Dossier. Maine-et-Loire. Prévenir des maladies cardiovasculaires, dans les pharmacies

Un réseau de pharmacies et un groupe de protection sociale se sont associés pour lancer une expérimentation afin de prévenir des risques cardiovasculaires. Une première en France qui s’est déroulé dans 91 pharmacies du Maine-et-Loire, Loire-Atlantique et Vendée.


Chaque année en France, près de 140 000 nouveaux cas d'AVC sont déclarés. Un constat qui a poussé le réseau de pharmacies Giphar et le groupe de protection sociale Klesia à s'associer pour proposer une expérimentation de trois mois dans 91 pharmacies de trois départements de la région Pays-de-la-Loire : Maine-et-Loire, Loire-Atlantique et Vendée. Au total, près de 561 personnes ont pu bénéficier d'un entretien de prévention des maladies cardiovasculaires, confirmant le rôle primordial des pharmaciens dans le parcours de soins préventifs des patients.

Les maladies cardiovasculaires, premier risque de santé en France

Aujourd'hui, 2 personnes sur 3 découvrent qu'elles présentent un facteur de risque identifiable lorsqu'elles sont victimes d'un accident vasculaire cérébral. Ainsi, il est nécessaire d'anticiper et de prévenir les risques en amont en suivant les patients de près. Un suivi qui peut être apporté directement par les pharmaciens avant de les rediriger vers un médecin en cas de risques avérés. Fort de ce constat, le réseau de pharmacies Giphar a noué un partenariat avec le Groupe de protection sociale Klesia du 14 janvier au 12 avril 2019, dans 3 départements de l'Ouest de la France, afin d'expérimenter des entretiens pharmaceutiques de prévention et de dépistages des risques cardiovasculaires.

Un entretien suivi par 560 patients

Afin de donner les clés nécessaires aux pharmaciens pour réaliser ces entretiens de dépistage, 91 pharmacies se sont vues proposer une formation en amont du lancement de l'expérimentation AVC, ainsi que des outils d'accompagnement pour faciliter la mise en œuvre de ces entretiens préventifs. A savoir une plateforme de rendez-vous en ligne et des outils en support des actions menées « J'accompagne mes patients ». Les pharmaciens avaient pour objectif premier d'identifier les facteurs cliniques modifiables et non modifiables à l'origine d'un AVC (habitudes alimentaires, activité physique, consommation de tabac …), via un questionnaire puis à réaliser une évaluation de la glycémie capillaire et de la tension artérielle par automesure. Au total, sur trois mois, 561 patients, dont deux tiers de retraités, se sont présentés dans ces pharmacies participantes afin de suivre cet entretien de prévention AVC. Parmi eux, 20% présentaient des valeurs de glycémie au-dessus de la normale et un tiers présentaient des valeurs de tension artérielle élevées. Via un compte rendu détaillé de risques cardiovasculaires, les patients ont alors pu être accompagnés par leur pharmacien en terme de règles hygiéno-diététiques ou redirigés vers un médecin pour mener des analyses plus approfondies.

Un essai qui a porté ses fruits ?

Une initiative qui a permis également une réelle prise de conscience puisque 96% des patients estiment que cet axe de prévention aura un réel impact sur leurs habitudes de vie. Alors que la prévention santé est aujourd'hui au cœur des préoccupations de santé nationale, portées par la ministre A. Buzyn, les pharmacies participantes et le Groupe de protection sociale tirent les enseignements de cette expérimentation afin de pouvoir, peut-être un jour, étendre le dispositif à l'ensemble du territoire national.


Article du 28 septembre 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV après qu'on l'ait peint en vert ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI