Faye-l'Abbesse. Hôpital Nord Deux-Sèvres. Les syndicats mobilisés contre la suppression de 83 postes

Les syndicats des hôpitaux Nord Deux-Sèvres sont toujours mobilisés contre la suppression annoncée de 83 postes, envisagée par l'ARS pour répondre à une grave crise financière. Moins d'un an après son ouverture, en juin 2018, l'établissement enregistre en effet un déficit de près de 10 millions d'euros. En parallèle, un centre de santé est en projet pour pérenniser le centre hospitalier, ainsi que les soins d'urgence.

L'hôpital Nord Deux-Sèvres a ouvert au mois de juin 2018


Le centre hospitalier Nord Deux-Sèvres (CHNDS), ouvert au mois de juin 2018, est confronté depuis plusieurs mois à une grave crise financière avec un déficit qui n'a cessé de se creuser pour atteindre désormais près de 10 millions d'euros. Pour tenter de retrouver un équilibre financier, l'Agence Régionale de Santé (ARS) souhaite mettre en place un plan de redressement et propose la suppression de 83 équivalents temps plein (ETP), ce qui correspond à 147 postes.

« Nous ne sommes pas dupes »

Dans un tract distribué à la fin du mois de mars 2019, la CGT dénonçait : « Le représentant de l’Agence Régionale de Santé et notre directeur ne cessent de nous dire que le CREF (NDLR : contrat de retour à l'équilibre financier) est la seule solution et que nous n’avons pas d’inquiétude à avoir quant au soutien de l’ARS, qui souhaite la pérennisation de notre établissement. Sauf que nous ne sommes pas dupes. Quand le président Macron présente les orientations de la loi santé hôpital 2022, ses propos sont clairs et ne laissent aucun doute : chaque territoire de santé - en ce qui nous concerne, les Deux-Sèvres - aura un établissement support, dont la vocation sera de proposer des activités de chirurgie, de bloc, d’obstétrique… Et sur ce même territoire, les autres établissements seront de proximité et auront vocation à proposer des activités de médecin gériatrique, soins de suite et de réadaptation […] et établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. Si l'on ajoute que les réformes concernant la formation et le recrutement des médecins ne viennent absolument pas répondre aux difficultés que nous connaissons, nous ne pouvons être que fortement inquiets pour l’avenir du CHNDS », expliquait Alain Fouquet, le secrétaire de la section CGT au CHNDS dans une interview à notre confrère de La Nouvelle République.

Des actions à Thouars et à Bressuire

Pour se faire entendre, les grévistes ont décidé de mener des actions de communication, notamment lors du salon des vins de Thouars, le samedi 30 mars 2019, et lors de la foire expo de Bressuire, le week-end du 5 au 8 avril dernier. Les syndicalistes CGT et FO du CNDS y ont distribué des tracts appelant la population à se mobiliser contre le contrat de retour à l'équilibre financier, le CREF. Pour eux, une échéance importante avait lieu le vendredi 12 avril dernier : une réunion sur le thème de l'attractivité médicale de l'établissement avec la direction, les représentants des usagers et du personnel et les élus. Avant cette réunion, Alain Fouquet de la CGT rappelait, toujours dans les colonnes de La Nouvelle République : « Nous avions demandé cette réunion pour obtenir un plan de retour à l'attractivité de l'établissement plutôt qu'un plan de retour à l'équilibre financier en décembre dernier, mais cette demande était restée lettre morte. Il s'agit de voir comment on peut améliorer les réseaux routiers et téléphoniques, le lien avec les médecins généralistes et le recrutement de médecins ».

Des projets pour développer l'attractivité

La réunion du vendredi soir 12 avril dernier à Parthenay, qui a lieu seulement 3 jours après une
autre organisée à Thouars, avait pour objectif d'évoquer l’avenir du CHNDS et de renforcer son attractivité « auprès du public comme auprès des médecins », résumait Patrice Pineau pour La Nouvelle République. La réunion a débouché sur l'annonce d'un projet de centre de santé ayant pour but de pérenniser l'hôpital et les soins d'urgence. Selon Laurent Flament, référent de l’ARS, un appel à projets va être lancé en 2019 pour créer ce centre de santé sur le site de l’hôpital de Thouars. Comme l'explique La Nouvelle République, « il s’agit d’y regrouper des médecins salariés par l’hôpital, via une structure mutualisée ».

Certaines « difficultés de communication »

Dans un entretien accordé à notre confrère du Courrier de l'Ouest, Jean-Michel Bernier, maire de Bressuire et président de la Communauté d'Agglomération du Bocage Bressuirais, signifiait justement à propos de ce problème d'attractivité du CHNDS : « Le choix de Faye-l'Abbesse est là, il faut donc le faire vivre. Il y a une difficulté d'accès notamment par les communications. Mais c'est un problème qui n'est pas majeur. Faisons en sorte de persuader les médecins généralistes de préconiser d'abord l'hôpital de Faye-l'Abbesse où on est très bien soigné. Je ne suis pas le seul à le dire. S'il y a aujourd'hui un manque de médecins et de patientèle, c'est un problème de notoriété. N'oublions pas que l'hôpital n'est ouvert que depuis un an. Je m'insurge dans ce dossier où les élus s'étaient mis d'accord, qu'ils n'aient pas été suivis par la population ou de ce qui a été raconté aux populations. Pendant des années, avant même son ouverture, le site de Faye-l'Abbesse a été critiqué et non valorisé. Tous ces éléments font que l'hôpital souffre d'une notoriété insuffisante ».


Article du 16 avril 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


7 commentaires :


Commentaire de nicolas s 16/04/2019 11:50:42

Encore un coup des socialistes. Ségolène savait que le projet n’était pas viable et surtout a cette endroit mais comme il faut toujours laisser sa trace.



Commentaire de A méditer 16/04/2019 17:59:07

Donc plutôt faire confiance et aider notre hôpital de saumur si nous ne voulons pa quˋil subisse les mêmes problèmes.



Commentaire de ERIC 16/04/2019 18:11:42

Franchement les idiots qui ont choisi Faye l'Abbesse s'étonnent du manque d'attractivité de cet établissement tant par le personnel soignants qu'administratifs mais également de la patientelle, ils avaient la tête où au moment du choix... J'ai eu à m'y rendre en fin d'année 2018, loin de tout on emprunte quasi des chemins de traverses pour y accéder, et à l'intérieur tout est neuf mais désert, vous pouvez arpenter les couloirs sans croiser âme qui vive. Allons Mmes, Mrs un peu de réflexion et de retenue avant d'utiliser l'argent des autres...



Commentaire de bis repetita 16/04/2019 19:43:05

Ils n'avaient pas encore compris après la gabegie de l hopital Fillon pôle de sante sarthe et loire. Même désastre.



Commentaire de Peut-être 17/04/2019 09:16:58

Construire des habitations autour de cet hôpital et en effet, faire un peu plus de communication.



Commentaire de phil 17/04/2019 11:31:25

Construire un hopital perdu au fin fond de la campagne , c\'etait l\'assurance de son échec, honte aux élus locaux qui n\'ont pas réussi a s\'entendre sur un projet viable ils portent la responsabilité de cet immense gachis



Commentaire de Eh oui! 17/04/2019 13:04:05

Certains réclament encore des services de proximité dans les ruralités mais cela représente un énorme coût. Mille trois cent habitants à Faye l'Abbesse et un hôpital désert, c'est grave quand même. Espérons que cela va s'améliorer avec le temps.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI