Saumur. Les empreintes du violeur « matchent » 10 ans après les faits

En avril 2008, une jeune femme avait été violée dans son appartement, en plein centre-ville de Saumur. Malgré des investigations poussées, l'enquête n'avance pas. Jusqu'au mois de juin dernier, soit plus de 10 ans après les faits, où un prélèvement génétique est effectué dans le cadre d’une affaire de violences conjugales. Les empreintes relevées à l'époque et celles d'il y a 3 mois sont similaires... Interpellé, l'homme a avoué les faits.

Le Fichier national des empreintes génétiques a permis de confondre l'auteur présumé d’un viol, commis en avril 2008


Au mois d'avril 2008, aux alentours de 7h, une femme est agressée dans son appartement du centre-ville de Saumur. Alors qu’elle quitte la chambre de son bébé de 5 mois, un inconnu se présente devant elle.

Il la menace de la tuer si elle parle

Selon l’enquête de police, l’homme lui ordonne de se taire, lui enfile une cagoule et abuse sexuellement d’elle. Il quitte l’appartement en menaçant de la tuer si elle parle. Malgré des investigations poussées après les faits, l'enquête reste au point mort. Mais au mois de juin dernier, une affaire de violences conjugales va tout relancer. Le prélèvement génétique effectué il y a 3 mois est inscrit dans le Fichier national des empreintes génétiques (Fnaeg) et va correspondre, « matcher » dans le jargon de la police scientifique, avec les empreintes relevées il y a plus de 10 ans.

Le quinquagénaire nie les faits puis passe aux aveux

L'affaire est alors relancée et « une nouvelle instruction est ouverte auprès d’un juge d’instruction du tribunal d’Angers », précise le quotidien Ouest-France. Confondu par ses empreintes génétiques, le suspect a été interpellé sur son lieu de travail, ce mardi 25 septembre 2018, par la brigade de Sûreté urbaine de Saumur. Niant tout d'abord les faits, il est ensuite passé aux aveux. À l’issue de sa garde à vue, ce jeudi matin 27 septembre 2018, l’homme âgé de 53 ans a été présenté au juge d’instruction. Mis en examen pour viol sous la menace d’une arme, il a été écroué à la maison d’arrêt d’Angers.


Article du 28 septembre 2018 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :


Commentaire de Les progrès.. 28/09/2018 11:20:47

Il se croyait tranquille le salaud.. Pourriture On devrait obliger l emprunté ADN a tout le monde.... Il y aurait des surprises On côtoie des pourris plus que l'on ne le croit... Des violeurs, des. Tueurs d enfants,et de vieilles dames...et on l ignore...jusqu'à au jour où... Des Le landais il y en a plus que l on croît La preuve Saumur a le siens L identité doit être révélés



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI