Madoff de Touraine : Délibéré en septembre prochain

Après deux jours d'audience au lieu des trois prévus, le procès de Sylviane Gigi (ex-Hamon), soupçonnée d'avoir escroqué une cinquantaine de personnes et soutiré près de 4 millions d'euros, vient de s'achever ce 24 mai. Le procureur a requis 3 ans de prison, dont 18 mois avec sursis. Le jugement sera rendu le 6 septembre.


Ce mercredi 23 mai, devant le Tribunal de Tours s'ouvrait le procès de celle que l'on a surnommé « la Madoff de Touraine ».,Sylviane Gigi (ex-Hamon) résidente à Benais était accusée d'avoir soutiré près de 4 millions d'euros en escroquant de nombreux habitants du petit village et même d'amis et membres de sa familles, leurs faisant miroiter des placements mirobolants (relire notre article). Arrêtée en 2012 à Saumur, après avoir été hébergée par une congrégation religieuse, il aura fallu cette date de mai 2018 pour qu'elle comparaisse devant de Tribunal correctionnel de Tours. Trois jours de procès étaient prévus, il n'en aura fallu que deux. Et, selon nos confrères de la Nouvelle République présents au procès, "celle qui se présentait devant le tribunal la voix tremblotante, souvent en larmes, était décrite comme" manipulatrice, affabulatrice et mythomane". "

« Vous n'êtes plus sa mère »

Les plaidoiries ont débuté au premier jour d'audience dans un esprit mélodramatique avec la plaidoirie de Me Descamps, avocat du fils aîné de la prévenue. Ce dernier a fait ressortir la détresse des victimes "Votre fils n’a pas eu la force de venir. Vous n’êtes plus sa mère. (…) Vous avez escroqué votre fils et sa femme pour 233.000 € ! Près de dix ans après, ils ne s’en remettent toujours pas. Les banques les traînent devant la justice. Ils doivent les rembourser pour des prêts qu’ils n’ont pas perçus, fustige-t-il. On est au-delà de la responsabilité pénale, ça confine à l’indignité humaine. Ce gosse, vous lui avez gâché sa vie. Sa mère, il ne voulait que l’aimer."

3 ans de prison dont 18 mois avec sursis requis

Puis le jeudi matin, place aux plaidoiries des parties civiles, accablantes et au réquisitoire du Procureur de la République, Christian Magret :"Sylviane Gigi correspond tout à fait à la figure de l’escroc ordinaire", dit-il. "Quand elle a dit ne pas connaître la pyramide de Ponzi, le système financier qu’elle a elle-même monté, et plaide la folie, j’ai senti alors la résurgence de celle qu’elle a été ou qu’elle n’a jamais cessé d’être." Arguant de la bipolarité de la prévenue, le procureur a requis une peine de 3 ans de prison avec 18 mois de sursis et mise à l'épreuve à hauteur de 3 ans. Il a requis par ailleurs l'obligation pour la prévenue de s'acquitter des sommes dues au Trésor Public et aux victimes, l'obligation de soins et l'interdiction définitive d'exercer une activité en lien avec les faits qui lui sont reprochés (activités commerciales et bancaires). Du côté de Me Ottavy, avocat de la défense, il a admis des "faits incontestables" mais a mis en avant la maladie pour justifier en partie les faits commis par sa cliente. Initialement prévu sur 3 jours, le procès s'est donc terminé ce jeudi 24 mai en fin d'après-midi.
Le jugement a été mis en délibéré au 6 septembre 2018. Quant aux victimes, elles, ne reverront probablement jamais leur argent.

Source : Nouvelle République du 25.05.2018


Article du 26 mai 2018 I Catégorie : Vie de la cité

 


3 commentaires :


Commentaire de richard coeur de lion 27/05/2018 12:10:17

voila ce que c'est de faire !!!confiance a n'importe qui.



Commentaire de Mal encadrée... 27/05/2018 15:52:22

Elle aurait côtoyé qui il fallait, par example à l'époque de l'éclosion du village métiers d'arts de Turquant, elle n'en serait pas là...
Peut être 1ère adjointe?....



Commentaire de l gourdon 28/05/2018 07:50:22

Ce qu'il y a de bien c'est qu'avec une amie ou un menbre de ta famille comme elle tu n'as pas besoin d'ennemis.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI