Le Mag'Hebdo. 3 milliards d’euros pour l’adaptation au changement climatique

Dans le cadre des Assises de l'eau, les agences de l’eau et leurs comités de bassin ont rassemblé ce jeudi 15 novembre à Lyon près de 800 acteurs de l’eau afin d’échanger sur les solutions pour s’adapter au changement climatique. Face au constat d’une vulnérabilité généralisée des territoires, en proie aux sécheresses et aux inondations, l’heure est aujourd’hui à la mobilisation et au partage des « bonnes pratiques ». Les agences de l’eau vont favoriser le passage à l’action grâce à leur 11e programme d’intervention 2019-2024, elles prévoient d’investir 3 milliards d’euros dans des actions d’adaptation au changement climatique.

La Loire elle aussi est assoiffée


Les grands fleuves assoiffés : jusqu’à -50% de débit d’ici 2070

C’est indéniable, le climat change en France et cela impacte déjà l’eau, la biodiversité et les usages de l’eau. D’ici 2070-2100, les experts du climat estiment que les ressources en eau se feront plus rares, de l’ordre de 10% à 50% de débit d’étiage en moins pour les grands fleuves français et jusqu’à moins 30% pour les nappes. La réduction des débits et des ressources entraînera mécaniquement une plus grande concentration des polluants dans les milieux aquatiques. Avec davantage de fortes pluies en hiver et au printemps et moins de pluie en été et en automne, la variabilité des précipitations sera grande. Les températures atmosphériques grimperont de 2 à 5 degrés et les sols agricoles souffriront de l’augmentation de 10% à 30% de l’évapotranspiration, en particulier en automne. Et pour les régions littorales, la montée des eaux pourrait atteindre jusqu’à 1 m sur les côtes françaises.
Les Français ne s’y trompent pas, ils placent aujourd’hui le changement climatique en tête de leur préoccupation pour l’environnement, devant la biodiversité et la qualité de l’eau potable
Source : Baromètre 2018 de l’opinion des Français sur l’eau, réalisé par l’IFOP pour les agences de l’eau, l’agence française pour la biodiversité et le ministère de la transition écologique et solidaire).

Plans de bassin pour s’adapter au changement climatique

Il est encore temps d’agir. Dans le domaine de l’eau, les solutions pour s’adapter au changement climatique sont déjà bien identifiées dans les plans de bassin d’adaptation au changement climatique, adoptés par les 7 comités de bassin métropolitains. Ces documents identifient les phénomènes auxquels il faut se préparer, offrent un cadre et des actions concrètes pour agir.
Économiser et partager l’eau, favoriser l’infiltration des eaux pluviales ou encore retrouver le bon état des eaux afin que les milieux aquatiques soient mieux armés face au changement climatique font partie des actions préconisées par les plans et déjà mises en œuvre dans les territoires.
Entre 2013 et 2017, ce sont ainsi 25 800 km de cours d’eau qui ont été restaurés avec l’aide des agences de l’eau : c’est l’équivalent de 25 fois la longueur de la Loire. Et 94 500 hectares de zones humides ont été préservés ou restaurés, c'est-à-dire 9 fois la superficie de Paris.
Le passage à l’action a déjà commencé et il doit s’accentuer.

3 milliards d’euros d’aide des agences de l’eau

Les agences de l’eau accompagnent techniquement et financièrement des opérations en faveur du partage de l’eau, de la gestion équilibrée de la ressource, en priorité par des économies d’eau. Elles soutiennent également la préservation de la ressource en eau, ainsi que la restauration des milieux aquatiques et humides et les actions en faveur de leur préservation.
L’essentiel des actions d’adaptation préconisées dans le domaine de l’eau peut prétendre à une subvention des agences de l’eau. Leurs programmes d’intervention sont des leviers financiers pour stimuler la dynamique : au titre de leur 11e programme (2019-2024), les agences de l’eau investiront près de 500 millions d'euros par an pour des opérations contribuant à l’adaptation au changement climatique. Ce qui en fait un des principaux financeurs dans ce domaine.

Une charte d’engagement pour dynamiser l’action

Les agences de l’eau et les comités de bassin invitent tous les acteurs de l’eau - collectivités, entreprises, agriculteurs, associations - à signer une charte d’engagement à préserver les ressources en eau, aller vers des usages sobres et protéger la biodiversité.
Chartes à télécharger sur www.lesagencesdeleau.fr

À propos des agences de l’eau - www.lesagencesdeleau.fr

Les agences de l’eau sont des établissements publics de l’État sous tutelle du ministère de l’Environnement. Elles ont pour missions de contribuer à réduire les pollutions de toutes origines et à protéger les ressources en eau et les milieux aquatiques. Elles perçoivent l’impôt sur l’eau payé par tous les usagers : ménages, collectivités, industriels, agriculteurs… Chaque euro collecté est réinvesti auprès des collectivités, industriels, agriculteurs et associations pour mettre aux normes les stations d’épuration, renouveler les réseaux d’eau potable, économiser l’eau, protéger les captages d’eau potable des pollutions par les pesticides et les nitrates, restaurer le fonctionnement naturel des rivières et protéger la biodiversité.


Article du 19 novembre 2018 I Catégorie : Vie de la cité

 


2 commentaires :


Commentaire de Dédé 19/11/2018 18:26:44

On marche sur la tête on nous dit qu'il faut supprimer les barrages sur tous les cours d'eau alors qu'on sait pertinemment qu'il y aura un plus forte irrégularité de précipitations dans le futur avec de plus fortes sécheresses et inondations alors que ceux ci permettent de limiter ces deux phénomènes !



Commentaire de @ dédé 19/11/2018 21:05:55

il faut réfléchir un peu plus, Dédé...! Les Barrages sont supprimés pour que les pollutions agricoles s'évacuent plus vite vers la mer...
Nous ne pouvons plus laisser à disposition des agriculteurs, les rivières où ils puisent sans cesse de l'eau pour irriguer les maïs, tout en relâchant toujours plus de polluants dans les milieux naturels...
Plus d'eau pour l'irrigation = changement des pratiques agricoles = environnement moins pollué... On peut rêver, non?



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI