Le Kiosque Info
pub
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte



Saumurois. Les nappes phréatiques en redemandent !

Le Service Géologique Régional des Pays de la Loire assure que les pluies pour le printemps sont encore souhaitables, pour la recharge optimale de ces nappes. Certains se plaignent largement que la pluie et le temps maussade s’installent au détriment du beau temps. Pourtant, les nappes phréatiques n’arrivent toujours pas à se recharger suffisamment pour retrouver un niveau acceptable.

La Loire Saumuroise


La situation du niveau d'eau est plutôt inquiétante, donc à surveiller. Il existe en effet deux cas de figure dans la région : soit les nappes sont exposées au flux d’arrivée d’eau du fleuve de la Loire ou de rivières comme la Sarthe, et se réapprovisionnent naturellement, soit elles sont dépendantes des précipitations au fil des mois. Dans le cadre du relevé du suivi du niveau des nappes phréatiques, beaucoup de communes du Saumurois continuent donc de s’appauvrir en ressources d'eaux souterraines (relire notre article).

Des niveaux pratiquement au minimum

On constate que le niveau des nappes phréatiques est parfois en deçà des niveaux moyens habituels par rapport aux années de la période 2004-2017. Afin de dresser un bilan des différentes communes proches de Saumur, nombre d’entre elles observent un niveau en dessous du remplissage optimal. Par exemple, les relevés de Doué-la-Fontaine montrent qu’en mars 2018, l’eau des nappes est descendue quasiment à 8 mètres de profondeur ; alors que la moyenne pour la commune est plutôt autour des 7 mètres.

Plusieurs communes dans un état critique

Le Guédeniau, Daumeray ou encore Souzay-Champigny sont des communes situées sur des zones au nord du territoire Saumurois, où l’on subit un grave assèchement des ressources souterraines sur ces dernières années. Plus particulièrement, la commune de Vaulandry, tout de même en phase de stabilisation, a perdu en trois ans (entre 2015 et 2018) l’équivalent de 60 centimètres de niveau d’eau. La nécessité est donc de veiller à la préservation de cette ressource naturelle, grâce à l’adoption d’une bonne conduite face à nos besoins en eau.


Article du 05 avril 2018 I Catégorie : Vie de la cité

 


3 commentaires :


Commentaire de Pierre 06/04/2018 06:57:29

Il faudrait peut être limité la consommation d eau des citadins et autre adeptes de la douche quotidienne.. Quand il ne s agit que d une... Parfois deux voir trois Non seulement c est une consommation inutile, mais en plus polluante, par le rejet de produits aussi néfastes que les pesticides...



Commentaire de @pierre qui sent 06/04/2018 09:03:37

Pierre il faut se laver ... de temps en temps ! Sinon les odeurs et l’hygiène en pâtissent. D’ailleurs « il n’y a que les gens sales qui se lavent » mdr



Commentaire de @ Pierre 06/04/2018 11:43:26

Pierre a raison beaucoup de m3 sont gaspillé , j'en est un exemple a coté de chez moi . Des heures a arrosé de ( l'herbe et pissenlits ) en pleine chaleur ( c'est vrai c'est un fonctionnaire ) .
Moi je me lave quand il pleut ............................


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

 

 


Créez votre article ! ICI