Saumurois. Le biogaz énergie du futur dans le Saumurois ?

Dans le cadre du Pays de la Loire Energie Tour 2019, un événement grand public dédié à la mobilité durable organisé par la Région, l’entreprise locale Saumur Energie Vertes (SEVE) a réalisé, ce mardi 17 septembre, une visite des chantiers de construction de la station bioGNV de Saumur et de l’unité de méthanisation de Chacé.

Chantier de l'unité de méthanisation situé à Chacé


L’entreprise locale Saumur Energies Vertes (SEVE) a été créée en 2017 par trois associés : la Séma-E (société d’économie mixte détenue en majorité par la Communauté d’agglomération Saumur Val de Loire, qui intervient dans la collecte et le traitement des déchets), Loire Compost Environnement (entreprise saumuroise spécialisée dans le compostage et le bois énergie) et Agriopale Services (société des Hauts-de-France, qui exploite plusieurs plateformes de compostage et unités de méthanisation). L’ambition de SEVE est de proposer aux transporteurs saumurois, aux services publics, mais aussi aux particuliers équipés de rouler au bioGNV, produit localement à partir de biodéchets du territoire. C’est pourquoi Saumur Energies Vertes porte actuellement ces deux projets complémentaires : l’installation d’une unité de méthanisation à Chacé et la mise en place d’une station bioGNV à Saumur afin de valoriser le biogaz produit par le méthaniseur. En favorisant la production d’une énergie renouvelable locale, SEVE souhaite contribuer localement à la diminution des émissions de gaz à effet de serre.

Une station pour faire le plein de gaz

La station bioGnv de Saumur se trouvera à l’entrée du Parc Expo sur l’avenue du Breil, le chantier est déjà visible depuis la route. Il s’agit d’une station-service pour tous types de véhicules, poids lourds, véhicules légers tant pour les professionnels que pour les particuliers. Les travaux ont commencé au début du mois de juillet et la station devrait ouvrir ses portes en janvier. La particularité de ce lieu, il sera ouvert 24h/24 et 7 jours sur 7 et il ne sera possible de s’y réapprovisionner seulement en gaz. La station comprendra 6 pompes pour faire le plein des véhicules et de deux bornes de paiement. Le tout pour un budget global de 1,3 million d’euros, dont 10% financés par la Région. La création de ce lieu traduit une volonté de développer l’utilisation d’une énergie plus propre sur le territoire. En effet, le gaz proviendra en grande partie d’unité de méthanisation, notamment celle de Chacé, en cours de construction. Le prix devrait être aux alentours de 80 centimes le litre. « Auparavant le gaz provenait de pays lointain comme la Norvège et n’était pas issu des énergies renouvelables, avec ce projet on revient à des circuits courts et on limite l’impact sur l’environnement » indique Lucien Gerbier, président de SEVE.

Mettre en place un réseau

Le réseau est amené à se développer, puisque déjà deux camions, fonctionnant aux gaz, ont été achetés. L’ADEME (agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie) a apporté une aide, à hauteur de 47% du surcoût par rapport à un camion ordinaire. La société publique Agglobus a elle commandé trois bus qui rouleront dans le Saumurois et Agglopropreté a commandé une benne pour le ramassage des ordures ménagères. « L’idée est qu’en proposant sur le territoire ce service les gens achèteront des véhicules GNV. Aujourd’hui les pompes ne sont pas très développées donc les gens ne se sont pas positionnés sur ce marché, » explique Aurélie Kaminski, chef de projet. En effet l’autonomie de ces véhicules est légèrement inférieure à celle d’un véhicule classique, il faut donc créer un réseau et le renforcer. « L’autonomie de ce camion est donnée pour 500 kilomètres contre quasiment le double pour certains autres camions, il faut donc adapter les trajets et recharger plus souvent, mais ce n’est pas une très grosse contrainte » précise un conducteur. Cependant cette technologie rejette 80% de moins de particules dans l’atmosphère. Il y a actuellement 8 station en Pays de la Loire comme celle-ci, l’objectif est que dans les 5 prochaines années 14 autres soient construites.

La méthanisation, circuit court et économie circulaire

L’unité de méthanisation de Chacé devrait quant à elle voir le jour à la fin du mois de février, pour une première injection de gaz dans le réseau en avril. Le fonctionnement nécessitant quelque temps avant de commencer à produire du gaz. Pour ce faire il faut tout d’abord alimenter les cuves avec des déchets alimentaires et agroalimentaires (mauvaises herbes, fruits, lisier, céréales…), tous ces déchets proviennent d’entreprises ou d’agriculteurs locaux. Puis tout cela est chauffé à 40 degrés environ et brassé par de grandes pales, il faut 60 à 80 jours pour que la matière soit dégradée. Durant ce temps on récupère le gaz qui émane de ces déchets. Le résidu qui reste une fois le gaz extrait s’appelle le digestat, celui-ci va être utilisé comme engrais par les agriculteurs qui participent à ce réseau. Les avantages sont nombreux, il y a tout d’abord une économie de faite par les agriculteurs, ensuite il n’y a plus d’odeur comme pour le lisier et enfin ce résidu n’est pas lessivable et ne laisse donc pas de nitrate dans les nappes phréatiques. Le digestat permettra d’épandre sur 300 hectares par an. Ensuite viens la dernière phase qui est celle de l’épuration, le gaz qui en ressort est composé à 55%, 65% de méthane le reste est du CO2 et du H2S (la particule odorante). Il y a donc une étape de séparation qui permet de récupérer un gaz composé à 97,5% de méthane. Il peut ensuite être injecté dans le réseau. Un projet est en cours d’étude et devrait être mis en place dans le courant de l’année 2020 afin de récupérer le CO2 et le redistribuer aux maraichers qui l’utilisent pour leurs plantations.

1 500 foyers alimentés en gaz

Ce gaz est en effet injecté dans le réseau de GRDF et donc mélangé au gaz « normal ». Mais cette production de biogaz qui permet à SEVE de labelliser sa station biognv. « Cela fonctionne comme pour l’électricité verte, on revend à GRDF et on rachète ensuite, mais notre gaz est injecté dans le réseau » précise Lucien Gerbier. Cette unité permettra de produire 200m3 par heure, soit l’alimentation de 1 500 foyers environ. Ce Biogaz permettra de fournir les entreprises voisines qui sont de grosses consommatrices de gaz, mais également la station de Saumur. L’investissement de cette unité s’élève à 4,5 millions d’euros. La Région a pour ambition d’ici 2023 de créer 100 unités de méthanisation venant s’ajouter aux 73 déjà existantes en Pays de la Loire. Le tout pour un budget prévisionnel de 500 à 700 millions d’euros. Cela permettra à terme de créer environ 300 emplois, mais surtout de produire un gaz plus propre, avec un objectif de 30% de biogaz en Pays de la Loire d’ici 2030.


Article du 17 septembre 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


2 commentaires :


Commentaire de GEORGES LE SAINT 17/09/2019 17:33:05

Prout ...!



Commentaire de re prout 18/09/2019 07:38:10

Ou comment faire avaler la pilule qui pu a la population.ca pue ca risque de te peter a la gueule mais c'est du gaz propre.Alors la que dire,chacun culpabilise et reprend deux fois des pois pour contribuer a faire gonfler la membrane.



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI