Saumur. L'épicerie sociale a fêté ses 1 an !

Véritable lieu d'accueil, d'écoute et d'échanges, l'épicerie sociale de Saumur située dans le quartier du Chemin Vert vient de fêter ses 1 an d'existence.


Une étude de territoire menée en 2015 par le CCAS a permis de constater que l’aide alimentaire distribuée par les partenaires associatifs se concentrait uniquement en secteur Nord de Saumur et en Centre Ville. Pour pallier aux problèmes de distance et d’accessibilité, le CCAS s’est lancé dans le projet d’ouvrir une épicerie sociale. Projet réalisé le 3 octobre 2018. Le but était de créer un nouveau dispositif de lutte contre la précarité alimentaire, en complément des autres aides et dispositifs du CCAS. Ainsi a été mis en place un espace de vente de 50m², aménagé en libre service, comme un commerce classique, avec un espace de stockage de 30 m2.

Lieu d’accueil, d’écoute et d’échanges

Sur les 77 foyers inscrits entre le 3 octobre 2018 et le 30 septembre 2019, près de la moitié sont bénéficiaires du RSA. Mais sont concernés également les travailleurs et retraités à faibles revenus, les étudiants sans ressources. Le profil majoritaire des clients de l’épicerie sociale sont des femmes seules, bénéficiaires du RSA, avec ou sans enfant. Ces personnes sont orientées vers l’Épicerie sociale par des agents du CCAS de la Ville de Saumur ou par travailleurs sociaux de la Maison des Solidarités, CAF, UDAF, Habitat solidarité, CMP, Alia, Mission locale.

Conditions d'accès

Les conditions d’inscription à l’épicerie sociale répondent à des critères financiers conformément au règlement des aides facultatives. Les candidats doivent également présentés un projet personnel en lien avec l’insertion sociale, professionnelle ou d’amélioration des conditions de vie et de logement. Les projets les plus fréquemment présentés sont régler une facture impayée ou une créance SH en vue d’une demande de mutation, acheter du mobilier, de l’électroménager, financer des heures de conduite, faire réparer sa voiture, rembourser un découvert bancaire, financer des études, des vacances ou acheter un mobilier, de l’électroménager Ainsi, les clients bénévoles de l’épicerie sociale s’engagent à des actions de bénévolat pendant de 3 à 18 mois comme le déchargement des livraisons, la mise en rayon, le ménage ou les collectes. Les agents de l’épicerie sociale ont constaté que les clients les plus investis sont ceux qui réalisent le plus rapidement leur projet. 79 % des projets ont été menés à terme.

Fonctionnement

L’espace de vente au public est ouvert le mercredi de 9h30 à 12h30 et le jeudi de 14h30 à 18h30. L’épicerie sociale fonctionne grâce à un travailleur social à mi-temps qui gère l’accueil, les inscriptions, l’accompagnement social, la gestion du bénévolat … et à un logisticien à mi-temps qui gère l’espace de vente et de stockage, le suivi des stocks, les commandes, les livraisons, la tenue de la caisse et l’ encadrement des bénévoles. Les clients bénévoles peuvent faire leurs courses une fois par semaine, sur rendez-vous. Le décompte de leurs achats se fait grâce à la carte à code barre.
Volume de denrées vendues du 1/10/18 au 30/9/19 : 14 T 657

Activités complémentaires

En lien avec l’espace Jacques Percereau des activités et actions complémentaires sont proposées aux clients de l’épicerie sociale :
- Atelier couture :Confection de sacs à légumes
- Atelier cuisine : les légumes anciens, le poisson
- Atelier signalétique : panneaux plastifiés pour l’épicerie
- Animation chandeleur à l’épicerie
- Forum précarité énergétique
- Vente de kits maîtrise énergie
- "Parkour santé"

Projets en cours

Toujours dans l’objectif d’aider le public de l’épicerie social de nouveaux projets sont à l’essai comme le prêt d’électroménager et d’ustensiles de cuisine, l’appropriation d’une parcelle de 150 m2 dans les jardins familiaux du Champs Dufour. Pour ce dernier projet, le CCAS lance un appel à bénévoles pour encadrer une équipe de jardinier en herbe. Si vous aimez jardiner et que vous êtes libre quelques heures par semaine, contactez le CCAS au 02 41 83 31 62

Infos pratiques : 925 rue François Mitterrand à Saumur - Ouvert le mercredi de 9h30 à 12h30 et le jeudi de 14h30 à 18h30 – Tel.02 41 53 51 55


Article du 21 octobre 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


8 commentaires :


Commentaire de Superdeg 21/10/2019 11:28:54

Est-ce qu'on est obligé de travailler pour rien pour en profiter?



Commentaire de 79 % des projets ont été menés à terme?. 21/10/2019 12:56:21

Je n'ai rien contre aider les autres mais s'il faut considérer comme étant des projets ce qui suit, je ne comprends plus rien; Ce ne sont pas des projets mais des acquis sociaux. >>> " Les projets les plus fréquemment présentés sont régler une facture impayée ou une créance SH en vue d’une demande de mutation, acheter du mobilier, de l’électroménager, financer des heures de conduite, faire réparer sa voiture, rembourser un découvert bancaire, financer des études, des vacances ou acheter un mobilier, de l’électroménager"



Commentaire de Lounya 21/10/2019 20:33:59

Bien ! mais trop d'aides ne poussent pas toujours ces personnes à chercher du travail et à se sortir de leurs difficultés . Certains en profitent un peu trop !



Commentaire de ASSISTÉS 22/10/2019 11:53:44

Ah l'être humain sans honte en profitera toujours tant qu'il y aura des associations qui considère que le monde doit être solidaire.



Commentaire de Peu importe 22/10/2019 13:17:30

Ce n'est pas en multipliant les aides que l'on motive les gens à se sortir les doigts du c.l ! Il ya déjà les restau du cœur pour ça, qui au passage ont bien du mal à trouver des bénévoles pour s'occuper des potagers...



Commentaire de Très déçu... 24/10/2019 16:24:58

Parlons des bénévoles!!!! quand vous donnez de votre temps la moindre des choses serait d'être reconnu et respecté ce n'est pas le cas chez Emmaüs ou l'on vous traite comme des moins que rien par la personne qui en et à la tête....et après cela on pleure et on prie pour que les bénévoles reviennent, belle mentalité....



Commentaire de @très déçu 24/10/2019 17:40:10

Surtout que Emmaüs a amplement les finances pour créer un peu plus d'emplois. Le bénévolat, c'est bien mais cela tue aussi des emplois.



Commentaire de Marie France 25/10/2019 16:34:23

Pour qu'Emmaüs puisse embaucher il faudrait déjà baisser le salaire du directeur et arrêter d'embaucher des chefs!!!! la vie est belle pour le moment mais jusqu'à quand? l'abbé Pierre doit se retourner dans sa tombe....je croyais que c'était pour subvenir aux plus démunis? je suis naïve !!!!!!!!!!!!!!!



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité � 600...

 

 


Créez votre article ! ICI