Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Saumurois. La transmission agricole, véritable casse-tête des élus

Le Saumurois est un territoire agricole de haute valeur ajoutée. En 2019, 88 structures gravitent autour du secteur avec 1 500 chefs d'entreprise et 3 000 emplois directs. Mais avec 30% des agriculteurs qui ont plus de 55 ans, dont 10% qui ont plus de 60 ans, l'enjeu de transmission des exploitations est inquiétant. Un enjeu que l'agglo prend très au sérieux. Pour y répondre, elle a lancé des guides pour favoriser les transmissions...

Jérôme Harrault et Jean-Michel Marchand, ce 26 février


Deux nouveaux guides viennent tout juste d'être publiés par la Communauté d'Agglomération Saumur Val de Loire (CASVL) ce mardi 26 février 2019, à partir de 16h : les guides locaux « s'installer en agriculture » et « transmettre en agriculture » (les liens en bas de l'article). Leur diffusion avait déjà été évoquée lors du lancement, l'été dernier, du réseau « Saumur Val de Loire Agriculture » (relire).

« Désormais, il faut parler de l'avenir »

Pour Jérôme Harrault, 4e vice-président de l'agglomération, « l'agriculture est un des piliers de l'économie saumuroise. C'est une puissance économique du territoire dotée d'une diversité et d'une richesse à haute valeur ajoutée. Désormais, il faut parler de l'avenir, de la transmission en rendant attractif le territoire. Mais il faut se réunir, ne pas travailler chacun de son côté ». Quoi de mieux qu'un guide pour se fédérer ? Dans tous les cas, c'est la démarche suivie par l'agglo saumuroise pour jouer pleinement son rôle de facilitateur dans la transmission d'exploitations agricoles. « Nous sommes partis sur 2 guides spécifiques : 1 pour s'installer, plutôt à destination des jeunes, et 1 pour transmettre, plutôt à destination des anciens. Les démarches sont bien différentes entre les 2 cas », explique Yoan Fournier-Moreau, chargé de l'agriculture à la CASVL.

Ne pas marcher sur les plates-bandes de la Chambre d'Agri

Ces 2 plaquettes ne réunissent pour le moment que 17 partenaires agricoles (sur les 88 possibles en Saumurois), qui se sont engagés à diffuser les 2 guides à leurs adhérents. « Toutefois, 54 structures sont mentionnées à l'intérieur », précise Bernard Lebrec, journaliste à l'agglomération. « Nous avons essayé d'être le plus exhaustifs possible, mais notre rôle n'est pas de prendre la place de la Chambre d'Agriculture. Le but est simplement d'établir des liens de référence pour l'installation et la transmission », ajoute quant à lui Jérôme Harrault. Parmi les partenaires, on notera la présence de la SOMINVAL, société gestionnaire des Marchés d’intérêt national d’Angers et de Vivy, qui s’est engagé dans le réseau Saumur Val de Loire au dernier SIVAL (relire). La SOMINVAL est un partenaire de poids puisqu'elle représente 60 adhérents.

Arboriculture, viticulture... une transmission difficile

Ce sont les 2 secteurs où les exploitations sont les plus délicates à transmettre en Saumurois : l'arboriculture et la viticulture. En règle générale, la transmission est difficile sur le territoire avec une moyenne située entre 10 et 20 installations par an et un ratio de 1 installation pour 3 départs. La finalité de ces guides, pour l'agglo, réside dans l'installation sur des endroits qui se libèrent, donc. « Ce que nous voulons éviter, ce sont des rachats par un groupe puis des extensions, comme ce qui s'était finalement passé pour cet agriculteur d'Allonnes (NDLR : Pascal Deschenais, relire). Ce n'est pas ce qui était prévu », concède Jean-Michel Marchand, président de la CASVL. « Il faut aussi sensibiliser les cédants, c'est l'objectif du guide transmission. Il existe en effet beaucoup d'agriculteurs qui n'ont jamais réfléchi à l'arrêt de leur activité. Il le faut, pourtant, puisqu'une reprise ne se fait pas en seulement 2 mois », rappelle Jérôme Harrault. « Même s'il y a une volonté très forte de s'installer chez les jeunes, ça prend du temps, en effet, et surtout en Saumurois. Il faut aussi l'aval des banques, tout ne dépend pas de la simple volonté », ajoute son président. Et de se projeter : « On prend un virage dans le domaine agricole avec des jeunes qui arrivent avec des équipements numériques. L'agriculture est passée par un paquet de bouleversements et pas uniquement technologique. Le numérique va prendre une place à part entière, il ne faut pas que l'on soit en retard ».

Nota Bene : Dans le cadre de transmissions, la Communauté d'Agglomération Saumur Val de Loire organise depuis 2 ans le Farm Dating (relire). Pour le moment, les résultats sont assez faméliques : une reprise dans le cadre de la première édition, en 2017, et des contacts établis entre potentiels cédants et repreneurs suite à la seconde édition, en 2018, à la fin du mois de novembre dernier.

Concrètement, que retrouve-t-on à l'intérieur des guides ?

Dans le guide d'installation, les éventuels repreneurs pourront s'informer sur les étapes pour créer ou reprendre une entreprise agricole, les conseils pour se former et pour acquérir les compétences, pour développer son expérience avant de se lancer, sur le PAI (Point Accueil Installation), le premier contact pour un projet d’installation, des informations pour trouver un site pour s’installer, pour se préparer à gérer demain son entreprise, pour chiffrer et financer son projet, mais aussi les formalités à l’installation, les partenaires filières ou encore les réseaux techniques et professionnels.

Pour le guide de transmission, les problématiques sont différentes... On y retrouvera les étapes pour transmettre une entreprise agricole, les conseils pour anticiper (5 à 10 ans) avant la transmission, préparer la retraite, évaluer l’entreprise, des informations pour que le foncier ne soit plus un obstacle à la transmission, des renseignements pour savoir transmettre à un porteur de projet, les stages de parrainage pour réussir le passage de relais, comment gérer son patrimoine, comment formaliser le projet de transmission, mais également une liste des partenaires filières.

« On ne s'arrête pas à la simple diffusion de ces 2 guides, l'objectif est de faire vivre le réseau. Nous réaliserons un bilan au mois de février 2020, pour voir si ça a avancé », conclut Jérôme Harrault.

Infos pratiques : Le guide d'installation en cliquant ici, et le guide de transmission en cliquant ici. Retrouvez également l'actualité agricole saumuroise sur la page Facebook Saumur Val de Loire Agriculture et sur le site internet de la Communauté d'Agglomération : www.saumurvaldeloire.fr.



Article du 27 février 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


8 commentaires :


Commentaire de Pas d'inquiétudes 27/02/2019 18:13:31

Que Jean Michel marchand ne s'inquiète pas , il y a toujours des repreneurs . Dès qu'une exploitation est à reprendre vous avez tels des chiens affamés qui se jettent sur la gamelle des agriculteurs qui souhaitent agrandir leur exploitation . Si ces derniers sont membres du syndicat majoritaire vous pourrez toujours faire ce que vous voulez pour installer un jeune , ce sera peine perdue . Un jeune agriculteur du Nord de l'Agglo qui a déja été victime de ce genre de situation



Commentaire de Superdeg 27/02/2019 18:21:59

Y a les Chinois qui sont acheteurs



Commentaire de Nico 27/02/2019 21:02:28

Transmettre quoi. Comment traiter les ruisseaux Comment epuiser les sols et les rendre impermeables Detruire la nature pour produire davantage Ceux qui respectent n y arrivent pas . Et les gros ont le droit de tout avec ces memes elus. Pitoyable!!!! En quoi cela regarde l agglo???



Commentaire de Titi 27/02/2019 21:06:46

Lamentable Des deniers publics pour finir avec des seigneurs qui controlent tout. Mettent les elus a leurs pieds. Controlent les chemins et tout le reste. Et le petit agriculteur que je suis. Respectueux n a le droit a rien!!!



Commentaire de C est plus facile de commenter .... 27/02/2019 21:45:12

Bonne nouvelle !!! Si la plupart des agriculteurs n 'ont pas de repreneurs... les commentateurs du kiosque vont pouvoir présenter à leur banque un projet sérieux ... il a l' air si simple de devenir riche en travaillant 6 7 jours sur 7 , 18h/24... avec un cheval... sous la pluie ... par 35 degrés... ils vont vite abandonner et laisser la place aux investisseurs... qui feront travailler les bulgares 😁😁😁



Commentaire de France 27/02/2019 22:29:46

Bonsoir, pourriez vous, pas d'inquiétudes, expliquez ce que vous avez vécu un peu plus longuement pour que l'on puisse lire vos déboires. Pas de jugement, ni d'analyse sur un domaine non connu, mais une lecture profitable.



Commentaire de je sais comment cela se passe... 27/02/2019 22:38:48

Travaillant comme fournisseur dans le milieu, je sais très bien comment cela se passe. Les plus "gros" mangent les autres, reprennent tout ce qui peut être repris, montent des serres parfois illégalement... et asphyxient tous les autres qui veulent s'installer ou qui veulent raisonnablement agrandir leurs exploitations. Le plus bel exemple se trouve sur les communes de Brain/ allonnes, Allonnes. Par contre je pose la question du rôle de la SAFER qui est censé réguler les transactions et freiner la boulimie de ces vautours!!!



Commentaire de Airpur49 28/02/2019 07:14:00

Si les produits des agriculteurs étaient payés au minimum au coût de revient, peut-être y aurait-il des candidats aux reprises d’exploitations. Si les agriculteurs étaient un peu moins montrés du doigt comme des pollueurs, des profiteurs d’aides européennes, des personnes sans cœur qui exploitent les animaux, peut-être les choses seraient différentes. Si les démarches administratives étaient moins contraignantes en terme d’emploi, de déclarations de toutes sortes, de dossiers de demandes d’aides, peut-être toutes les bonnes volontés de tout le territoire suffiraient pour inverser la tendance. Pour ma part , je pense que c’est peine perdue et que seuls les grands groupes qui ont des services administratifs pointus comme les entreprises des autres secteurs d’activité pourront sen sortir. Les agriculteurs ont une bonne image au salon de l’agriculture mais après...


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI