Edito de Michel Choupauvert : Longué... Un hôpital sous perfusion. Pourquoi ?

C'est fait ! La ministre Agnès Buzyn a rendu son verdict... Le gouffre de Longué restera dans le giron de l'État. À quelques mois d'une élection, elle ne créera pas un précédent en cédant au privé son hôpital public en faillite. Le déficit structurel annuel annoncé serait au moins de 500 000 euros. Est-ce le prix pour maintenir des services de soins à la campagne. Mais pour quelles prestations ? Et comment en est-on arrivé là ?


Cette histoire de l'hôpital de Longué, cela sent le scandale et la gabegie financière à plein nez... Souvenez-vous, nous sommes en 2015 et les entreprises qui travaillent à la construction du nouvel hôpital de Longué se plaignent de ne pas être payées. Je croyais avoir compris que quand on a un projet de construction, on prépare des plans, consulte des entreprises, des banques... Et bien, à priori, cela ne s'est pas passé comme ça à Longué. Une ou des personnes, qu'on ne verra peut-être jamais derrière la barre d'un tribunal, se sont trouvées fort dépourvues quand les factures sont venues. Cette ou ces personnes,qu'on ne verra peut-être jamais derrière la barre d'un tribunal, ne s'étaient pourtant pas gênées pour signer des bons de commande pour un montant de 20 millions d'euros pour avoir un bel hôpital tout neuf à Longué. Mais faute d'argent pour boucler la construction, l'Agence Régionale de Santé (ARS) est intervenue pour demander au Conseil Départemental de cautionner un prêt afin de payer des entreprises qui n'avaient jamais pu imaginer qu'on puisse réussir à construire un hôpital sans financement...

117 ans pour payer

Le rapport de la Cour des Comptes (relire le résumé ici) au titre évocateur « Un établissement sous survie artificielle » signale pudiquement que les "les démarches pour l’obtention de prêts ont été inadaptées. (...) Pour maintenir à tout prix un hôpital à Longué-Jumelles". C'est fait et la Cour des comptes avait comptabilisé en 2016 qu'il faudrait 117 ans pour payer. Quand on sait qu'un bâtiment public a une durée de vie de 35 ans...

4 millions d'euros

L’établissement, qui aurait cumulé plus de quatre-millions d’euros de déficit et qui perdrait 600 000 € par an selon ce que j'ai pu lire, ne serait pas en mesure de retrouver sa rentabilité. Alors, le Conseil Départemental qui porte sa caution comme une épée de Damoclès a lancé avec l’Agence régionale de Santé des Pays de la Loire un appel d'offres pour résoudre son équation financière... Et... l'État a fait marche arrière et l'a renvoyé à ses chères études.... C'est la deuxième fois que cela arrive en peu de temps. La dernière fois, c'était le ministre de l'Éducation Nationale qui avait dit non pour la fermeture du collège Yolande d'Anjou à Saumur.

Un hôpital doit-il être rentable ?

C'est la question qu'on peut se poser. On peut aussi la formuler autrement : Quel service à la population justifie un déficit annuel de 600 000 € ? Des accouchements ? De la pédiatrie ? De la chirurgie ? Non, voici les services qui y sont prodigués selon le site internet de la ville de Longué : Service soins de suite et de réadaptation - Unité de soins de longue durée et un EPHAD. C'est pratique pour les habitants de pouvoir aller voir leurs proches en convalescence. Personnellement, je n'appellerai pas ça un hôpital, mais une maison de santé.

La ministre a donc tranché et le modèle de faillite d'hôpital en zone rurale est maintenu. Reste à être clair et savoir quels seront les services innovants que l'ARS et le GHT vont proposer. Il faut juste savoir pourquoi une structure dépense de l'argent. Cela peut être justifié. Mais s'il s'agit seulement de garder le nom "hôpital", sans les services qui vont avec, pour que la commune de Longué-Jumelles ait tout d'une grande... Cela ne sert à rien.

Michel Choupauvert

PS : Est-ce que quelqu'un connaitrait une association à même d’interroger le ministère public pour qu'on sache ce qui s'est passé, à la barre d'un tribunal, pour la construction de cet hôpital ? Et puis, si cette association avait aussi envie de poser la question pour l'Abbaye de Fontevraud, on pourrait vérifier si la Cour des Comptes s'est trompée aussi, non ?


Article du 09 novembre 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


7 commentaires :


Commentaire de ce qui s'est passé? 09/11/2019 13:56:50

ce qui s est passé c est que le Maire de LonguéET SON EQUIPE MUNICIPALE DE L EPOQUEont voulu se faire "mousser" pour assouvir un ego de citrouille géante et qu aujourd'hui on est au pied dumur...on est d accord pour la privatisation parce que cela permet de cacher la misère.



Commentaire de Stéphane c 09/11/2019 17:21:13

Absolument et il avait en plus deux nanards a Saumur qui avaient la folie des grandeurs et aucune notion d'argent et encore moins public.aujourd'ui cela ne se passerait pas comme ça.il est vrai qu'il y a un sérieux ménage à faire.



Commentaire de Superdeg 10/11/2019 11:11:56

Normalement avec une carte de presse on peut aller interroger le ministère public et la Cour des Comptes, sinon la liberté de la presse n'existe plus, à moins que je me trompe



Commentaire de Qui peut saisir la justice ? 11/11/2019 16:05:06

Peuvent saisir la justice suite au rapport de la chambre régionale des comptes celles et ceux qui estiment avoir subi un préjudice. desirent - t- ils la vérité? . La commune de longue pour sa garantie, le conseil départemental, l'ARS, le ministère, Les organisation syndicales,...



Commentaire de contrepoints "extraits" 13/11/2019 10:29:55

Il n’empêche que l’histoire de l’hôpital de Longué-Jumelles, mélange détonnant d’incurie des pouvoirs publics et de folie des grandeurs d’élus en mal de beaux équipements, en rappelle beaucoup d’autres du même genre. Comme à Notre-Dame-des-Landes, comme au musée des \\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\"Confluences de Lyon, comme dans le projet du Grand Paris , comme dans l’affaire des faux steaks hachés – la liste s’étire à l’infini – des fonctionnaires et des élus prennent des décisions grandioses sur des sujets pour lesquels ils n’ont aucune responsabilité financière personnelle.\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\"



Commentaire de et une population sous haute surveillance ouest france 31/10 13/11/2019 16:08:52

Frédéric Mortier, maire (sans étiquette, il vient de quitter Debout la France), est un petit cachottier. On apprend seulement cette semaine, à la faveur d’une réunion consacrée mercredi à la participation citoyenne, qu’il a pris cet été, un arrêté municipal visant la délinquance juvénile. Plus prosaïquement, on parle de couvre-feu. Le maire de Longué-Jumelles n’en est pas à son coup d’essai puisqu’il avait déjà signé un arrêté similaire à l’été 2011. F M explique sa discrétion afin d’éviter d’être «« traité d’extrémiste » » et ne pas être submergé par une vague médiatique .



Commentaire de et une population sous haute surveillance 2 13/11/2019 16:11:09

décision du Prince, aucune information au conseil municipal. Mr Mortier prend ses concitoyens pour des gueux ?



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI