Saumurois. 600 000 euros pour le nouveau complexe oenotouristique de Parnay

À l'occasion du Conseil Communautaire de l'Agglomération Saumur Val de Loire de ce jeudi 16 mai 2019, les élus ont validé un soutien de 600 000 € sur 3 ans en compte courant au projet de complexe oenotouristique à Parnay.


Le projet de complexe hôtelier/oenotouristique sur le site du Château de Parnay est à l’étude depuis près de 10 ans. Outre le vignoble dit du Clos Cristal, on trouve sur le site du Château de Parnay des caves troglodytiques, les anciens chais et l’école de greffe d’Antoine Cristal, un château du XVIIe siècle et des chais modernes pour la vinification de l’ensemble du vignoble.
L’ensemble est aujourd’hui propriété du groupe RGV, dont Régis Vincenot, PDG, souhaite valoriser ce lieu dont l’histoire particulière et la situation exceptionnelle (à la croisée du méridien de Greenwich et de la Loire - La Loire à Vélo Troglo et la Loire à Vélo Nature - sur les vignobles en plein coeur du Champigny) offre un potentiel de développement pour l’attractivité touristique du territoire.

Déjà des investissements

Le Groupe RGV, dans le cadre de ce projet, a déjà investi et ouvert dans le centre-ville de la commune de Parnay une boulangerie thématisée et un caveau moderne (qui vient d’obtenir le label « Cave touristique d’excellence 2019 »). Après plusieurs versions et plusieurs années de réflexion, le projet est aujourd’hui défini ainsi :
• un hôtel 4 étoiles (niveau 5) d’environ 60 chambres,
• un restaurant gastronomique,
• un bistrot et deux lieux de snacking,
• un spa de 700 m²,
• une oenothèque,
• un espace « Affaires ».
De plus, adossé à ce complexe hôtelier, un parc de visite sur le thème de l’oenologie doit être créé. Ce site de visite innovant (il en existe seulement 1 en France à Romanèche-Thorins en Bourgogne mais qui devient obsolète), a pour ambition d’accueillir entre 80 et 120 000 visiteurs par an.

Au total, l’investissement prévu est de 34 millions d’euros.

Ce projet porte une réelle légitimité thématique sur le territoire. Soutenu par les acteurs viticoles locaux, il constitue une opportunité de constituer une nouvelle « destination » inédite, avec un réel potentiel de développement et de retombées induites notamment en termes de création d’emplois. Ces atouts ont suscité l’intérêt des acteurs publics autour d’un porteur de projet expérimenté. Différentes expertises ont été conduites. Elles ont permis de valider la pertinence et la fiabilité du projet. Aussi, les élus de Saumur agglo ont validé ce 16 mai un soutien de la Communauté d'Agglomération Val de Loire à ce projet, à hauteur de 600 000 € sur trois ans, remboursables.
"Nous soutenons d'autant ce projet que la Caisse des Dépôts et Consignation devrait y mettre quand même 6 millions d'euros. C'est un gage de sérieux", a justifié le Président Marchand en Conseil communautaire. "Et puis les banques s'engagent aussi elles-mêmes à hauteur de 14 millions d'euros. En plus, c'est quand même une centaine d'emplois directs à la clé, sachant qu'en plus pour 1 emploi dans le tourisme, ce sont 2 emplois induits."
Quant au montant de l'investissement, à savoir 600 000 € sur 3 ans, soit 200 000 € par an, Jean-Michel Marchand ne manque pas de rappeler : "Nous avons une ligne de 500 000 € par an pour le soutien à l'activité économique. La moitié en fonds de soutien à l'immobilier, remboursable, l'autre en soutien à l'activité économique, à savoir des subventions. Là, nous sommes dans le 1er cas de figure, à savoir que l'entreprise commencera à rembourser la quatrième année. Ce n'est pas une subvention." Et Jean-Michel Marchand de rajouter : "Régis Vincenot a acté de rapatrier l'ensemble des sièges sociaux de ses sociétés sur Parnay. Ce n'est pas rien." Et d'adresser un clin d'oeil : "Pour le département (n.d.l.r. qui met aussi une somme de 600 000 € en compte courant), c'est jackpot : il va toucher au titre des droits de mutation !".

Un projet unique en France

Lors du conseil municipal de ce jeudi 16 mai, des voix se sont fait entendre : Pour le maire de Parnay, du pain béni pour tout le territoire : "C'est un projet important et unique qui va impacter tout le territoire saumurois, surtout que le parc oenotouristique de Bourgogne est vieillissant. Régis Vincenot va travailler quand même avec des experts du Puy du Fou. Je suis sûr que l'investisseur soit connu pour son sérieux." Même discours enthousiaste de la part du maire de Souzay-Champigny, le projet s'étalant sur son territoire : "Ce projet semble s'intégrer pleinement dans notre paysage de vignoble. De toute façon, les parcelles sur lesquelles il va s'implanter n'étaient pas plantables en AOC."
Guy Bertin, vice-président de l'agglo et conseiller départemental de rajouter : "Cela s'intègre pleinement dans notre volonté politique au niveau du SCOT que nous avons validé : devenir la capitale oenotouristique des Pays de la Loire."
Enfin Eric Touron, Maire Distré et Conseiller régional de rajouter : "Nous sommes prêts à verser une subvention de 800 000 €, non remboursable. Nous n'attendons que de la validation de la CDC."

Un bémol de Michel Apchin


Le seul à avoir mis un frein à cet enthousiasme collectif fut Michel Apchin, ancien Président de Saumur Agglo : "Bien évidemment que je connais le dossier puisque j'étais en poste (n.d.l.r. Président de l'agglo) lors de la présentation du premier projet il y a dix ans. Ce que je ne comprends pas c'est qu'à l'époque il s'agissait d'un projet de 17 millions d'euros et que Régis Vincenot ne parvenait pas à boucler son budget. Aujourd'hui, c'est un projet de 34 millions d'euros. Quel est l'équilibre financier ? Et notre apport de 600 000 € n'est-il pas que symbolique ? Il ne suffit pas d'être enthousiaste, il faut aller plus profondément dans le dossier. " Jean-Michel Marchand : "L'augmentation du coût du projet est liée à sa transformation avec notamment l'intégration de technologies numériques pour le futur parc dédié au vin, afin que, comme celui de Bourgogne, il puisse être en permanente actualisation. Par ailleurs, dans le projet initial, côté hôtellerie, il n'était prévu que 15 chambres, là on est à 60, dont des chambres en troglo." Pour ce qui est des 600 000 € apportés par l'agglo en compte courant, "bien évidemment que pour un tel projet c'est une somme symbolique. Mais il y aura aussi les 600 000 € du conseil départemental et les 800 000 € de la Région. Ce qui au final fera un apport non négligeable d'argent public." Et quant à l'équilibre financier, "la société va aussi réaliser un emprunt auprès des banques et apportera seule entre 9 et 10 millions d'€, ce qui n'était pas le cas dans le premier projet." Enfin de conclure : "Si la Caisse des Dépôts et Consignation (CDC) apporte bel et bien 6 millions d'€, c'est une garantie pour nous. La décision n'est pour le moment que verbale, elle devrait être officielle le 18 juillet prochain." Et de prévenir : "En tout état de cause si la CDC ne met pas ses millions prévus, tant pour la région, le département que nous, le projet tombe ipso facto."
Reste donc désormais à attendre le 18 juillet prochain. En attendant, la délibération a été votée à l'unanimité.


Article du 17 mai 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


13 commentaires :


Commentaire de Alexia Coquard 17/05/2019 11:20:18

Merci pour ces informations sur l'avenir oenotouristique du Val e Loire. Je me permets d'apporter une correction. Le seul oeno-parc existant aujourd'hui en France et cité à plusieurs reprise dans l'article est bien situé à Romanèche-Thorins. Il s'agit du Hameau Duboeuf du nom de son créateur : l'un des plus importants négociants en vin du Beaujolais. Ce parc n'est pas localisé en Bourgogne mais bien en Beaujolais. Pour l'avoir visité il y a moins de 3 mois, il est loin d'être vieillissant et vient d'ouvrir une nouvelle attraction : "Mon Beaujolais."



Commentaire de bernard vegan 17/05/2019 12:01:25

L'etat faux cul.il faut lutter contre le tabac la drogue l alcool et la l'etat donne du pognon pour developper et engraisser une personne qui en a tout sauf besoin.ne pensez vous pas que les 600 000 euros pourrait aider du developpement de jeune entreprise d'aide au maintiens d agriculteur ou en conversion.alors oui le mot magique l'emploi.Et l'équité !!!! aider un gros a devenir encore plus gros et ecraser les petits.Il vont en plus certainement exploiter l image du mr cristal pour vendre leur soupe.



Commentaire de Julie 17/05/2019 14:15:49

Et pendant ce temps nous ébourgeonnons dans les vignes, nous déplaçant avec nos bagnoles déglinguées, payé au smax (salaire maximum 10.03 brut) sans subvention, sans prime, mal aux pattes, au dos. Bon projet pour attirer les rupins dans le coin. Enfin si le grand patron, l'agglo, le département, la région veut bien nous financer à nous les gueux, un peu de nos réparations sur nos bagnoles pour travailler dans les vignes....... par les chemins bouseux, défoncés.



Commentaire de jeanpierre Charollais 17/05/2019 19:09:23

Il est certain que la présence de la CDC est réconfortante. La Caisse a brillé par des placements/subventions super productifs avec le fric des épargnants : Société Générale, EADS, Dexia, Heuliez pour le moteur électrique . Tout ça pratiquement évaporé.



Commentaire de @jeanpierre Charollais 17/05/2019 21:03:24

Il est vrai que la caisse qui contient l'argent public n'a pas de fond ...continuons à distribuer à tour de bras il suffira de voter quelques taxes supplémentaires .....Bravo ....



Commentaire de Sam 17/05/2019 21:53:09

Un pret pour la recherche pour lutter contre les pesticides! Lol. Rien a faire. Tjrs pareil. Tjrs les memes privilegies. Un pret de 600000 euros pour aider les personnes ages. Les handicapes. ..... vive le systeme.



Commentaire de thauvin 18/05/2019 07:55:30

L argent public ne doit elle pas être utilisé pour des projets d interet public et non privé .En général le mélange des deux ne se termine Jamais bien ? Ces aides ne devraient elles pas être dirigées vers des autres besoins régionaux d ordre industriel , recherche et développement. Surtout que ce type de investissement cible une niche de la population et clientèle haut de gamme et que les retombées économiques sont loin d'être probantes Je crois savoir qu un grand établissement de la région repris par un étranger n à demande aucune aide il y a quelques années cet investisseur a assumé seul et crée des richesses. Encore une fois des politiques qui jouent aux investisseurs pour sans connaissance économique? Mais connaissance électorale?



Commentaire de Appelez la police !!! 18/05/2019 09:55:11

Y a t il quelqu un pour calmer Mr Eric Touron ( conseiller régional ) ???!! Je crois qu'il s'enflamme un peu avec l argent public !!!! Il est prêt à donner 800 000 € non remboursables !!! ... a une entreprise privée. Quel culot quand même....



Commentaire de Vernantes 18/05/2019 10:09:36

Pour "ceuces" qui râlent tout le temps : on fait rien pour nous, on doit faire ceci, non, c'est cela qu'il faut faire; 300 emplois c'est pas mal pour un coin qui est en crise si j'en croit les râleurs.



Commentaire de @Vernantes 18/05/2019 14:33:22

Je suis volontaire pour aller les compter avec vous dans quelques années les 300 emplois ...paroles ...paroles...



Commentaire de xavier h 21/05/2019 09:23:34

Oui 300 emplois comme l'ex projet de meron avec aussi 300 emplois voir plus et en faite qui n’était que a peine 3 en gardiennage.Cela fait mieux pour soutirer de l argent public de gonfler l ardoise. l'idée est bonne mais je ne pense pas que l'idée et le respect du lieu lié au personnage soit respecté.



Commentaire de jean bernard d 20/08/2019 12:45:26

le proprio du chateau pense pouvoir acheter tout le monde avec son argent. Certe au prochaine election il compte se presenter afin de pouvoir devenir le seigneur du village.Il achètera certainement une partie de la population contre quelques cadeau mais ,l'on n’achète pas la population comme cela.Et comment peut on sous couvert de copinage se faire octroyer une tel subvention ,alors que des petits créateurs d entreprise rament pour survivent et eux ils ont rien.



Commentaire de beatrice lemarchand 22/08/2019 12:28:57

Oui effectivement ,le seigneur va acheter ses sujets .Il y a des gens vénales partout alors il va y arriver.Un dicton dit "ce n'est pas les enc...s qui manque mais le pognon"Mais avec des sous il peut les acheter et les jeter ensuite une fois en place.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI