Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Unité de méthanisation de Chacé : les porteurs de projets apportent leur réponse

Le projet d'unité de méthanisation à Chacé pose question et une partie de la population s'est déclarée contre son implantation sur la commune. Pour répondre aux questions, les porteurs de projet ont mis en place un comité de suivi pour accompagner le projet dans sa création et dans son fonctionnement.

L'implantation du méthaniseur est prévue dans la zone de Chacé


« L’objectif de ce comité est de réunir autour de la table des personnes d’horizon divers, concernées par le projet pour échanger, s’écouter et partager de l’information, de manière à faire avancer le projet en concertation », explique-t-on du côté des porteurs du projet.

Un comité de suivi hétéroclite

Il s’est réuni le mercredi 21 février dernier, pour la 1re fois. Il est composé d’un représentant du syndicat du Saumur-Champigny (Dominique Joseph), d’un élu de la Communauté d’agglomération (Anatole Micheaud, en charge de la transition énergétique), d’un élu de Chacé (Grégory Moreau), d’un représentant de la zone d’activité (Mickael Requillard d’Ackerman), de 2 représentants du collectif et habitants de Chacé (Fabien Duveau et Jean Luc Guiocheau) et des porteurs de projet, Lucien Gerbier, président de Saumur Énergies Vertes et Aurélie Kaminski de la SemA-E.

Un ravitaillement avec deux camions

« Le climat était à l'écoute et les participants ont listé des thèmes sur lesquels travailler pour permettre une bonne intégration du projet dans son environnement », explique le communiqué du porteur de projet. Des précisions ont été apportées notamment sur le transport, il a été rappelé que l’unité se ravitaille quotidiennement par deux camions, en provenance de Cizay-la-Madeleine, où seront stockées les matières végétales entrantes.

Transport en camions fermés

Le transport se fera en camion fermé. Une fois par semaine, un camion-citerne viendra apporter les matières liquides et repartira avec le digestat. Celui-ci sera épandu sur des terres agricoles à proximité, autour de Montreuil-Bellay et au sud de Saumur. Le digestat présente l’avantage d’être totalement désodorisé, contrairement au lisier et au fumier, qui sont épandus habituellement dans les cultures. Par ailleurs, il permet d’éviter le recours aux engrais chimiques. S’il n’est accepté en agriculture biologique qu’à certaines conditions, il reste néanmoins une alternative intéressante pour les agriculteurs et permet le retour de la matière organique au sol.

Odeurs : seuls les lisiers en question

La question des odeurs a bien entendu été abordée et le sera à nouveau au sein du comité de suivi. Lucien Gerbier a pu expliquer comment l’unité va fonctionner et tout ce qui est mis en œuvre pour éviter les odeurs. Tout d’abord, au niveau des matières entrantes, seuls les lisiers peuvent présenter une odeur désagréable. Ils seront livrés en citerne et vidés par pompage dans une cuve, située à l’intérieur d’un bâtiment. Ce même bâtiment sera sous dépression et équipé de biofiltres, pour capter les éventuelles odeurs et les traiter. Les camions livrant les matières végétales entreront dans ce bâtiment fermé pour les vider.

Les matières pas au contact de l’air

« Aucune matière ne sera stockée en extérieur, contrairement à ce qui est régulièrement pratiqué sur une plateforme de compostage. Par la suite, les matières sont mélangées dans une fosse couverte et conduites vers le digesteur et le post-digesteur par des pompes. Les matières ne sont à aucun moment du process au contact de l’air », insiste-t-on du côté des porteurs de projet. Et ceux-ci de compléter : « Il faut d’ailleurs préciser que l’incorporation d’oxygène ou d’azote dans le mélange diminuerait l’activité des bactéries permettant la production du biogaz. En fin de process, le digestat est stocké dans une cuve et récupéré par le camion-citerne par pompage ». Il a aussi été précisé que l’unité ne fera aucun rejet de fumée dans l’atmosphère, à l’exception de CO2.

L’INAO convié aux prochaines réunions

Lors des prochaines réunions, différents spécialistes viendront débattre avec le comité sur différents sujets, pour apporter toutes les réponses aux questions que le projet pourrait soulever. L’INAO (Institut national de l'origine et de la qualité) sera notamment convié pour travailler sur les éventuelles interactions de l’unité sur l’activité viticole locale. Ils ont d’ores et déjà été contactés par les porteurs de projet et par le syndicat viticole pour participer à cette réflexion. Les porteurs de projet espèrent que ce comité permettra d’apporter des réponses et de faire avancer le projet dans le bon sens, dans l’écoute et la compréhension des enjeux de chacun.


Article du 01 mars 2018 I Catégorie : Vie de la cité

 


20 commentaires :


Commentaire de Daddie 01/03/2018 17:16:09

"...à l'exception de CO2" ? Et ce n'est pas dangereux le gaz carbonique ? Expliquez-moi ça. Merci.



Commentaire de @ Daddie 01/03/2018 18:13:15

Le CO2 est inévitable. Tout rejette du CO2, même l'être vivant lorsqu'il lâche un gaz, entre autre ! Votre cheminée rejette du CO2, ainsi que votre voiture, sauf si elle est électrique (mais la production d'électricité servant à alimenter votre voiture rejette du Co2).
C'est dangereux si, par exemple, vous mettez le nez dans un pot d'échappement et respirez à grande bouffé.



Commentaire de @Daddie 01/03/2018 19:31:14

C'est presque vrai. "Presque" par ce que, quand on lâche un gaz (jolie expression !) on dégage essentiellement du méthane, gaz inflammable que l'on s'efforce, d'ailleurs, de récupérer dans les élevages bovins. En revanche, on dégage du gaz carbonique lorsqu'on respire; Nous expirons du gaz carbonique. Ce qui en fait pas mal !



Commentaire de chaceenne 02/03/2018 10:00:00

On nous bassine depuis plusieurs mois sur ce projet pour les risques encourus pour les odeurs diffusées dans notre village... Ce que je lis me semble très sérieux. Et si les entreprises precedentes avaient prises toutes ces mesures on aurait pas senti cette odeur depuis plusieurs decennies.Bravo à ces porteurs de projets pour l'interet ecologique de ce projet et pour le bien être aux voisins. Que cherche donc tous ces opposants à part nous emmerd... quand on va chercher notre pain.



Commentaire de Ne balance pas ton pain! 02/03/2018 12:46:49

Une Pauvre Chacéenne, va prendre son pain, tombe deux fois à un mois d'intervalle sur les pétitionistes, refuse la parole ou même de les voir, et elle nous en fait une dépression!
1000 excuses, Madame! Cela mérite bien une pétition, à votre tour, pour harcèlement à caractère non sexuel, je présume.



Commentaire de écologie oui, mais sans nuisances!!!!! 02/03/2018 13:07:09

La méthanisation oui mais à l'écart des habitations me semble relever du bon sens. Le mauvais souvenir des nuisances des plates formes à fumier de champignons est encore présent dans les esprits des riverains est même des plus éloignés puisqu'elles étaient ressenties jusqu'à Varrains et Saumur .
La méthanisation génère des rejets à l'air libre par les soupapes de sécurité ou torchères lors de la surproduction et surpression des réserves de méthane.
N 'y a t'il pas un site semblable mais plus isolé à Roiffé par exemple qui pourrait regrouper ces activités malodorantes !!!



Commentaire de Un Signataire 02/03/2018 13:36:00

En quelques mots:

Deux camions de déchets végétaux par jour et une citerne de liquides par semaine. Vous faites un investissement de 4,5 MF pour traiter ces si petites quantités? Vous ne nous amusez pas un peu,, là!

Sur le plan écologique, les traitements par méthanisation ne retirent pas les métaux lourds qui se retrouvent donc dans les épandages, et apportés aux terres agricoles. La question est donc de connaître ces quantités dans les intrants, dans les sortants et les conséquences réelles. Pour ce qui est d'écarter les engrais chimiques c'est souhaitable, bien sûr.

Pour les digestats absolument sans odeurs, cela semble bien un vœux pieux. Moins d'odeurs, on vous croit. Pas d'odeurs: On peut douter.
Dans la région de Chacé on n'épand pas de lisier à ce qu'il semble, et si vous y venez, n'ajouterez vous pas pour le moins quelques odeurs?
Dans certaines installations (non agricoles), le traitement des boues est l'un des éléments apporteur de nuisances olfactives. Donc c'est à étudier de façon plus précise et objective.

Un contact limité avec l'air, peut-être. Pendant la réaction, oui, aucun contact avec l'air, certainement pas pour les intrants et sortants. A évaluer objectivement! Et qu'advient-il en périodes de maintenance?

Un bâtiment sous dépression, muni de biofiltres, c'est une solution qui va dans le bon sens. Sont-ils totalement efficaces contre les odeurs rencontrées dans ces exploitations? Pourquoi tant de sites sont en question actuellement? La mise sous dépression des bâtiments sera-telle respectée: On ouvre les portes, le camion rentre, le bâtiment n'est plus sous dépression. Une procédure de remise en dépression après l'entrée et à la sortie des camions est-elle prévue?

L'idée d'un comité de suivi comprenant plusieurs intéressés est bonne. Qu'en serait-il pendant l'exploitation?

Ces questions, je me les pose, nous nous les posons, et c'est la raison pour demander une véritable enquête.

Cordialement...





Commentaire de @Ecologie oui, mais sans nuisance 02/03/2018 14:01:00

Même sans aller jusqu'à Roiffé, quand on roule entre Balloire et la RN, en direction d'Antoigné, il y a des champs plus près de Montreuil-Bellay et Cizay-la-Madeleine où l'installation serait à 2 km des premières habitations dans toutes les directions. Il y a aussi de telles zones dégagées vers Cizay-la-Madeleine. L'une ou l'autre de ces possibilités serait une solution avec moins d'aléas.
Pour ce qui est de rejets, les soupapes crachent en cas de surpression. Ce fait devrait être assez rare. Pour les surplus en torchères aussi. Effectivement, le biogaz n'est pas que du méthane, et il contient des produits odorants, et peut produire des gaz nuisibles, voire dangereux en combustion, suivant la composition en souffre (S02) ou en azote (NOx). Le traîtement des digestats par solution thermique pour produits d'épandage secs dégage aussi ces polluants.
(cela impose une hauteur de cheminée réglementaire).




Commentaire de majoritésilencieuse 02/03/2018 14:55:32

On voit bien les techniciens antiméthanisation entrer en action. D'abord on ne comprend rien dans vos explications. Nous chasséens ce que l'on veut c'est que des cativités se développent avec le moins de nuisances olfactives possible car on a deja donné. Je crois que la société SEVE fait ce qu'il faut et je respecte ce travail. Je sais que cela va se mettre en place et on dira plus tard, ils avaient raison, ca ne sent pas, ils ont fait ce qu'il fallait. Bonne continuité dans votre projet.



Commentaire de Montreuillais 02/03/2018 16:37:21

Ils sont un peu bornés chez le collectif, avec Montreuil. Arrêtez de vouloir nous refourguer ce méthaniseur ! On l'aurait accepter avec plaisir mais relisez les articles à ce propos, dans le journal ou ici même : un méthaniseur à besoin de ce raccorder à un tuyau de gaz de ville pour y injecter le fruit de sa méthanisation, mais nous n'avons pas le gaz de ville, nous n'avons pas le gaz de ville, NOUS N'AVONS PAS LE GAZ DE VILLE ! Dis 3 fois ça va peut-être passer. Après, nous, on veut bien qu'un investissement inutile de 4 millions viennent chez nous, si on peut récolté quelques taxes grâce à lui.



Commentaire de Ah Ah Ah Montreuillais 02/03/2018 18:59:59

Mon Cher, vous n'avez pas le Gaz de Ville, mais le produit du Méthaniseur, n'est-il pas destiné à être utilisé autrement? Carburant vert (station à Saumur, oui), Chauffage local (Ephad ou autres établissements collectifs), remplissages de vos citernes en gaz liquéfié (Vos industries consommatrices d'énergie ne sont pas en tout électrique), production d'électricité par turbogénérateur, ... Ah peut-être nous direz vous que vous n'avez pas de lignes électriques!
A lui seul, le ton que vous employez dans votre propos suffit à révéler que vous n'êtes pas très clair dans votre argumentation. Nous n'avons rien à vous "fourguer", mais vous avez peut-être des bouses à nous offrir?
Qui plus est,cette question concerne Chacé,et Varrains ou Saint-Cyr. Pourquoi venez vous mêler du débat? Vous craignez aussi les odeurs chez vous?



Commentaire de chacéenne 02/03/2018 19:08:35

à Montreuillais : enfin merci mais je crois que ce collectif veut simplement montrer qu'il existe même à diaboliser n'importe quel projet....



Commentaire de culture bio 03/03/2018 19:46:07

Après avoir pris connaissance de cet article,j'ai interrogé deux membres du collectif qui découvraient comme moi ce comité...!!! J'ai signé la pétition contre le méthaniseur et je n'ai pu avoir de réponses à mes interrogations :

Echanger ?? sur quoi ?? sur les odeurs, sur les entrants pollués (fumier d'animaux piqués aux antibiotiques, aux céréales traitées,,

Ecouter ?? les porteurs de ce projet n'écouteront ils pas ce qui leur conviendront ???

Faire avancer le projet ?? projet qui rentre dans les énergies nouvelles mais qui pollue...

Est ce que les membres du collectif seront vraiment écoutés et entendus ???

Si quelqu'un peut me répondre .....



Commentaire de un membre du Collectif 04/03/2018 09:21:13

J'avais préparé un mot hier soir. Erreur de ma part dans l'envoi ou bien je suis trop impatient: Je ne le retrouve pas ce matin. Je reviens donc: La démarche vers une enquête publique avec étude d'impact est toujours en cours. Le Collectif existe toujours et n'en reste pas là, ne serait-ce que par simple respect des 541 Signataires. Nous avons à ce jour des questions sans réponses ou des objections très claires, quand la localisation de ce méthaniseur. Si ce Comité "hétéroclite" conduit à une solution acceptable, nous en prendrons acte. Pour le moment, deux membres "représentatifs" choisis ne sont pas tout le Collectif, et l'emplacement envisagé actuellement n'est pas justifié de façon rationnelle. Le Collectif a fait revoir une première implantation, à juste titre, et n'est pas convaincu pour cette deuxième localisation. Il y a des lieux plus favorables à étudier. Si le Comité trouve meilleur emplacement, loin des habitations, mienne ou autres, ou si le Comité prouve qu'il a sérieusement et scientifiquement analysé les conséquences et si l'Exploitant donne assurance de ne pas modifier ensuite les données techniques contractuelles nous devrions tout à fait abonder dans le sens du projet. Nous sollicitons une veritable enquête publique, une étude réelle des nuisances en place des arguments non fondés fournis actuellement.



Commentaire de Pas un Chacéen 04/03/2018 21:17:00

En vérité, il n'y a aucun débat sur le méthaniseur à avoir. Les spécialistes ont parlé : pas d'odeur, pas de matière à l'air libre de toute façon. Pour ceux qui ne s'y connaissent pas, cherchez où sont les méthaniseur dans n'importe quel grande ville. Le plus souvent : au milieu de la ville, sans que personne ne se plaignent (car personne ne s'en rend compte, aucune nuisance).



Commentaire de Bien expliqué, Tout compris! 05/03/2018 13:02:51

"Pas un Chacéen" a bien compris les "Spécialistes", qui lui ont tout expliqué. Les méthaniseurs des grandes villes doivent être,dans son esprit, aussi alimentés par les excréments de bovins et volailles d'élevage intensif.
S'il fait référence aux traitements d'ordures ménagères, ceux-ci sont éloignés des zones d'habitations et les alentours sont soumis à odeurs malgré un traitement immédiat et la production sur place de l'énergie réutilisée localement (vapeur,eau chaude, électricité).
St-Barthélémy d'Anjou, installation très moderne, aurait eu des émanations perceptibles jusqu'à 2 km.
Rien ne dit que Chacé ne rencontrerait pas problème semblable dont les conséquences seraient assez lourdes sous des aspects différents. Une enquête publique et surtout neutre devrait clarifier ces aspects.



Commentaire de charlotte 07/03/2018 12:55:39

devant la boulangerie, j ai entendu "pour la méthanisation mais pas chez nous" je trouve ça pathétique..... cet argument on l entend pour beaucoup de choses et c'est écœurant... quel courage envers vos enfants, quel courage pour le futur... quelle belle façon de voir la vie ! Il faudrait tout de même se mettre à la page , ne plus avoir peur du "nouveau", faire confiance aux techniciens, aux habitants des communes qui ne constatent aucune nuisance ... Je retiens, La création d activité , le recyclage des déchets pour en faire de l énergie propre (oui propre avec des déchets) , l'exemple pour les générations a venir. Vous avez peur des odeurs, je pense qu on ne pourra pas vous retirer cette phobie, il y a des choses qui n ont pas d odeur comme les pesticides, qui personnellement me posent plus question...



Commentaire de @charlotte 07/03/2018 14:20:57

Étudiez un peu la question plutôt que de parler de choses que vous ne connaissez point! De quels spécialistes parlez vous? Quel avenir pour Chacé proposez vous,vous qui semblez si responsable! Avez-vous pour le moins pensé à l'emploi sur Chacé ? Ceci étant dit, je suis tout à fait d'accord avec vous au sujet de la boulangerie: Leur pain est excellent, et il serait dommage de vous en priver.



Commentaire de Varrinois 07/03/2018 14:49:41

L'odeur du pain est sensiblement plus agréable a "renifler" que les odeurs du méthaniseur .....non ?



Commentaire de Amusé 07/03/2018 15:40:25

C'était effectivement un superbe avantage lors de nos démarches de distribution et signature.
On va probablement nous objecter que les gens ont signé pour l'odeur du bon pain, plus que pour les raisons de notre action.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI