Saumurois. Handicap : Quand les « élèves ordinaires » accompagnent les « personnes extraordinaires »

Après une première édition plus théorique en 2018 (relire), place à la pratique en 2019 pour les Assises du Handicap. Ce mercredi 29 mai, sous l'impulsion de l'association « Hand'écoute », plusieurs ateliers se sont déroulés au lycée polyvalent Sadi Carnot-Jean Bertin, à Saumur. Tout au long de la journée, 2 « élèves ordinaires » ont accompagné une « personne extraordinaire » pour l'aider à réaliser les activités physiques proposées.

La MAS Les Romans (Saumur) a fabriqué un tube permettant aux handicapés lourds de jouer à la pétanque


Placées sous le patronage de la Ville de Saumur, les Assises du Handicap ont pris une autre tournure cette année. « L'année dernière, nous étions davantage sous une forme de table ronde, mais ce n'était pas suffisamment pragmatique. La problématique des Assises du Handicap est l'inclusion de la déficience en milieu ordinaire. Après cette première édition, nous nous sommes aperçus que le plus important, c'était finalement le regard de l'autre. Il fallait donc aller vers du plus pratique », précise l'enseignant Bruno Évrard, vice-président de l'association « Hand'écoute ». Quoi de mieux qu'un lycée, Carnot-Bertin en l'occurrence, pour répondre à cette problématique ?

2 élèves « ordinaires » pour une personne « extraordinaire »

Une dizaine d'instituts saumurois a participé à l'opération : l'ESAT de Saint-Lambert (déficience mentale qui peut avoir une cause physique), l'IME Les Coteaux (déficience légère), l'ADAPEI de Vernantes, Le Refuge (déficience intellectuelle), l'ITEP Le Thouet, Perce-Neige (déficience intellectuelle et psychique), le SESSAD de Trélazé, la MAS Les Romans et L'Orée du Pin.



Il leur était demandé d'emmener des résidents au lycée afin de réaliser un circuit d'ateliers. « Deux élèves ordinaires qui accompagnent une personne extraordinaire, sans oublier la présence des professeurs », résume Bruno Évrard. Au programme, entre 8h30 et 17h : courses d'orientation, parcours en poney, parties de pétanque, jeux de sports collectifs, ateliers de musculation, parties d'échecs, épreuves virtuelles d'aviron avec la Société Nautique de Saumur, etc. Environ 300 personnes ont participé aux différents ateliers : 200 « élèves ordinaires » du lycée Carnot-Bertin, qui en compte 1 200 au total, et 100 « personnes extraordinaires » des instituts saumurois.

« Les participants se sont compris »

« À côté du handicap, on retrouve des ressources insoupçonnables. On assiste à de belles rencontres et des attentions l'un envers l'autre, même de la part de jeunes en difficulté scolaire », commente Jean-Sébastien Santerre, membre de l'équipe organisatrice, tout comme les enseignantes Mathilde Guilmet et Chantal Charbonnier ou le coordinateur Christophe Poplin.


« C'était un événement attendu de part et d'autre. Au travers des ateliers, les participants se sont compris. C'était le but de cette journée : faire de l'humain. Pour nos lycéens, c'était aussi l'occasion de leur faire connaître la matière EPS dans sa globalité et leur donner une autre vision de leur établissement »
, ajoute Bruno Évrard.

Les maîtres-mots : solidarité et confiance

Pour Astrid Lelièvre, déléguée de la Ville de Saumur aux affaires sociales, à la santé, du handicap, à la petite enfance et référente à la politique de la Ville, « il s'agit d'une journée citoyenne, de découverte de l'autre. Pour les personnes extraordinaires, c'est apprendre à faire confiance, même lorsqu'ils ne sont pas dans leur cadre de vie habituel. Cette action aurait pu se dérouler dans les instituts, mais c'était important pour les résidents d'apprendre à connaître les lycéens dans leur environnement », indique la présidente du CCAS (Centre Communal d'Action Sociale) de la Ville de Saumur. « Au premier abord, j'ai remarqué de l'appréhension entre les uns et les autres, due à la méconnaissance. Mais au final, les plus malhabiles ne sont pas forcément dans le camp que l'on croit », sourit Astrid Lelièvre, qui s'est dite « étonnée du nombre d'élèves et d'enseignants qui ont souhaité participer à cette journée ».




Article du 29 mai 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI