réalisée l'étude », rappelle tout d'abord Olivier Braems. Si l'adjoint concède qu'« il n'y a pas d'actions mises en places pour le moment », il affirme toutefois que la Ville de Saumur suit de près le dossier : « En tant qu'adjoint aux sports, j'ai demandé, au dernier conseil, que la municipalité redevienne adhérente à l'ANDES (ndlr : Association Nationale Des Élus en charge du Sport). Cela va me permettre de consulter les différentes enquêtes réalisées et de suivre l'évolution des installations sportives en France ». La Ville de Saumur était déjà adhérente à l'ANDES avant le changement de municipalité, en 2014. Mais suite à un « petit loupé », elle ne l'était plus depuis bientôt 4 ans. « Je suis très attentif au dossier », affirme Olivier Braems. Et l'adjoint aux sports d'assurer : « Notre synthétique est très bien entretenu. Je ne vois donc pas pourquoi j'empêcherais les associations de l'utiliser ». Affaire à suivre puisque les ministères de la Transition Écologique et Solidaire, des Solidarités et de la Santé, de l’Économie et des Finances, du Travail, de l’Agriculture et de l’Alimentation et des Sports ont conjointement pris la décision de saisir l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) « sur les éventuels risques liés à l'utilisation des granulats de caoutchouc recyclé, notamment dans les terrains de sports synthétiques ». Le rapport est attendu pour fin juin 2018.

Lire par ailleurs notre Mag'Hebdo : « Les terrains et aires de jeux synthétiques cancérigènes ? ».


Article du 26 février 2018 I Catégorie : Vie de la cité

 


9 commentaires :


Commentaire de Diabolo 26/02/2018 17:54:57

Mais alors, quid de ces produis toxiques laissés sur les routes du fait de l\'usure des pneus? Personne ne s\'en émeut?



Commentaire de Mac Adams 26/02/2018 18:19:42

Vu que les routes sont revêtues de sous-produits pétroliers...



Commentaire de Jean Portebrise 26/02/2018 19:23:35

M. Braerm bote en touche.
Quelle est l'entretien d'une pelouse synthetique ?
Et cet entretien bloque tout risque de cancer !!!!!!
J'aimerais des compléments d'informations pour en etre convaincu.



Commentaire de Pas rassurant du tout 26/02/2018 19:49:19

"Les terrains synthétiques contiendraient 190 substances toxiques ou cancérigènes. Du plomb, de l'arsenic, du chrome etc..." Et la ville de Saumur ne voit pas pourquoi on en interdirait l'utilisation? Ils attendent sans doute les premiers cas de cancer déclarés.



Commentaire de Nostromo 26/02/2018 21:20:54

Et le principe de précaution ? S’il permet de sauver qu’une seule personne ou enfant , il ne faut pas s’en priver. Autant fermer le terrain en question... c’est plus simple.



Commentaire de OCELOT 26/02/2018 22:35:07

Les petites billes noires sont des pneus recyclés qui même si ils viennent d\'Europe sont cancérigènes. Ils contiennent en quantités importantes des métaux lourds et des produits très nocifs. On prend la précaution d\' enlever ces métaux lourds dans les jouets des enfants pour le contact avec la peau et là la dose est multipliée dans les déchets de pneus. Dans le sud une mairie à remplacé les billes de pneus par du liège. Trouvons une solution. Ne jouons pas avec la santé de nos enfants pour de l\'argent.



Commentaire de lateubadudul 27/02/2018 21:11:26

Je crois qu'il faut tout simplement payer un jardinier, et refaire pousser de l'herbe. Pas très compliqué comme solution. Pis y a qu'à decouper la pelouse en tronçons pour les terrasses des élus. Pas cher, recyclage garanti et ça fera le bonheur de Braems qui entretient très bien sa pelouse!



Commentaire de Alex 28/02/2018 10:21:57

Avant d'affirmer qu'en France c'est différent, des analyses ont-elles été réalisées sur le terrain synthétique de saumur ? Et quel entretien peut réduire la toxicité de ces billes de pneus ?



Commentaire de !!!!!!! 01/03/2018 07:12:11

Bonjour j'ai posé des terrains de football et rugby en gazon synthétique pendant plusieurs années. Je peux répondre à certaines questions concernant le remplissage de pneus broyés. Sportivement...



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI