Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


La start-up de ce Saumurois cartonne en surfant sur la couche bio...

Il a passé son enfance à Doué la Fontaine, son bac au Lycée Saint Louis à Saumur, ses études à Nantes. A 35 ans, Mathieu Bateur et son ami vendéen, Johan Bonnet se sont lancés il y a un an dans la distribution en circuit court de couches-culottes bio respectueuses de la santé des bébés. Ils ont pris un temps d'avance sur la grande distribution. Les fabricants viennent d'être sommés par l'État de prendre des engagements pour limiter les substances chimiques. Les leurs sont propres.

Mathieu Bateur


Glyphosate, PCB, dioxines... Des mots qui ne séduisent pas les parents quand on aborde la santé de leurs bébés. Et pourtant... Cela fait quelque temps que des alertes sont lancées sur la composition toxique des couches jetables. C'est sur ce principe que Mathieu Bateur et Johan Bonnet ont décidé de se lancer. Mathieu Bateur : "Nous avons travaillé dans ce secteur après nos études à Nantes. Nous voulions développer une couche naturelle, absorbante et accessible à tous. Après de multiples péripéties et rencontre, nous avons découvert un fabricant dans les Vosges qui fabrique une couche naturelle. C'est ainsi que nous avons créé « Les Petits culottés »."

Pas en Grande Distribution

Pour distribuer leurs produits, Mathieu Bateur et Johan Bonnet ont décidé de se passer des circuits classiques. "Pour pouvoir proposer un produit de qualité à un prix abordable, nous avons décidé de fonctionner uniquement en circuit court, par abonnement sur notre site pour éviter les intermédiaires. La consommation de couches est tout à fait prévisible, c'est pour cela que cela fonctionne".

Booster par l'annonce de l'État

Le nombre d'abonnements au site à été démultiplié depuis l'annonce de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) qui a confirmé la présence de substances chimiques dans les couches, telles que des herbicides et des pesticides interdits, tels que le lindane ou l’hexachlorobenzène. L'organisme en a remis une couche en demandant aux fabricants de prendre des engagements très rapidement. En attendant que les circuits classiques s'adaptent, la demande évolue et les "petits culottés" ont de quoi fournir.

Plus d'infos : https://www.lespetitsculottes.com


Article du 24 février 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


6 commentaires :


Commentaire de mafou 24/02/2019 09:59:49

"Des mots qui ne séduisent pas les mamans..." et les papas non plus très certainement. Pourquoi ne pas utiliser le terme parent? Par habitude, par manque d'attention, par la force des clichés que continuent d'entretenir les publicitaires quand il est question de petite enfance.
Couches, soin aux petits, donc "tâches" maternelles. Et l'inconscient collectif fait surface même dans un article du Kiosque, par ailleurs très intéressant et plein d'optimisme.
Merci pour cette belle mise en lumière, mais s'il-vous-plaît, faites attention à ces banalités qui cumulées, sont bien moins anecdotiques qu'elles en ont l'air.



Commentaire de Mad 25/02/2019 12:33:43

Non mais on va pas non plus commencer à utiliser les mots que deux-trois personnes en mal de reconnaissance et totalement déconnectées du monde réel veulent instaurer. Il faut arrêter la victimisation pour chaque sujet et sortir du "Il faut dire ceci et non cela" à tout va. Calmez-vous. C'est pas Twitter ici surtout.



Commentaire de mafou 25/02/2019 15:15:18

Twitter ne m’intéresse pas. En revanche, il m’importe qu’un site d’informations locales fasse attention aux termes qu’il utilise et à ce que cela implique. J’en faisais simplement la remarque amicale à la rédaction, sans aucun énervement, ni agressivité, ni victimisation.
De nombreux pères s’occupent de leurs enfants en bas âge, et de nombreuses mères souhaitent ne pas être seulement assignées au rôle de « maman ». Ce n’est pas un problème de reconnaissance, c’est un problème de prise en compte de la réalité. Il existe un terme simple pour désigner les adultes en charge de leur jeune enfant, et c’est le mot « parent».
Les mots ont un sens, un poids, ils façonnent beaucoup de nos représentations mentales. Chez nous tous et particulièrement chez les jeunes enfants. Ne pas véhiculer des clichés, c’est comme changer des couches : une habitude à prendre, et ensuite on n’y pense même plus!



Commentaire de La rédaction 25/02/2019 15:57:54

Nous avons remplacé le terme de "mamans" par "parents".



Commentaire de mafou 25/02/2019 16:40:34

Merci La Rédaction!



Commentaire de @mafou 25/02/2019 19:40:08

Entièrement d'accord avec vous.Les mots ont un sens.


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI