IFCE Saumur. Le cas de rhinopneumonie est soigné, mais l'Institut du Cheval maintient la quarantaine

L'épidémie de rhinopneumonie équine continue de sévir en France... Les Pays de la Loire sont touchés et l'Institut Français du Cheval aussi. Un cas a été découvert le 28 mai dernier. Le cheval a été mis en quarantaine et des mesures drastiques ont été prises. Le 18 juin, les services vétérinaires ont déclaré l'établissement officiellement sain, mais les dispositions sont maintenues.


« La rhinopneumonie n'est pas une maladie nouvelle, mais, cette année, elle a pris des proportions particulièrement importantes. Il a été constaté plusieurs décès depuis le début de l'année »
, explique Frédérique Mercier au service communication de l'IFCE (Institut Français du Cheval et de l'Équitation).

La situation est en train de se stabiliser


La rhinopneumonie peut prendre plusieurs formes : les virus HVE 1 et HVE 4 sont responsables des formes respiratoires et nerveuses de la maladie. Ce virus est présent et a été particulièrement important cette année. Pour Jean-Michel Marchand, le président de l'IFCE, la situation est en train de se stabiliser : « En France, la situation est en cours de stabilisation, mais nous nous devons de montrer l'exemple. Le cheval qui a déclaré la maladie détectée le 28 mai dernier est soigné. Il n'y a a priori plus de risque, mais nous continuons à ne pas accepter de nouvelles arrivées et les cavaliers qui souhaitent sortir leurs chevaux ne pourront plus les rentrer à nouveau par précaution. Le concours jeunes chevaux ne se déroulera que sur le site de Verrie la semaine prochaine ».

Des conséquences, notamment sur le plan financier

Sur le plan sportif, les compétiteurs présents à l'École Nationale d'Équitation (ENE) peuvent sortir leurs chevaux pour participer aux concours qualificatifs pour les compétitions nationales et internationales, mais s'ils souhaitent revenir dans l'établissement pour travailler, ils doivent passer en zone de quarantaine pendant 10 jours. Sur un plan économique, l'IFCE ne peut aussi avoir un fonctionnement normal et accueillir les personnes qui ont contracté des stages avec leurs chevaux, sauf s'ils acceptent de passer par la quarantaine. « Nous n'avons pas encore mesuré l'impact financier, mais il est important », précise Frédérique Mercier. De nombreux concours sont aussi annulés avec des conséquences sur les économies locales. À Saumur, les Internationaux de Dressage n'ont pas eu lieu début mai et les hôteliers ont déclaré avoir perdu 900 nuitées. « Ces principes de précautions ont des conséquences, mais elles sont nécessaires si nous voulons réussir à enrayer l'épidémie. Il est dommage qu'il n'y ait pas plus de chevaux vaccinés », conclut Jean-Michel Marchand.


Article du 20 juin 2018 I Catégorie : Vie de la cité

 


2 commentaires :


Commentaire de lucky luc 20/06/2018 16:30:27

peut on avoir comme medecin traitant un véto saur saumur car pour trouver un medecin c'est la misére.Les vétos sont tout aussi capable .



Commentaire de c girardeau 21/06/2018 12:50:48

JMM est il vacciné lui ?



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI