Courrier d'un lecteur : "Réflexions autour de quelques chiffres"

Francis Prior nous propose cette réflexion, pour, dans ces moments de grogne de tous bords, mais aussi de remise en cause de notre démocratie, base de notre société, "replacer le débat dans sa perspective économique et sociale". "Le combat contre les impôts et les taxes est l’exemple typique de ce que le populisme veut faire du débat public. Cacher les réalités et abuser du ressenti"....

Entr'aide


"Les faits les mieux établis semblent toujours sans prise quand la passion, les sentiments, les ressentiments, les rumeurs prennent le dessus. Pourtant, ces faits, lorsqu’ils sont clairement établis, devraient nous permettre de débattre entre citoyens sans recourir à ces rapports de force qui dénaturent la République. Au moment même où volontairement ou moins volontairement, un certain nombre de français se lance dans une épopée triste tournée vers le siècle passé, le « Portrait social 2018 » de l’INSEE vient mettre en lumière quelques éléments structurants de notre société.
Ainsi s’agissant du revenu disponible, s’il a baissé entre 2008 et 2016 de 1,2% soit 440€ par an pour l’ensemble des ménages, cela représente en fait 10 € par personne et par an soit 83 centimes par mois et par personne.
Plus intéressant encore, hors effet démographique (c’est-à-dire hausse du nombre de ménages retraités et des familles monoparentales), la diminution du revenu disponible n’est plus que de 0,1%.
Mais surtout, en contradiction flagrante avec la litanie des propos convenus sur l’injustice sociale, les 20% les moins aisés des ménages qui ont vu leurs revenus augmenter par exemple de 450 € (+ 3,9 %) pour les premiers 5% des ménages et de 890 € (+ 5,4 %) pour les cinq suivants.
Par contre, les pertes moyennes de revenu disponible sont significatives pour les ménages appartenant aux 35 % les plus aisés. Ainsi, entre 2008 et 2016, les réformes des prélèvements et prestations ont participé à la réduction des inégalités. Ce résultat des mesures correctives des gouvernements successifs est d’autant plus important que la hausse du chômage et du temps partiel subi ou choisi ont amputé le revenu disponible des ménages ayant un niveau de vie inférieur à la médiane (les plus touchés car les moins qualifiés).

C’est dire que ces mesures fiscales et sociales ont permis à la moitié la moins favorisée de la population d’améliorer leur niveau de vie pendant que la crise réduisait le travail disponible. La République française est bonne fille, comme le rappelle opportunément une compilation d’études réalisée par le Monde au moment où beaucoup évoque le matraquage fiscal :
- Garde d’enfant : 514 € par mois ; coût pour l’utilisateur 195 € (38 % dont 62% Etat).
- Enseignement : 8 710 € par an et par élève (100% a la charge de l’Etat soit 120 000 € de la maternelle à la terminale hors redoublement chiffre 2017). Coût de la scolarité dans l’enseignement supérieur : 11 670 € par an et par étudiant ; coût pour l’étudiant de 0 à 600 €, soit moins de 6% du coût (donc 94% à la charge de l’Etat).
- Frais par personne hospitalisé : 3 228 € par personne ; coût pour la personne 287 € (souvent pris en charge par la mutuelle).
- Coût moyen du billet SNCF : 107 €, coût pour l’usager 48 € (45% et donc 55% pour l’Etat).
Ces services profitent à tout le monde, mais ce sont surtout les moins aisés qui en ont besoin.

Toutes ces politiques visent à donner à chacun d’entre nous les moyens de vivre sa vie, elles renforcent la cohésion sociale. Aussi je ne puis que m’affliger quand je vois ceux-là même qui ont besoin des services publics et de l’action de l’Etat vitupérer contre les impôts et taxes alors qu’ils n’en paient qu’une toute petite partie et reçoivent au contraire beaucoup. C’est par ce mécanisme de transfert que si le revenu brut des 10% les plus riches est 21 fois supérieur au revenu des 10% les plus pauvres, il n’est plus après impôts et prestations sociales que 5 fois plus élevé.
De même, le rapport entre le revenu des 20% les plus riches et des 20% les plus pauvres est ramené de 8,3 fois à 4 fois. Le combat contre les impôts et les taxes est l’exemple typique de ce que le populisme veut faire du débat public. Cacher les réalités et abuser du ressenti. Les fins de mois sont difficiles pour beaucoup, mais c’est d’abord faute d’emplois, mais aussi pour beaucoup, faute de qualification.
Alors encourageons nos enfants à acquérir des qualifications manuelles, intellectuelles, artistiques, de vrais savoir-faire et savoir-être plutôt que de leur répéter sans cesse qu’ils ont des droits."



Article du 24 novembre 2018 I Catégorie : Vie de la cité

 


9 commentaires :


Commentaire de Superdeg 25/11/2018 09:36:41

Et en plus c'est vrai! Bon il n'a pas parlé des avantages énormes des Zélus et anciens ministres et députés. Belle analyse



Commentaire de Gédéon 25/11/2018 11:50:12

Et oui, c'est tout simplement la vérité que dit M. Prior. Alors on peut toujours dire le contraire mais les chiffres sont là et il est quand même plus facile (j'en conviens pas pour tous ) et plus confortable de vivre aujourd'hui qu'hier. Les progrès accomplis par la science, la médecine, la chirurgie etc...n'ont été possibles que parce les anciens (ces vieux d'aujourd'hui) ont acquitté des impôts, fait des sacrifices...Bref autant de mots que beaucoup ne veulent pas admettre ou ne veulent même pas se livrer à une analyse objective. La seule qui vaille pourtant.



Commentaire de Nostromo 25/11/2018 19:09:17

Il faut aussi relativiser vos chiffres,
-le coût du logement est souvent sous évalué
- les classes moyennes n’ont souvent droit à aucune aide
- le coût des étudiants n’est pas ce que vous annoncez, il faut ajouter la CVE, le logement, Le prix des écoles super, les transports, les fournitures et matériel informatique...
- le coût de la mutuelle et des soins dentaires et optiques. Il y a beaucoup de personnes qui attendent le dernier moment pour se faire soigner pour raisons financières
- le coût du véhicule (entretien, carburant, péages, assurance...)
- le coût des transport



Commentaire de LES CHIFFRES// LA REALITE 25/11/2018 19:32:17

Certes, monsieur Prior fait une analyse chiffrée intéressante et merci à lui.

Sauf que la réalité n'est pas faite que de statistiques et d'analyse.

Les gilets jaunes sont certes inquiets mais pas seulement.
Certains sont entre les seuils... Si vous n'avez qu'un ou pas d'enfants, adieu toutes les aides... Les petites retraites, n'en parlons pas...

Les travailleurs pauvres, et il y en a, sont content de savoir qu'il y a des écoles et des hôpitaux, mais ils doivent d'abord manger et se loger... Et cela n'est plus possible!

Si vous travaillez loin de chez vous au Sm



Commentaire de Patrice 26/11/2018 10:45:56

Merci pour cette remise à l’heure des pendules ; j’ajouterais qu’il serait profitable pour beaucoup de faire un petit tour à l’etranger ,
je parle de nos voisins développés bien sûr ...
je pense que cela permettrait de mieux nous situer .



Commentaire de grizly 26/11/2018 16:02:55

Quelles sont mes ressources, quelles sont mes charges!!??
C'est un peu comme la météo : la température est prise sous abri.
Le ressenti est bien entendu très différent .
L'analyse de Francis est juste, mais la vraie vie des gens n'est pas là et la gestion du disponible est très compliquée pour beaucoup.
Les besoins "vitaux" ont changé : téléphonie, chaines payantes ect...
Quelles sont mes envies, de quoi ai je besoin!!??



Commentaire de Francis Prior 26/11/2018 23:01:34

Je crois que c'est bien là la question: envies et besoins. Je me permets de vous renvoyer au beau livre de Jean Baptiste de Foucauld: "L'abondance frugale".
On est toujours trop pauvre par rapport à ses envies, mais on est riche de peu quand on prend le parti de ne plus vivre pour consommer mais simplement de consommer pour vivre



Commentaire de A francis Prior... 26/11/2018 23:35:13

Cette philosophie est tellement belle... BESOIN/DESIR
Mais pour certains français aujourd'hui c'est choisir entre besoins et besoins... On se chauffe ou on se lave... On mange ou on se chauffe...
Ouvrez les yeux..
Et personnellement, les français seraient peut être prêts à des efforts si parallèlement ils ne voyaient pas une caste privilégiée dont vous êtes peut être monsieur PRIOR, des revenus confortables voir très confortables, à l'image de nos élus qui donnent des leçons aux français pour participer à l'effort écologique, pendant qu'ils se gavent et polluent éhontément, sans auc



Commentaire de Duraton 27/11/2018 11:16:11

Enfin quelqu'un qui du recul , qui a l'intelligence de se renseigner.
Tous les Français ne sont pas des gilets jaunes. Ce n'est pas en cassant l' économie que ceux-ci vont recevoir des subventions ou des augmentations de salaire . Quand la France a 2200 milliards de dettes que nous devrons, nous et nos enfants, rembourser sous peine de vraie misère suite à la faillite de l' État ,est-ce le moment de supprimer les impôts pour soi quand on en paye (moins de 50% des Francais) et augmenter ceux des autres, des 'arrêter de travailler, de favoriser la fuite des capitaux au lieu de les encourager



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI