Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur - Doué-la-Fontaine - Thouars - Loudun - Chinon - Bourgueil - Longué
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Le portrait éco hebdo. Azkedia à Chacé : La performance avec humilité

AZKEDIA, fabricant de cartes électroniques et systèmes câblés, basé sur la zone industrielle de Chacé et filiale du groupe ZEKAT, est confiant dans son développement. Alors que l'entreprise est passée aux mains de divers groupes, elle désormais sereine, ne dépendant désormais que d'un actionnaire unique, qui plus est un angevin. Et d'ici quelques mois, elle devrait gagner 1 000m2 en superficie et projette une dizaine d'embauches. Portrait d'entreprise et d'entrepreneur.


C'est en 2016 qu'est née la société AZKEDIA basée, issue du rachat par le groupe ZEKAT de la société ARELIS (notre article du 13/10/2016). Mais auparavant, la société a eu une histoire pour le moins mouvementée, au gré de rachats par des groupes. Ainsi, AZKEDIA poursuit sa forte expérience depuis plus de 40 ans dans l’électronique et le câblage filaire de haute technologie :
- 1979 : Création de la société GMAT
- 1985 : Rachat de la société par Aurore Electronique Industrie (AEI)
- 1992 : Reprise de la société par le groupe Montsouris
- 1996 : Reprise de la société par Aurore Electronique Industrie (AEI)
- 2003 : Reprise du site de production électronique par le groupe AsteelFlash
- Janvier 2012 : Acquisition du site de Saumur par le groupe Arelis
- Octobre 2016 : Rachat du site de Saumur par le Groupe ZeKat, et création de la nouvelle société AZKEDIA

Désormais un actionnaire unique angevin


Aujourd'hui aux mains d'un actionnaire unique, le cinquantenaire angevin Pascal Denoel, PDG du groupe ZEKAT, l'avenir d'Azkédia s'écrit autrement et promet un développement dans les prochains mois, sur son site de Chacé. « Le rachat d'Arélis répondait à un besoin », justifie Sébastien Boutreux, directeur du site saumurois. « Développer le pôle mécatronique (n.d.l.r. fabrication de cartes électroniques et systèmes câblés) du groupe dans la région des Pays de la Loire. » Et Pascal Denoël, expliquait en 2016 : «Le Groupe ZeKat, déjà propriétaire d'une autre société saumuroise, Ercogener a créé la société AZKEDIA avec la volonté d’en faire un fleuron industriel qui prototype, produit, et teste des systèmes électroniques pour la défense, l’industrie et l’aéronautique. AZKEDIA dispose d’atouts importants compte tenu de son outil industriel dernier cri, la certification de ses processus qualité à la norme européenne EN 9100 et de ses 40 collaborateurs expérimentés. » Et de PDG de continuer : « Les complémentarités et les synergies avec les autres entreprises du groupe ZeKat sont multiples. AZKEDIA permet de compléter nos offres, du développement à la fabrication jusqu’à la maintenance opérationnelle.» Enfin de conclure : « Le Groupe ZeKat est dans un rôle de leadership en affirmant que performance économique et développement personnel sont intimement liés : l’entreprise comme un lieu de bénéfices. » (notre article du 13 octobre 2016). D'ailleurs, la devise qui est placardée dans le hall d'accueil de l'entreprise chacéenne est pleine de sens : « Nous sommes un collectif d'audacieux qui vise la performance avec humilité. »

25 millions d'€ de chiffre d'affaires et 180 salariés high tech

Le Groupe ZeKat se renforce donc en Pays de Loire en activités industrielles à fortes compétences pour atteindre 25 M€ de chiffre d’affaires avec 180 collaborateurs, dont 40 chez Azkédia. Le Groupe ZeKat est désormais composé de 5 entreprises industrielles de hautes technologies : Sapelem, fabricant de robotiques et cobotiques à Angers-Beaucouzé (49), Cequad : fabricant de cartes et intégrateur de systèmes électroniques à Jugon les Lacs (22), ADN Optis fabricant d’optique à Corbeilles Essonne (92), Ercogener, Concepteur et fabricant de systèmes IoT (objets connectés) à Saumur (49) et Angers (49) et Azkedia, fabricant de cartes électroniques et systèmes câblés à Saumur (49). L'ensemble du groupe investit près 15% en Recherche et Développement chaque année.

A Chacé, 1 000 m2 d'agrandissement et l'embauche d'une dixaine de salariés

En matière de développement, AZKEDIA s'est donné 3 axes : « Bien évidemment l'industrie qui est inscrite dans notre ADN mais aussi tout le secteur des objets connectés et l'aéronautique », explique Sébastien Boutreux. Et de justifier un chiffre d'affaires en progression constante depuis 3 ans : « C'est à n'en pas douter le fait d'être redevenu une entreprise avec un ancrage régional, avec un actionnaire unique de proximité qui a une vraie stratégie pour une véritable croissance. Avant, l'entreprise était beaucoup trop rattachée à des groupes et AZKEDIA n'en était qu'un outil, sans stratégie propre. Là les moyens sont mis afin d'y arriver. » Et d'ici à la fin de l'année 2019, AZKEDIA devrait voir ses locaux s'étendre, passant de 2 000m2 à 3 000m2 de surface de production. « Avec l'obtention d'un nouveau marché, nous devrions aussi embaucher une vingtaine de salariés », s'aventure à confier Sébastien Boutreux, sans en dévoiler davantage. Mais de laisser filtrer quand même : « L'objectif du groupe, c'est de doubler l'activité, notamment via la gestion d'une nouvelle usine de câblage et d'intégration de systèmes. C'est un beau challenge qui est possible, car nous sommes dans l'ouest et notamment en Saumurois, sur une zone à fortes implantations dans le secteur de l'électronique avec des niches, par exemple Castel, Tamara Electronique, AAS, Anjou Electronique... Et aujourd'hui, les acteurs commencent à travailler ensemble, ayant intégré la notion de partage, de synergie et de mise en relation locale. Sans pour autant être de grosses structures, ce maillage est indispensable face à la concurrence internationale. C'est en travaillant en réseau que nous aurons de belles opportunités. »

Sébastien Boutreux, de la ligne de production à la direction


Originaire de la région parisienne, c'est adolescent que Sébastien Boutreux débarque dans la région saumuroise avec sa famille, dont elle est pour sa part originaire. «À partir du secondaire, j'ai fait tout mon cursus an Anjou. D'abord au Lycée Sadi Carnot de Saumur avec un Bac Génie électronique, puis un BTS dans la même filière au lycée Chevrollier d'Angers. » Ensuite, deux opportunités s'offraient à lui : intégrer une école d'ingénieur à l'étranger ou rester en France et intégrer la vie active. C'est ce deuxième choix qu'il a fait. Il a commencé sa carrière tout en bas de l'échelle, en tant qu'opérateur de ligne de production chez Packard Bell à Angers. Après son service militaire, un des tous derniers de la génération, il est embauché chez AEI à Saumur, en tant que deviseur achat, puis chargé d'affaires, puis commercial du groupe. Il devient ensuite directeur adjoint du site de Saumur, avec en charge la direction commerciale d'Arélis. Et c'est en 2012 qu'il en prend la direction générale. Il suit les étapes des rachats successifs d'Arélis et aussi du rachat ultime en 2016 par le groupe Zékat. Depuis janvier 2019, il en est le directeur du pôle électronique et en même temps directeur d'AZKEDIA. « Comme quoi on peut y arriver quand on veut., surtout quand on fait preuve de volonté et de pragmatisme. Et puis je l'avoue, j'ai eu un peu de chance dans mon parcours », explique le quarantenaire qui réside à Gennes avec son épouse et ses 2 enfants.


Article du 16 mai 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI