1er novembre à Saumur : Rassemblement des coquelicots

Depuis octobre 2018, des citoyens de divers horizons continuent de se regrouper tous les premiers vendredis de chaque mois sur les places de France pour parler de présent et d'avenir sans pesticides chimiques. Prochain RDV à Saumur ce vendredi 1er novembre.


L'appel des coquelicots se diffuse pour demander l'interdiction immédiate des pesticides chimiques qui empoisonnent nos sols, notre air, notre eau, nos corps. "En même temps, nous demandons l’accompagnement des agriculteurs, viticulteurs et éleveurs pour entrer dans cette transition car nous savons la difficulté du chemin. Nous sommes nombreux à vouloir cette amélioration pour notre terre, pour la biodiversité, pour notre santé. L'intérêt de l'appel des coquelicots est de nous regrouper pour nous rendre visibles. A ce jour, la pétition nationale compte près de 960 000 signatures" (plus d'infos sur le site https://nousvoulonsdescoquelicots.org)

"A Saumur, nous échangeons nos informations, avec convivialité, lors d'un temps de libre débat et nous demandons à un intervenant de développer, pendant une vingtaine de minutes, un thème qu'il choisit."
Ce vendredi 1er novembre, Stéphanie Dagon nous propose une rétrospective du parcours de Fabrice Nicolino, journaliste et chroniqueur qui, avec son confrère, François Veillerette, a écrit le livre "nous voulons des coquelicots" point de départ de l'appel en septembre 2018. Le dernier livre de Fabrice Nicolino s'intitule "Le crime est presque parfait" et étudie en profondeur une nouvelle famille de pesticides, les SDHI, dont les risques pour la santé et la biodiversité sont potentiellement immenses. Nous évoquerons également ce sujet.

Infos pratiques : vendredi 1er novembre à partir de 18h place Bilange à Saumur - Contact possible : coquelicots-saumur@orange.fr


Article du 29 octobre 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quelle est la première lettre de cette question ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI