Chinon. Zoom sur une brigade cynophile de la centrale

11, c’est le nombre de chiens qui se relayent tous les jours pour la sécurité du site chinonais. A l'occasion de la journée mondiale des animaux, le groupe EDF de la centrale de Chinon a proposé un focus sur un duo bien particulier œuvrant chaque jour à la sécurité du site : l’agent cynophile et son chien ! Rencontre avec Léonard de Prosegur et Pharell pour découvrir ce métier.

Léonard et Pharell forme une brigade cynophile de la centrale de Chinon


Issu d’une famille où les chiens ont toujours été à la maison, on peut dire que Léonard a toujours baigné dans le milieu canin. Après une carrière dans l’armée où il a été amené à être en contact avec les chiens (travail de pistage avec les pompiers ou avec le 132e régiment d’infanterie cynotechnique) c’est tout naturellement qu’il s’est dirigé par la suite vers la formation d’ASCCI (Agent de Sécurité Conducteur de Chien d’Intervention) pour continuer à associer passion des chiens et sécurité dans les entreprises. Arrivé sur le site en 2017, Léonard a alors tout de suite formé un binôme avec Pharell. Un malinois âgé de cinq ans qui a eu une bonne étoile puisqu’il a été secouru par la SPA. Proposé ensuite au centre de formation des chiens de détection explosifs, Pharell a passé les examens haut la patte et se voit retenu pour démarrer l’apprentissage.

Comment forme-t-on les chiens ?

Chaque agent possède deux chiens à sa charge en règle générale, où chacun des chiens a un domaine de prédilection : la détection d’explosif ou le pistage. En matière de détection d’explosif les chiens sont formés pendant trois à quatre mois en centre. Amené sous la forme de jeu, les chiens doivent être capables de retrouver la substance puis d’adopter un comportement passif en opérant un marquage (le plus souvent en étant assis) pour signaler à leur maître la présence d’une substance anormale. Les chiens sont alors capables de retenir jusqu’à 40 matières olfactives différentes. Concernant le pistage, c’est Léonard qui est en charge de former les onze chiens du site à être en capacité à remonter une trace olfactive laissée par un humain ou un objet (piste pouvant aller jusqu’à 4 km).

Et une journée type pour une équipe cynophile

Rythmé entre contrôles des véhicules entrant (contrôle des roues et pneus, du bas de caisse et de l’intérieur), des livraisons au magasin relais, des colis suspects ou bien d’heures de formation pour faire une « mise à jour des apprentissages » toutes les six semaines, les journées de ce binôme sont riches et se concluent à chaque fois par des retrouvailles au domicile. En effet, chaque cynophile possède ces chiens aussi dans la vie personnelle. Plus qu’un outil de travail c’est un réel binôme de vie. En tout, ce sont six binômes qui se relayent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour assurer la sécurité du site.


Article du 13 octobre 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité � 600...

 

 


Créez votre article ! ICI