Longué-Jumelles. Le personnel du Centre Hospitalier toujours dans le flou

Mercredi 18 septembre, une réunion publique a été organisée au Centre Hospitalier de Longué-Jumelles. Il a été question de l’avenir et de la reprise de l’établissement. L’inquiétude est grandissante quant à l’idée de passer au secteur privé.


Une cinquantaine de personnes était présente hier à la réunion publique organisée au Centre Hospitalier de Longué-Jumelles par les syndicats et le personnel au sujet de la future reprise de l’établissement. La grande question qui reste en suspens depuis de longues semaines (relire notre article) pour les employés est : l’hôpital va-t-il passer au secteur privé ou restera-t-il public ? Mais personne n’aura reçu de réponse ce mercredi 18 septembre. En effet, au plus grand désespoir des équipes du centre hospitalier, l’ARS (Agence Régionale de Santé) n’a pas encore donné de réponse, elle avait communiqué qu’elle donnerait une réponse aux alentours du 20 septembre, mais à Longué on n’y croit pas. « Je ne pense pas que l’on aura notre réponse le 20, on devait déjà nous donner une réponse à la fin de l’été et nous n’avons toujours rien, ils ne font que repousser l’échéance » s’exclame Corinne Meignant, déléguée CGT et aide-soignante. Pourtant, le personnel de l’établissement a à de nombreuses reprises relancé l’ARS et le Conseil départemental.

Des conditions de travail et d'accueil impactées

Vendredi, une réponse devrait donc normalement être donnée : soit le site de Longué restera au public avec un regroupement dans le GHT (Groupement Hospitalier Territorial), avec une fusion avec le CH de Saumur, les deux établissements étant déjà en direction commune. Soit dans le deuxième cas le site passera au secteur privé, notamment au groupe LNA Santé qui se serait positionné sur le dossier. Il y a une crainte générale du passage au privé, tout d’abord parce que le personnel devrait quitter le régime public, entrainant la perte de quelques avantages : « Si cela arrivait, nous ne serions certainement pas repris au même tôt salarial, et moi qui suit proche de la retraite, je pense que mon ancienneté ne serait pas prise en compte » s’inquiète Sabine Dubois Assistante médico-administrative. Par ailleurs, selon la CGT, cela entrainerait une hausse considérable du prix de journée pour les patients. « Nous sommes un établissement qui reçoit beaucoup de personnes âgées dépendantes au sein de notre Ehpad. En plus de ça, nous sommes un des établissements les moins chers de la région. Le prix de journée aujourd’hui au minimum à 67 euros pourrait augmenter de plusieurs dizaines d’euros. Cela n’est pas envisageable, un peu moins de la moitié des patients bénéficie d’une aide sociale, ils ne pourront suivre cette augmentation » indiquent les délégués CGT.

Un déficit lié à la construction

Cette tension et cette incertitude créent des conditions de travail loin d’être favorables. « Nous ne pouvons faire notre métier, comment anticiper lorsque l’on ne connait pas l’avenir de notre établissement, sans projet. On ne peut pas acheter de nouveau matériel dont on aurait besoin, on ne peut pas gérer les recrutements et les mutations, si c’est pour dans quelques mois devoir écumer les rangs » explique une cadre de santé. Selon toutes les personnes présentes à cette réunion, le déficit important de l’établissement ne serait pas dû aux frais de fonctionnement, mais bien à un déficit structurel depuis la création : « Il y a eu de gros problèmes lors de la construction et cela a été un gouffre. Depuis la création l’ARS verse de l’argent pour que l’on puisse tourner. Depuis 2014, se sont 6 millions d’euros qui ont été versés, aujourd’hui l’ARS ne verse plus rien et l’établissement s’est stabilisé. Il ne reste plus que les frais de construction à rembourser, cela veut bien dire que le site et son fonctionnement sont viables. Nous payons pour des erreurs qui ne sont en aucun cas les nôtres et qui ont été faites à la création de ce projet » dénoncent les équipes.

A suivre...


Article du 19 septembre 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


4 commentaires :


Commentaire de Pauvre mémé! 19/09/2019 14:03:10

Outre les doutes qui concernent le personnel de l'hôpital, c'est surtout encore un service public local qui pourrait disparaître. Longué n'est pas qu' un EPHAD. C'est aussi du long séjour et de la convalescence. Alors quand votre grand père aura une opération dont il doit se remettre il faudra en faire des bornes pour lui rendre visite... et si vous pensiez encore avoir une maison de retraite pas trop chère pour vos parents, grands parents, pas trop loin de chez eux, oubliez, on passera de 1800€/mois à 2500€/mois Quand on aura plus de service public... bref merci aux gens qui se battent pou



Commentaire de longuéen 20/09/2019 13:05:52

merci a Mr mortier pour son mutisme sur le sujet.Cela va nous permettre de nous faire une idée ou une confirmation sur le personnage ainsi qu'a sa capacité a gérer les crises.les elections sont en mars c'est a dire bientôt.



Commentaire de Perplexe 20/09/2019 18:48:03

Mr Mortier est plus habitué à créer des crises qu'à les gérer. Davantage pyromane que pompier...Et avec la réputation qu'il s'est fait, sa voix ne porte sur aucun sujet sérieux. Ce n'est plus un interlocuteur capable de peser ailleurs que dans sa commune. Le meilleur service qu'il peut rendre dans ce dossier à Longué est de se faire oublier. Il ne tardera pas à accueillir à bras ouvert les repreneurs privés, si ceux-ci arrivent à leur fin. Il n'est qu'à lire le CR de conseil municipal pour voir sa préférence.



Commentaire de Frédéric Mortier 24/09/2019 10:51:27

Je vous invite plutôt à nous rejoindre au prochain conseil municipal....



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI