Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Chinon. En 2018, la centrale a produit 6,2% de la production nucléaire française

La centrale nucléaire de Chinon constitue « un atout essentiel pour répondre aux besoins de la consommation d’électricité bas-carbone en France », assure le groupe EDF. Première employeuse industrielle de Touraine, elle est aussi « un acteur économique majeur de la région Centre-Val de Loire ». Ce lundi 25 février 2019, le géant de l'électricité faisait donc le bilan 2018 de la centrale nucléaire de Chinon. « Une année riche » selon ses termes...

2018, une « année riche » pour la centrale de Chinon


En termes de production, le site a produit, en 2018, 24,3 milliards de kWh « en toute sûreté et sécurité », soit environ 6,2% de la production nucléaire française. L’activité industrielle programmée a été marquée par deux arrêts pour simple rechargement des unités de production 1 et 3 et deux arrêts pour visite partielle des unités de production 2 et 4.

Le bilan « sûreté » de l'année 2018...

La sûreté a constitué, « cette année encore, la première des priorités pour les salariés de la centrale de Chinon. 2018, a été une année de consolidation de ses résultats qui sont en constante amélioration depuis quelques années », poursuit EDF ce lundi 25 février 2019.

26 inspections, 32 évènements significatifs

L’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a réalisé 26 inspections. La centrale a déclaré 32 évènements significatifs de sûreté de niveau 0 et 4 événements de niveau 1. De plus, deux évènements significatifs sûreté, un de niveau 1 et un de niveau 2, dit « génériques », communs à plusieurs réacteurs sur le parc nucléaire, dont Chinon, ont été déclarés. Aucun de ces évènements n’a eu d’impact sur le fonctionnement et la sûreté des installations. En mars, un arrêt automatique réacteur de l’unité de production numéro 3 s’est produit suite à un dysfonctionnement au niveau d'un matériel de mesure de tension, situé à la sortie de l'alternateur. Aucun évènement incendie marquant n’a eu lieu.

Prévention des risques : moins d'accidents en 2018

La sécurité des personnes intervenant sur les installations, qu’elles soient salariées d’EDF ou d’entreprises extérieures, « constitue une exigence constante » pour la centrale nucléaire de Chinon. En 2018, 9 accidents avec arrêts sont à déplorer, contre 14 en 2017.

Moins d'accidents = moins d'arrêts de travail

Les types majoritaires d’accidents sont le plain-pied et la manutention manuelle pour lesquels « des actions de sensibilisation ont été engagées ». Aucun accident n’a eu lieu sur les risques critiques électriques, travaux en hauteur et levage. Le taux de fréquence (nombre d’accidents avec arrêt de travail par millions d’heures travaillées) s’élève ainsi à 2,0 (3,2 en 2017) pour les salariés d’EDF et des entreprises extérieures. De même, le suivi de la dosimétrie des intervenants « fait l’objet d’un contrôle permanent ». En 2018, la dosimétrie collective (c’est-à-dire la dose moyenne reçue par mille travailleurs) s’est établie à 2,16 hSv. Aucun intervenant n’a dépassé 14 mSv/an ; la réglementation fixant la limite d’exposition pour les travailleurs du nucléaire à 20mSv/an.

2018, une année d'investissement(s). Les chiffres...

La centrale de Chinon a consacré près de 363 millions d’euros pour son exploitation et ses investissements en 2018. « Partenaire privilégié du développement socio-économique local », la centrale a versé 72,3 millions d’euros d’impôts et taxes au profit du territoire. « Près d’un tiers de commandes passées sont réalisées auprès des entreprises locales et régionales », chiffre EDF. En 2018, la centrale a poursuivi son programme industriel et ses investissements afin de se préparer à prolonger sa durée de vie au-delà des 40 ans, qui va continuer avec :
- un programme de maintenance récurrente à travers des campagnes d’arrêts programmées, la réalisation des visites décennales des unités de production, notamment en 2019 avec la visite décennale des 30 ans de l’unité de production numéro 3 et en 2020 pour l’unité numéro 4,
- le grand carénage avec les travaux Post Fukushima qui se sont poursuivis sur l’année 2018 avec la construction des Diesels d’Ultimes Secours pour les 4 unités de production représentant un investissement d’environ 80 millions d'euros,
- le programme de rénovation des bâtiments tertiaires qui se poursuit,
- la déconstruction des réacteurs UNGG (Uranium Naturel Graphite Gaz) avec la construction d’un démonstrateur industriel proche du site.

Désormais, la centrale veut « préparer l'avenir »

La centrale nucléaire de Chinon souhaite donner une forte dimension territoriale locale à son développement économique. Ainsi, le 24 octobre 2018, elle a participé à un des comités locaux, dénommés « Instances de Concertations et de Coordination (ICC) », initiés par la Préfecture de Région et le Conseil régional. Pilotés par un membre du corps préfectoral, ces comités ont pour objectifs d’accompagner le territoire sur les thématiques de l’appui aux entreprises en faveur du développement économique local, la formation et les compétences, les infrastructures et la logistique et la communication, avec notamment la promotion des métiers de l’industrie. Concrètement, il s’agit d’effectuer un état des lieux par domaines, des actions déjà entreprises autour de la filière nucléaire, de recenser les besoins à venir du CNPE de Chinon, et de définir quelles seront les adaptations nécessaires à engager par le territoire pour y répondre, afin de pouvoir bénéficier pleinement des retombées locales.

Ressources humaines : quelques chiffres de 2018...

- La centrale emploie 1 363 salariés EDF CNPE, 350 salariés EDF autres entités et 800 salariés permanents d’entreprises prestataires,
- 26 embauches ont été réalisées en 2018 et plus de 70 alternants ont été accueillis,
- Avec 473 recrutements en 7 ans, la centrale a assuré le renouvellement de plus d’un tiers de son effectif,
- 137 146 heures de formation ont été dispensées, soit en moyenne un mois de formation par salarié,
- EDF Chinon confirme ainsi sa place de premier employeur industriel d’Indre-et-Loire.


Article du 26 février 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI