Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


2019 : Il y a 80 ans éclatait la Seconde Guerre mondiale

Alors que l'on a commémoré en cette année 2018 le centenaire de l'armistice de la grande guerre, celle de 1914-1918, 2019 marque quant elle les 80 ans du début de la seconde guerre mondiale.


Le 1er septembre 1939, sans déclaration de guerre formelle, l'armée allemande envahit la Pologne sous le prétexte que les troupes polonaises ont commis des provocations le long de la frontière germano-polonaise, ce qui provoque la déclaration de guerre de la France et de la Grande-Bretagne : C'est le début de la Seconde Guerre mondiale.

Un conflit planétaire


La seconde guerre mondiale fut un conflit planétaire qui, de 1939 à 1945, opposa les puissances démocratiques alliées (Pologne, Grande-Bretagne et pays du Commonwealth, France, Danemark, Norvège, Pays-Bas, Belgique, Yougoslavie, Grèce, puis URSS, États-Unis, Chine, et la plupart des pays de l'Amérique latine) aux puissances totalitaires de l'Axe (Allemagne, Italie, Japon et leurs satellites, Hongrie, Slovaquie, etc.). Le conflit, qui coûta la vie de plus de 40 millions de personnes, a duré six ans, du 1er septembre 1939, date de l'agression allemande contre la Pologne, au 2 septembre 1945, jour où le Japon capitula. Circonscrite à l'origine à l'Europe, elle devient véritablement mondiale avec l'entrée dans la guerre, en 1941, de l'URSS, du Japon et des États-Unis.

Plus d'ampleur que la Grande Guerre de 14-18


Le nombre des belligérants, la nature et la puissance des moyens mis en œuvre, le caractère idéologique du conflit donneront plus d'ampleur encore à cet affrontement qu'à celui de 1914-1918. On y distinguera deux immenses théâtres d'opérations. Le premier, centré sur l'Europe, va de l'Atlantique inclus à la Volga et de l'océan Arctique à l'Afrique équatoriale ; le second, axé sur le Japon, englobe le Pacifique, l'Inde, la Chine et le Sud-Est asiatique. En dehors de quelques États d'Amérique latine et de quelques îlots européens (Espagne, Portugal, Suède, Suisse), toutes les nations du monde et leurs dépendances entreront peu à peu dans la guerre. Si quelques « têtes » dominent particulièrement ce conflit (Churchill, Hitler, Roosevelt, Staline), ils le doivent évidemment à leur forte personnalité, mais aussi à l'importance des ressources humaines, économiques, scientifiques et techniques que leur pays mettra à leur disposition.

Une guerre en 2 épisodes


Les historiens s'accordent à discerner deux parties dans le déroulement de cette guerre. La première, qui s'étend jusqu'à la fin de 1942, est marquée par le flux conquérant des puissances de l'Axe (Allemagne, Italie, Japon). Un terme y sera mis dans le Pacifique par l'échec naval japonais de l'archipel des Midway, en Afrique par la bataille d'El-Alamein et le débarquement allié au Maroc et en Algérie, en URSS par le désastre de la Wehrmacht à Stalingrad. Dans une seconde partie, les Alliés reprennent l'initiative et la direction du conflit, puis, refoulant systématiquement le Japon dans le Pacifique et débarquant en Europe, contraindront d'abord l'Italie (1943), puis l'Allemagne et le Japon (1945) à la capitulation.

La responsabilité de l'Allemagne nazie

C'est d'abord à l'Allemagne d'Adolf Hitler qu'appartient la responsabilité fondamentale de ce conflit. Soulevé par la mystique du national-socialisme, Hitler est installé en 1933 au pouvoir par le président Hindenburg dans un pays rongé par le chômage et les conséquences économiques et sociales d'une inflation catastrophique. Son objectif est d'effacer le diktat de Versailles et d'assurer à l'Allemagne l'« espace vital » nécessaire à son expansion démographique : le réarmement va donc lui servir à la fois à préparer les conditions d'un changement politique et à remédier à la crise. Quelques années plus tard commencera la folle aventure de ses coups de force, auxquels la faiblesse et les illusions de l'Angleterre et de la France ne répondront que par autant de renoncements. En particulier, leur absence de riposte à la réoccupation de la rive gauche du Rhin par la Wehrmacht – en violation du traité de Versailles (1) –, le 7 mars 1936 retirait aux démocraties occidentales tout moyen de coercition à l'égard de l'Allemagne nazie.

Le rapprochement de Mussolini vers l'Allemagne nazie

En Italie, Mussolini a pris le pouvoir dès 1922, dans un pays qui s'estime lésé par les traités de 1919 et de 1920 : les accords avec l'Autriche-Hongrie et la Yougoslavie ne répondent pas aux promesses faites par les Alliés le 26 avril 1915 (traité de Londres), lorsqu'ils avaient détaché l'Italie de la Triplice. Pourtant, lors de la conférence de Stresa (avril 1935), Mussolini conclut avec la Grande Bretagne et la France une entente qui stipule que les trois pays s'opposeront à toute modification des traités. Mais, contré par la Grande-Bretagne et la France lors de l'affaire éthiopienne (→ campagnes d'Éthiopie, octobre 1935), Mussolini se rapproche de Hitler et dénonce les accords de Stresa.

L'expansionnisme nippon

Au même moment s'affirmaient en Extrême-Orient les visées expansionnistes de l'empire japonais. Ayant imposé son protectorat à la Mandchourie, occupé la province chinoise de Jehol et quitté la SDN (1933), le Japon entre en 1937 en guerre avec la Chine ; il occupe rapidement Shanghai, Nankin et les principaux ports du Sud-Est (1939), refoulant à Chongqing Tchang Kaï-chek. L'extension de l'influence nippone dans le Pacifique ne provoque aucune réaction des États-Unis, alors entièrement absorbés par le redressement de leur économie et qui n'interviendront pratiquement pas dans la crise internationale d'où sortira la Seconde Guerre mondiale.

(1) Le traité de Versailles est un traité de paix signé le 28 juin 1919 entre l'Allemagne et les Alliés à l'issue de la Première Guerre mondiale. Élaboré au cours de la conférence de Paris, le traité est signé le 28 juin 1919, date anniversaire de l'attentat de Sarajevo, dans la galerie des Glaces du château de Versailles, et promulgué le 10 janvier 1920. Il annonce la création de la Société des Nations (SDN) et détermine les sanctions prises à l'encontre de l'Allemagne et de ses alliés. Celle-ci, qui n'est pas représentée au cours de la conférence, est amputée de certains territoires et privée de ses colonies, et astreinte à de lourdes réparations économiques et à d'importantes restrictions de sa capacité militaire.


Article du 05 janvier 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


10 commentaires :


Commentaire de Bon rappel de l'histoire 06/01/2019 09:30:36

Cela est glaçant quand on se remémore toutes ces guerres que la plupart d'entre-nous avons eu la chance de ne pas connaître.
Alors remercions la France pour ce qu'elle est aujourd'hui, même avec ses défauts et soyons heureux de vivre en Paix dans ce si beau Pays.



Commentaire de DON QUICHOTTE 06/01/2019 16:47:19

le traité de versailles signé par willson, n'a jamais été ratifié par le congrès americain.



Commentaire de Francis Prior 06/01/2019 18:13:57

Merci pour ce rappel. ¨Peut être ajouter que le nazisme est d'abord un racisme dans la lignée des études sur les races qui se sont développées dans une suite dénaturée des théories de Darwin. Je recommande le beau livre très documenté (à en faire mal à la conscience) de Johan Chapoutot "la loi du sang"



Commentaire de pito 06/01/2019 18:44:26

On n'est pas en retard au kiosque,c'est comme la galette des rois en vente dès le 15/12 ou le mois du blanc qui commence le 26/12.on a peur de rater l'évènement ou on veut être les premiers à le commenter.Par contre sauf erreur,vous avez oublié l'an dernier les 80 ans des accords de Munich,du 30/09/38 ,pas très glorieux pour la France (faux départ de la guerre) " Ils devaient choisir entre le déshonneur et la guerre. Ils ont choisi le déshonneur, et ils auront la guerre"aurait proféré Winston Churchill CQFD



Commentaire de isidore 06/01/2019 19:34:03

Il est vrai que cela à commencer loin de nos frontières...Mais y-a-t'il une grosse différence avec ce qui se passe aujourd'hui...Je ne parle pas de l'Allemagne, mais la colère gronde avec tous ces pays européens qui ont opté pour la voie du nationalisme. Bon la différence, c'est qu'à l'époque, il n'y avait pas d'Europe avec un grand E... Espérons qu'elle maintiendra le gouvernail.



Commentaire de don quichotte 07/01/2019 07:43:07

jules ferry disait : les races supérieurs doivent éduquer les races inferieures. ce début de 3ème république ressemble étrangement a cette fin de 5ème et son président. ? non!



Commentaire de cobra_11 07/01/2019 08:51:37

Bon article. Cette période "d'insanctions" si je peux me permettre ce néologisme, à également permis bon nombre de débordements secondaires. L'absence de coercition, permettra par exemple à l'URSS de contester du territoire à la Finlande, et plus tard d'annexer les pays baltes (d'ailleurs c'est un peu court de la placer dans les démocraties même si une réelle coopération a existé au travers notamment des nombreux convois en matériel de l'Arctique). Même entre alliés (ou anciens alliés dans le contexte), certains sales coups seront permis, comme le massacre de la flotte de Mers El Kebir par le Royaume-Uni en 40. En somme, c'est la base de la justification d'une réglementation internationale, aujourd'hui encore imparfaite.



Commentaire de don quichotte 07/01/2019 09:33:27

les faits restent les faits. justifications imparfaite ou pas .



Commentaire de pito 07/01/2019 12:38:14

07/01/79 ,encore un anniversaire:il y a 40 ans ,le régime communiste des kmers rouges était renversé par les vietnamiens.Encore un bilan monstrueux:environ 1,7 millions de morts(20% de la population)Mais n'oublions pas le génocide arménien avec ses 1,2 millions de morts
Rwanda: 1 million,Ex-Yougoslavie: 200.000.URSS de 1917 à 1990 peut-être 60 millions de morts.Chine sous Mao: entre 50 et 70 millions de morts ...liste non exhaustive du 20 °siècle qui montre ce dont l'homme est capable
Mais ne rêvez pas,l'histoire est un éternel recommencement, et les conflits en Europe malheureusement reviendront non pas sous la forme conventionnelle mais sous forme de guerre civile ou ethnique à cause de dirigeants européens irresponsables qui font semblant de ne pas voir que le vivre ensemble est pure utopie



Commentaire de A méditer 07/01/2019 13:00:35

La raison et la lutte pour le bien l'emportent toujours sur le mal.
Que tous les haineux actuels et responsables de violences intolérables, réfléchissent. Les malfaisants ont toujours des adhérents aveuglés dans un premier temps et malheureusement trop souvent au prix de vies humaines mais les mauvaises actions se paient toujours un jour ou l'autre. Vive la bienveillance, le respect de l'autre et la défaite des nuisibles!


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI