Saumur. Carrousel : Ce que vous vouliez savoir sur la logistique

Vendredi et samedi s'est déroulé le 170e Carrousel des écoles militaires de Saumur. Un événement prévu longtemps à l'avance par les équipes organisatrices et un véritable défi logistique : Fréquentation, déroulé du spectacle, organisation du village...


Durant deux jours, la place du Chardonnet de Saumur s’est transformée en véritable théâtre des opérations artistiques. Ce sont des centaines de personnes à coordonner, des dizaines de blindés à acheminer, des spectacles à régler.

La scénographie, un enjeu majeur


Lorsque l’on vient voir un spectacle, il y a une chose primordiale, le visuel. C’est le Lieutenant-colonel Olivier qui est en charge, outre l’organisation générale et celle du village, de la scénographie du Carrousel. Un travail de longue haleine qui va de toute la coordination à logistique en passant par l’agencement visuel. « Nous sommes satisfaits des thèmes abordés cette année, ils se sont bien évidemment imposés par le truchement des dates anniversaires. Ainsi nous avions décidé de créer différents tableaux, un premier consacré la libération de l’Europe durant la Seconde Guerre mondiale, un second sur la guerre d’Algérie et un dernier porté sur la Guerre froide. » Le but de cette manifestation 2019 était de montrer et de raconter l’histoire à travers de grandes guerres, mais également de créer du lien entre les époques : « La question qui se pose lors du Carrousel est : Pourquoi des chevaux alors que l’on ne combat plus avec ? Nous avons donc exposé au public cette transition entre les chevaux et la technologie, la monture a changé, mais les missions sont les mêmes ». Il explique que la cavalerie n’a pas changé de nom même avec l’évolution des brigades et des outils, car l’objectif est le même « le choc, la puissance et la rapidité ».

Un défi logistique et financier


Le Commissaire Bruno officier de réserve, en charge de la logistique et de la partie administrative et financière. « Nous avons dû évoluer dans de nombreux domaines, notamment suite à la gratuité de l’événement. Nous avons été un peu dépassés l’an dernier par l’augmentation du nombre de visiteurs, on a donc essayé d’être un peu mieux préparés et organisés cette fois. » Avoue-t-il. Le nombre de places a donc augmenté pour pouvoir absorber la fréquentation, 4 250 places étaient disponibles à chaque représentation. Les équipes du Carrousel ont travaillé sur ce projet avec un budget alloué par le ministère des armées : « Nous avions défini avec le ministère ce budget, en essayant de tirer le plus possible les prix ». L’organisation a également fait appel cette année à du mécénat, de grandes entreprises ont répondu favorablement à cette demande, comme les laboratoires Brothier, à Fontevraud.

40 blindés en état de marche


Une quarantaine de chars et de blindés étaient visibles durant ce 170e Carrousel. Des véhicules provenant du Musée des blindés de Saumur. « Nous les avions préparés et acheminés depuis plus d’un mois avec l’équipe du musée, c’est toujours un gros travail, mais qui vaut largement le coût » confie le Lieutenant-colonel Pierre de Labarayre, conservateur du musée des blindés. Ils sont 5 à bichonner ses gros bébés d’acier tout au long de l’année, une des plus belles collections au monde et le plus important parc de véhicules militaires. La particularité de ces monstres, c’est qu’ils sont encore en état de fonctionnement, les moteurs ont ronronné durant tout le week-end sur la place du Chardonnet. Son travail consiste également à former les jeunes officiers qui ont piloté ces chars venus d’un autre temps : « La technologie a bien changé, c’est comme conduire un vieux bus sans direction assistée et un bus moderne, cela n’a rien à voir ». Le conservateur admire avec toujours autant de plaisir ces engins militaires, qu’il sélectionne chaque année pour coller au plus près de la véracité historique et retracer des bribes d’un autre temps.


Article du 20 juillet 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


1 commentaire :


Commentaire de guitounet 21/07/2019 10:42:49

C'est curieux ont m'a envoyé en Algérie , sans mon accord, pour faire de la pacification et maintenant c'est devenu une guerre .



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur d'une cerise bleue ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI