Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Le portrait éco. Phyteurop à Montreuil-Bellay : Vers une 3ème voie de l'agriculture

La société Phyteurop dont le siège est situé en région parisienne et l'unité de production à Montreuil-Bellay, sur la zone Europe-Champagne, est spécialisée dans le développement, la production et la commercialisation de produits phytopharmaceutiques (ou formulation et conditionnement de produit de protection des cultures à base de produit avec molécules issues de synthèse et de produits autorisés en culture Bio) à destination des professionnels agriculteurs et viticulteurs. Son leit-motiv : promouvoir la 3ème voie de l'agriculture.


Cette rubrique vous est proposée
en partenariat avec
Allianz David Degroise






Phyteurop est née en 1966, une petite société créée par Pierre My. Et c'est Edgard Pisani, alors maire de Montreuil-Bellay qui est à l'origine de cette venue sur le territoire montreuillais. Après des années de développement, Phyteurop fait rentrer dans son actionnariat tour à tour les coopératives agricoles et viticoles françaises puis une société italienne, SIPCAM. Ainsi les agriculteurs et les viticulteurs se trouvent particulièrement et activement représentés, une situation inédite et singulière dans le monde phytosanitaire. « Ils sont pour ainsi dire les patrons de l'entreprise », se plait à dire Martin Dellamaggiore, directeur du site de Montreuil-Bellay. Ainsi durant plusieurs années, la société s'est appelée SIPCAM PHYTEUROP pour revenir dans les années 2000 à son nom d'origine PHYTEUROP, les italiens du siège Milanais ne participant plus au management de l'entreprise.
Après l'acquisition en 2002 du suisse MEDOL SA puis en 2003, une prise de participation dans l'allemand PLANTAN GmbH., nouvelle étape en 2017 : Les coopératives agricoles à travers InVivo, une union des coopératives a repris le contrôle total de Phyteurop qui est dorénavant dirigé par le groupe Bioline by InVivo. « Une opération qui vise à répondre aux attentes des agriculteurs et viticulteurs d'avoir accès à des produits de protection des plantes dont l'origine de formulation est sécurisée », explique le directeur d'usine. Aujourd'hui Phyteurop ce sont 140 salariés, 50 au siège et commerciaux rattachés et 90 à la production à Montreuil-Bellay. Le chiffre d'affaires d'élève à 86 millions d'euros, plaçant l'entreprise au 6ème rang français dans le secteur des produits phytosanitaires.

3ème voie de l'agriculture

La stratégie de Phyteurop est désormais de promouvoir la 3ème voie de l'agriculture, qui est de développer toutes les solutions possibles de protections des cultures, sans préjuger des produits phytosanitaires à base de molécules issues de la chimie de synthèse ou encore des produits utilisés par l'agriculture biologique tels que le soufre liquide en suspension concentré ou du sulfate de cuivre, appelé bouillie bordelaise. « Il est impensable d'envisager que demain on sera sur du 100% bio. Cela ne pourra pas contribuer à nourrir toute la planète », justifie Martin Dellamaggiore. Et de continuer : « Pour la première fois, nous avons recours aux insectes pour lutter contre la pyrale du maïs, en résumé, des insectes (Trichogrammes) qui éradiquent d'autres insectes, l'un étant le prédateur pour l'autre. » Puis il y a la digitalisation avec des drones,, avec l'accumulation d'enregistrements de données dans des fermes pilotes permettant l'observation des paramètres pour optimiser les utilisations d'intrant (n.d.l.r. pesticides, engrais...) et renforcer la traçabilité. « Bioline by Invivo as également mis en place une assurance récolte et l'expertise-conseil, ce qui rassure l'exploitant. Phyteurop fait désormais partie d'un groupe qui a, dans ses filiales, la possibilité de rechercher la synergie entre les semences, les engrais, la protection des cultures avec des produits issus de la chimie de synthèse, des produits utilisables sur culture Bio et la digitalisation, en ayant le souci de répondre aux attentes des consommateurs et de l'environnement, avec une démarche vertueuse tout en préservant la compétitivité des agriculteurs et/ou viticulteurs. »

Montreuil Bellay, un site unique en France

Le site de Montreuil-Bellay, unique en France car reposant sur un actionnariat 100% français, continue de développer ses capacités de production dans la mesure où les productions sont de plus en plus saisonnières et s'adaptent aux aléas climatiques tels que la sécheresse ou l'excès de pluie, qui se traduisent par des demandes très différentes. « Nous allons recruter dans les années à venir de l'ordre de 25 personnes pour faire face aux départs à la retraite programmés dans les années qui viennent. Nous continuons également à investir dans la sécurité et la protection de l'environnement et dans la formation. D'ailleurs, nous participons régulièrement aux exercices de prévention organisés par la Préfecture, nous sommes classés Seveso et certifié ISO 9001. » Et le directeur d'usine de conclure : « Malgré une réglementation sur les pesticides (n.d.l.r. Loi EGALIM*) qui perturbe les équilibres du marché et des sociétés du secteur qui fusionnent au niveau mondial, tous ces éléments extérieurs rendent difficiles les prévisions actuelles. Cependant dans ce contexte complexe, la stratégie de Bioline by Invivo nous permet de croire en l'avenir car notre idée est d'aller vers cette 3ème voie de l'agriculture, qui permet de réconcilier agriculteurs / consommateurs et alimentation, et ce, grâce à notre offre 360 qui permet d'allier semences, protection des plantes, biocontrôle et digital expertise conseil ! ».

Martin Dellamaggiore où la passion de l'industrie

À 56 ans, Martin Dellamaggiore, ingénieur chimiste originaire de Nevers est arrivé en Saumurois en 1998. Avant cela, après une année de service national dans la marine nationale à Cherbourg, de 1988 à 1992 , il a intégré l'industrie Pharmaceutique dans la synthèse et la formulation de vitamines et d'antibiotiques (Groupe Hoffmann la Roche) en Alsace en tant que responsable d'unité de fabrication et de projets de construction de nouvelles installations. Puis de 1992 à 1997, il s'est dirigé vers l'industrie de synthèse de produits allant dans les cosmétiques, la détergence et d'adjuvants pour diverses industries à partir de matières premières d'origine végétale (Groupe Henkel) en Seine et Marne, en tant que responsable de production. Enfin, depuis 1997, soit 22 ans il a été recruté chez Phyteurop en tant que directeur de l'usine de Montreuil-Bellay.

* Après avoir été adoptée par le Parlement le 2 octobre 2018, la loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable dite loi EGALIM a été promulguée le 1er novembre 2018. cette loi poursuit trois objectifs : payer le juste prix aux producteurs, pour leur permettre de vivre dignement de leur travail ; renforcer la qualité sanitaire, environnementale et nutritionnelle des produits ; favoriser une alimentation saine, sûre et durable pour tous. En savoir plus https://agriculture.gouv.fr/egalim-ce-que-contien...

En savoir plus : http://www.phyteurop.fr/


Article du 21 mars 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :


Commentaire de Jobijoba 21/03/2019 23:13:12

Pesticides, insecticides, herbicides,... Glyphosate et d'autres encore. Qui dit mieux ?


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI