Saumur. Samuel Gesret, nouveau sous-préfet, pompier dans l'âme

Après le départ de Jean-Yves Hazoumé, le nouveau sous-préfet de l'arrondissement de Saumur, en provenance de l'arrondissement de Chinon, est arrivé en poste le 20 mai dernier. À seulement 48 ans, ce père de famille de 3 enfants a déjà une longue carrière au service de la sécurité et de l'assistance aux personnes.


« Depuis que j'ai 3 ans, j'ai toujours voulu être pompier, pour venir en aide aux gens. » C'est comme cela qu'au premier abord Samuel Gesret explique son parcours, loin de l'ENA comme bon nombre de ses confrères et consœurs. Diplôme d'ingénieur en prévention des risques industriels en poche, puis du centre des hautes études du Ministère de l'Intérieur en passant par un Master 2 de management de l'information stratégique effectué à Sciences Po Aix-en-Provence, il a commencé sa carrière via son service national, comme scientifique du contingent au sein de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris, en tant qu'ingénieur chargé des risques chimiques.

11 années d'expérience à l'Intérieur

Samuel Gesret a ensuite été affecté au SDIS des Yvelines, en tant qu'adjoint puis chef de groupe à Versailles, tout en restant sapeur-pompier volontaire qu'il est depuis 1988. Plus tard, direction le SDIS du Doubs en tant que chef du groupement de Pontarlier de 2003 à 2006, avant le groupement de Metz au même poste de 2006 à 2008. En 2008, il rejoint le Ministère de l'Intérieur, en tant que chargé du Pôle « Nucléaire radiologique Chimique Explosif et risques technologiques » basé à Aix-en-Provence. Il devient en 2013, toujours au sein du Ministère de l'Intérieur, chef du Centre Opérationnel des gestions interministérielles des crises, puis chef du bureau de la formation, des techniques opérationnelles et des équipements, bref gérant les équipements matériels des SDIS. En 2015, il devient conseiller sécurité civile adjoint du ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Il est colonel hors classe des sapeurs-pompiers. Et ce n'est qu'à partir de 2017 qu'il intègre le corps préfectoral et devient sous-préfet de Chinon.

« Un vrai coup de cœur »

« Ce que j'ai toujours voulu, c'est servir et venir en aide aux populations. Et je souhaitais le faire de façon plus large. C'est ce que le corps de métier préfectoral permet : aider les gens à tous les niveaux sur un territoire, leur dire quels sont les leviers à activer. Ce métier est un vrai coup de cœur. Il faut aimer régler les problèmes et décliner les politiques publiques. » En plus, après avoir été de longues années en région parisienne, Samuel Gesret l'avoue : « Je voulais retourner en Province et aller sur les territoires. J'ai trouvé en chinonais un territoire qui me plaisait. Et de même ici en Saumurois. Cela a été pour moi une vraie opportunité. Comme le veut le poste de sous-préfet, au bout de 2 à 3 ans, il faut muter. Je souhaitais rester dans la région, mes enfants y étant scolarisés et le poste de Saumur s'est libéré. J'étais disponible et cela a été un vrai choix familial. » Depuis le 20 mai, toute la famille a emménagé dans le logement de fonction à Saumur, même si l'un des 3 enfants, bachelier, termine sa scolarité à Chinon. « Mon épouse le conduit chaque matin et va le chercher le soir. Quant à notre plus jeune, 4 ans, elle va désormais fréquenter une école maternelle saumuroise. Le pus âgé quant à lui est en faculté à Tours.» Et Samuel Gesret de marteler : «Un poste de sous-préfet, c'est une aventure qui se vit en famille, car il y a une implication très forte au quotidien et une disponibilité de tous les instants. Même mon épouse, orthophoniste de métier qui a mis sa carrière en arrêt à aussi un rôle à jouer dans la partie protocolaire en tant qu'hôtesse lors de réceptions. »

En phase de découverte

« Aujourd'hui, même si c'est un territoire proche du Chinonais, je suis en phase de découverte. Il s'agit d'un autre département, d'une autre région et en plus, même s'il y a moins de communes (N.D.L.R 106 communes en Chinonais contre 52 en Saumurois), la population est plus élevée. En plus, la physionomie n'est pas la même, car il y a beaucoup plus de communes nouvelles, sur de plus grandes étendues géographiques. Il y a quand même des bases communes : Le Parc Naturel Régional, la Loire est ses risques, la proximité de la Centrale Nucléaire, la viticulture et les paysages.» Et le premier objectif du nouveau représentant de l'État en Saumurois est comme il l'a fait en Chinonais, "c'est de développer l'accès au numérique pour toutes les populations, qu'elles soient urbaines ou rurales. J'aurai donc une attention toute particulière au développement des Maisons de services au public." Et puis, bien évidemment, "j'irai à la rencontre de tous les maires. Même en poste depuis seulement, j'en ai déjà rencontré beaucoup, parce qu'ils venaient apporter leurs enveloppes de résultat des élections européennes en sous-préfecture dimanche soir, soirée durant laquelle, je me suis fait fort d'être présent. Une belle opportunité." Et, concernant les relations tendues entre l'ancien sous-préfet de Saumur et certains élus, dont en particulier le maire de Longué, Samuel Gesret le déclare haut et clair : "Je n'ai aucun a priori par rapport aux élus, qu'elles qu'eussent été leurs relations avec mon prédécesseur." À bon entendeur...


Article du 29 mai 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :


Commentaire de invitation 29/05/2019 08:12:50

MORTIER, premier de la classe en communication et seulement en communication, l'invitera probablement très très bientôt histoire de se donner une nouvelle image avant les prochaines élections.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI