Fontevraud. L'Abbaye dans le viseur de la Chambre régionale des Comptes

La gestion de l’Abbaye de Fontevraud est aujourd’hui sévèrement pointée du doigt par la Chambre régionale des Comptes (CRC). En cause, « le non-respect répété de ses statuts », « l’information administrative et financière du conseil d’administration déficiente », « le non-respect des grands principes de la commande publique » et d’autres problèmes venant remettre en cause la gestion du monument historique appartenant à l’État, mais géré par le conseil régional des Pays de la Loire.


C’est à travers un rapport de 26 pages publié hier que la Chambre régionale des Comptes (CRC) des Pays de la Loire a soulevé de nombreux problèmes et dysfonctionnements dans la gestion de l’Abbaye de Fontevraud, sur la période de 2012 à 2016. Une gestion assurée par l’association Fontevraud Centre Culturel de l’Ouest (CCO), créée en 1975 sous l’impulsion de l’État, afin d’assurer l’animation et la promotion de l’Abbaye Royale. Ainsi, de par ces nombreux soucis, l’association pourrait se voir retirer sa reconnaissance d’utilité publique, lui permettant de recevoir des dons et des legs.

Une masse salariale douteuse

Durant cette période de 4 ans, pas moins de 2 millions d’euros (en moyenne) de subventions étaient versés à l’organisme par la Région et l’État. « Sur le plan financier, l’association est dépendante pour la plus grande part de fonds publics. De 2012 à 2016, la région et, de manière marginale, l’État, ont versé environ 10 millions d'euros de subventions à cet organisme », peut-on lire dans le rapport. Cependant, bien que l’utilisation de l’argent public se doit d’être transparente et des plus irréprochables, il a été constaté que pour les années 2012 et 2013, la masse salariale brute des 3 plus importantes rémunérations atteignait respectivement 193 237 euros et 196 239 euros (soit en moyenne plus de 5 000 euros bruts par personne), contre 112 001 euros en 2016 (soit en moyenne plus de 3 000 euros bruts par personne), alors même que le secrétariat général de l’association n’était pas compté dans les effectifs.

Le non-respect des grands principes de la commande publique

En plus de cela, la Chambre régionale des Comptes des Pays de la Loire révèle que « plusieurs œuvres, structurantes pour l’Abbaye et d’un coût élevé, n’ont fait l’objet ni d’une mise en concurrence, ni de discussion en conseil d’administration pour décider collectivement de la pertinence de l’achat ». Des achats qui relèvent d’un non-respect des règles de la commande publique, mais des achats justifiés par les services de l’Abbaye qui estiment que ces derniers n’y étaient pas soumis. La CRC précise ensuite ses dires avec plusieurs exemples : « C’est le cas d’une installation achetée en 2012, dont le coût est imputé en partie en fonctionnement et en partie en investissement, pour un montant total de l’ordre de 115 000 d’euros. C’est le cas également d’une œuvre contemporaine d’un montant hors taxe de 50 000 d’euros, achetée en 2013. C’est le cas enfin de maquettes de grande taille, commandées en 2016, d’un coût total supérieur à 250 000 d’euros. »

Le cas de Xavier Kawa-Topor


Xavier Kawa-Topor, ancien directeur de l'Abbaye de Fontevraud (de janvier 2006 à avril 2014), est lui aussi mis en cause dans cette affaire de dysfonctionnements et de mauvaise gestion du monument historique. En effet, durant la période d’avril 2014 à avril 2015, ce dernier, en plus de son travail avec l’association, a principalement effectué une mission pour le compte de l’Association des Centres Culturels de Rencontres (ACCR). Cependant, malgré un travail minime au sein de la CCO durant cette période d’un an, l’organisme a tout de même rémunéré son ancien directeur à 100 %. « La rémunération brute versée à M. Xavier Kawa-Topor au cours de l’année 2014 s’élevait à 85 255,76 euros (source DADS). D’avril 2014 à mars 2015, le CCO a supporté 100 % de la rémunération de son ancien directeur, alors même qu’il ne travaillait pour le CCO que 10 % de son temps. Le coût de cette opération pour le CCO peut être évalué à 76 729 euros (90 % de 85 255,76 d'euros) », précise la CRC.

Un investissement plus qu'une perte ?

Néanmoins, l’ancien président de l’association, de septembre 2005 à juin 2016, a du soutien. Le CCO défend Xavier Kawa-Topor en expliquant que celui-ci fait partie intégrante de l’ACCR et que, par conséquent, la mission de M. Kawa-Topor était légitime et avait un réel objectif. Avant de décrire cette dernière non pas comme une perte, mais comme un investissement économique et culturel pour le CCO, notamment dans le secteur du film d'animation.

Infos pratiques : Lire le rapport de la Chambre régionale des Comptes, en cliquant sur ce lien.


> Lire la suite de l'article en cliquant sur le PDF joint.

Article du 05 juin 2018 I Catégorie : Vie de la cité

 


5 commentaires :


Commentaire de aux journalistes d'investigation... 05/06/2018 17:49:04

Et qui c'est qui va pendant les heures de travail amener le matin son petit garçon à l'école en Touraine ? Mmm ? Mmmm ? Le même qui gagne des sous à ne rien faire !



Commentaire de CQFD 05/06/2018 18:17:42

Pappelez-moi qui était le président du conseil régional de l'époque!



Commentaire de Alcofribas le Ligérien 05/06/2018 18:21:29

Je n'ai pas la compétence pour juger d'éventuelles dérives financières ou pour émettre un avis sur le rapport de la CdC.R
Tout ce que je sais, adhérent et fidèle passeur de l'Abbaye avant l'arrivée de Xavier.K.T. à sa direction; je ne peux que constater que depuis son départ le monument vit moins bien, on sent une financiarisation et un management façon béton; comme un malaise.
La culture et l'art n'y sont plus que virtuels.
Où sont les soirées d'été de cinéma en plein air; où sont les machines de François Delarosière derrière le chevet et le bal de l'Afrique enchantée dans la cloîtr



Commentaire de François-Marie AROUET 05/06/2018 18:37:50

Pas étonnant ! De toute façon, puisqu'il s'agit d'une abbaye royale, le retour à l'Etat s'impose. Au moins, il y aura plus de transparence et moins de copinage avec les uns ou les autres (y compris avec les prétendus artistes dont les oeuvres relèvent plutôt, parfois, du foutage de gueule et enlaidissent cette abbaye historique). Tout cela, naturellement, aux frais du contribuable...
Mauvais exemple encore de la gestion des conseils régionaux. Il serait temps de faire un bilan de la décentralisation sur le plan local. A mon sens, cela nous a coûté plus cher que le contrôle direct de l'Etat



Commentaire de une citoyenne 06/06/2018 09:17:16

Le rapport ne dit pas X.Kawatopor a été payé à ne rien faire . On dit qu' il a été mis à disposition de association nationale des centres culturels pour le compte de Fontevraud et en plus avec l'accord du conseil d'administration ! Il n'y a donc pas de sujet.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI