1ère édition du Congrès International du Chenin Blanc à Angers : une réussite !

The Chenin’s place to be, c’était à Angers du 1er au 3 juillet ! « Le Chenin dans un environnement en mutation », telle était l’accroche de ce premier congrès international du chenin organisé à Angers du 1er au 3 juillet 2019, organisé par l’Académie du Chenin et Destination Angers et soutenus par de nombreux organismes.


Pari tenu : sous la présidence d’Evelyne de Pontbriand, vigneronne à Savennières et présidente de l’Académie du Chenin, 314 participants ont répondu présent sur les 3 jours ! Des congressistes de 13 nationalités ont fait le voyage depuis l’Afrique du Sud, l’Allemagne, la Belgique, le Canada, la Chine, les Etats-Unis, l’Italie, la France, les Pays-Bas, la Roumanie, l’Angleterre, la Suisse et la Thaïlande. La délégation d’Afrique du Sud a notamment été très représentée avec plus de 40 vignerons, oenologues, scientifiques ou encore journalistes qui ont répondu à l’appel de l’Université de Stellenbosch et de la South African Chenin Blanc Association.

Un programme riche et très apprécié

Les scoops : le deuxième parent du chenin, la sauvignonnasse, révélé par le professeur Jean Michel Boursiquot, des documents historiques retrouvés à Angers par l’historien Henri Galinié et son équipe sur l’encépagement en Anjou en 1804. Equipe, qui, avec Samuel Leturcq, risque de remettre en cause quelques données historiques sur le chenin considérées comme acquises depuis un certain temps…. Ainsi, durant les différentes sessions du congrès, tous les enjeux actuels du chenin dans un monde en puissante mutation ont été abordés et débattus ouvertement :
- Le changement climatique et ses conséquences sur la viticulture avec Hervé Hannin de Supagro Montpellier et Marco Ventrella pour le vignoble sud-africain ;
- La recherche et la conservation de la diversité variétale du chenin dans le conservatoire de Montreuil Bellay par l’IFV ;
- Les recherches ampélographiques du professeur Jean-Michel Boursiquot de Supagro Montpellier ;
- Les recherches historiques d’Henri Galinié (ancien chercheur du CNRS) ;
- L’histoire étonnante du chenin en Afrique du Sud par Irina Von Holdt ;
- L’oenologie vue par des oenologues du Val de Loire ;
- Les capacités d’adaptation du cépage chenin, les points clés de sa versatilité avec Patrick Baudouin ;
- Le travail sur ses maturités en Anjou avec Nicolas Bernard de Vivelys et ses rapports au terroir ;
- La biodiversité dans les vignobles de chenin de Savennières et Chaume avec la Chambre d’Agriculture d’Angers ;
- Les goûts des chenins et la neurobiologie sensorielle avec les chercheurs Gabriel Lepousez, Hélène Nieuwoudt et le sommelier David Biraud qui a fait saliver les congressistes avec les accords infinis qu’ouvre le chenin en gastronomie ;
- Les modèles économiques avec Ken Forrester et l’OLD VINE PROJECT en Afrique du Sud;
- Les marchés, la segmentation avec le groupe chenin syndical angevin et Jeremy Arnaud ;
- L’oenotourisme et la culture avec André Deyrieux et André Morgenthal …
Ce sont 251 congressistes qui ont participé aux passionnantes visites des vignobles tourangeaux et angevins. Ces expéditions, répondant aux sessions qui se tenaient le matin, étaient animées par les vignerons concernés, et les experts en patrimoine architectural et paysager avec la mission Val de Loire Unesco, Myriam Laidet, Thierry Pelloquet et Claude Mettavant.

Une dégustation extraordinaire

La plus belle dégustation jamais organisée de chenins, par les Fédérations viticoles d’Anjou et de Touraine, qui comprenait 349 cuvées du monde entier, a été prise d’assaut, révélant ainsi l’incroyable potentiel de passeur de terroirs du chenin. On pouvait y découvrir des cuvées de Thaïlande, des Etats-Unis, de Suisse… de Touraine, d’Anjou et d’autres régions de France, ainsi qu’une très belle représentation des chenins d’Afrique du Sud. Enfin, tout était réuni pour faire de ce premier congrès une réussite, ouvrant sur d’autres projets et d’autres recherches dans les synergies actuelles et futures : des soirées prestigieuses et conviviales dans des lieux emblématiques du patrimoine angevin, l’accueil de la Ville d’Angers et le cadre exceptionnel du nouveau Centre de Congrès ouvert sur le jardin botanique.


Article du 13 juillet 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI