Le Kiosque Info
Je m'abonne - Saumur | Doué-la-Fontaine | Longué | Baugé | Thouars | Loudun | Chinon | Avoine | Bourgueil
Actualité Agenda Ou sortir ? Ecrivez un article Lettre d'info Envoyer une alerte


Dossier. Une baisse de moyens des chambres d'agriculture "incompréhensible"

Ce lundi 22 juillet, les membres de la Fédération Départementale des Syndicats et Exploitants agricoles (FDSEA) de Maine-et-Loire, les Jeunes Agriculteurs (JA) et la Chambre d’agriculture ont rencontré les parlementaires pour leur faire part de leur incompréhension face à la baisse annoncée des moyens des chambres d’agriculture.


La baisse de la taxe additionnelle sur le foncier non bâti envisagée dans le projet de loi de finances représenterait un manque considérable dans le budget des chambres d'agriculture. Pour la FDSEA de Maine-et-Loire et les Jeunes Agriculteurs, cette décision est « incompréhensible » et « totalement incohérente ». Ils accusent une baisse de 15 % de la taxe additionnelle sur le foncier non bâti, payée par les agriculteurs et les propriétaires de terres agricoles, et qui rapporte actuellement 292 millions d'euros aux chambres. Soit un peu moins de la moitié de leur budget. Le manque à gagner s'élèverait donc à environ 45 millions d'euros par an. Selon ces instances cela relèverait une « contradiction » entre cette décision et les attentes de la société et du gouvernement envers l'agriculture en matière de transition. La FNSEA et JA demandent alors de suspendre les discussions sur le contrat d'objectifs entre l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture et le ministère de l'Agriculture. Ils appellent le Gouvernement à « respecter la volonté professionnelle de privilégier la mutualisation et les actions collectives des chambres d'agriculture au profit du plus grand nombre ».

Accompagner vers une transition

Au-delà d’une transition environnementale de l’agriculture, l’ambition des chambres d’agriculture était de proposer à tous les agriculteurs de les accompagner dans une autre phase de transition nécessaire. Alors que la France souhaite sortir du glyphosate en 2021 et réduire les produits phytosanitaires de 50 % d'ici 2025. Les chambres souhaitaient également inscrire dans leur contrat d'objectifs l'engagement de rencontrer tous les agriculteurs partant à la retraite dans les cinq ans afin d’étudier avec eux une transmission de leur exploitation à un jeune. Un enjeu crucial, alors qu'un agriculteur sur deux prendra sa retraite dans les dix ans qui viennent.


Article du 24 juillet 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !

page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI