Edito de Michel Choupauvert : Appel à bénévoles aux restos du coeur. Mais pourquoi ?

Je ne sais pas si ce que je vais écrire est politiquement correct. Mais comme j'aime bien provoquer... Je le fais et je me dis que certains d'entre vous me corrigeront et m'expliqueront pourquoi je n'ai pas raison. C'est la saison annuelle des appels à bénévoles aux Restos du Coeur. Mais mon questionnement est simple : pourquoi faire appel à autant de bénévoles alors qu'il y a des bénéficiaires qui pourraient participer. On ne pourrait pas créer une appli pour ça ? Je reçois, donc je donne ?


Il y a parfois des paradoxes qui me laissent pantois. Cet appel à bénévoles des Restos en fait partie. Voici quelques exemples que je regarde avec circonspection ces derniers temps. La jeunesse, en premier inquiète pour le devenir de sa terre, mais qui écoute les discours de Gréta Thunberg en podcast sur le net sans avoir conscience que les datas centers sont les plus gros pollueurs de la planète. Dans le genre, il y a aussi la Chambre de Commerce et d'Industrie de Maine et Loire qui met en place un système d'économie circulaire pour favoriser le bizness intra régional, mais, en même temps propose dans le package, de faire appel au Cèdre, une centrale d'achat qui n'a rien de local. Mais pas du tout... Il y a aussi les agglos de Maine et Loire qui viennent de signer un investissement de 16 millions avec Derichebourg environnement pour faire un méga centre de tri optique qui va mettre sur le carreau des dizaines de salariés qui pourraient rejoindre le RSA. On se crée du chômage au nom de la rentabilité. Remarquez, les agglos ont raison, elles gèrent en bon père de famille le traitement des déchets, mais dans leur système, elles n'ont pas pris en compte le coût social du chômage qu'elles vont créer.... Pour elles, ce n'est pas un problème, le RSA ne sort pas de leurs poches, mais de celles du Conseil Départemental. Mais aussi un peu de nos impôts aussi ? Non ?

Et les bénévoles des Restos du coeur, me direz-vous ?

J'ai le plus grand respect pour les bénévoles des Restos du Cœur, ils s’engagent à rendre un service désintéressé aux personnes en difficulté. Une vraie éthique avec des objectifs humains. Mais je me dis qu'on n'est pas à un paradoxe près. J'ai pu remarquer qu'une des démarches des travailleurs sociaux était d'aider la population à reprendre le chemin d'une activité. Dans le département du Bas-Rhin, qui a été précurseur pour le maintien du RSA pour ceux qui acceptaient de participer au travail saisonnier des vendanges, on a constaté que le nombre de personnes touchant cette aide avait baissé de 25 % après cette mesure qui pousse à retrouver le chemin du travail. Efficace. Pourquoi l'association des Restos ne s'engagerait-elle pas dans une voie qui aiderait à remettre les populations en difficulté vers la voie de l'activité ? Je te donne ça, mais tu donnes ça... Tu viens travailler aux jardins du coeur pendant ton temps disponible ou tu gardes des enfants de personnes en difficultés pour qu'elles puissent être actives ?

C'est peut-être trop simple. Sur les bancs de la fac, je me rappelle avoir lu un essai sur le don de Marcel Mauss qui expliquait très bien cette idée de donner, recevoir et rendre. Pour éviter de courir après les bénévoles les Restos du Coeur, pourquoi ne pas faire une appli pour quantifier tout ça : un kilogramme de carottes, c'est 10 min de jardin ou 20 minutes de couture ?

Mais peut-être que je me trompe...

Michel Choupauvert


Article du 16 novembre 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


27 commentaires :


Commentaire de Bénévole 16/11/2019 10:50:46

Pour vous répondre a vous Mr Choupauvert sachez que cela existe déjà des bénéficiaires qui sont également bénévoles !!!



Commentaire de @Bénévole 16/11/2019 14:47:03

Donc c'est possible, alors pourquoi ne pas recruter encore plus chez les bénéficiaires?



Commentaire de Exactement 16/11/2019 15:08:36

"je reçois, donc je donne" exactement ce qu'il faut faire et pas qu'aux restos du Cœur. Bravo au Bas-Rhin! Ils ont tout compris même si cela aurait dû être mis en place en France dès le début de cette attribution. Mais bien sûr pour certains dits de gauche, il ne faut jamais rien demander au risque d'être qualifié de "méchant." Mais comment, les personnes en difficulté peuvent-elles se réintégrer si on les maintient dans l'assistanat continuellement?



Commentaire de Exactement (suite) 16/11/2019 15:19:00

Pour l'appli que vous suggérez, pas tout à fait d'accord car cela doit polluer aussi, non? Je proposerais plutôt: vous venez aider chacun à tour de rôle et seulement après vous repartez avec des provisions et un petit plus par reconnaissance. Cela ferait comprendre que tout n'est pas un dû et que derrière ces dons, il y a des personnes altruistes et généreuses qui donnent de leur temps et de l'argent.



Commentaire de Bénévole. 16/11/2019 20:42:29

Effectivement, les bénévoles-bénéficiaires existe déjà. La remise sur le chemin du travail des bénéficiaires est aussi la politique de l’épicerie sociale gérée par la mairie de Saumur. Tout ceci existe et est connu des principaux concernés. Votre édito est caduque.



Commentaire de Heureusement 17/11/2019 05:09:02

Et bien heureusement que cela existe les bénévoles bénéficiaires. L'edito n'est pas caduque. Tant que le principe du don et contre don ne sera pas généralisé, on maintiendra les gens dans l'assistanat.



Commentaire de Peu importe 17/11/2019 07:36:42

Si ça existe déjà, pourquoi il y'avait un article sur les restaus du cœur qui recherchaient des bénévoles pour s'occuper de leur potager... C'est sans doute trop dur et plus facile de repartir avec ses légumes sans aider...



Commentaire de d'accord !!! 17/11/2019 10:19:37

je connais des personnes qui ne vont pas aux restos du coeur par dignité , alors vous me direz , dignité mal placée !!! peut-être mais si les bénéficiaires en effet s'investissaient peut-être qu'il y aurait plus de bénéficiaires bénévoles dignes !!! ou alors je ne comprends plus rien à la pauvreté !!!



Commentaire de Boucher 17/11/2019 10:37:55

Attention il y a parmi les bénéficiaires des restos des personnes qui subissent des contraintes sociales difficiles. Et qui n'ont pas le ressort pour effectuer une action au service des autres. Par contre et la, je vous rejoins, des qu'une action benevole est possible, c'est une magnifique occasion de se valoriser de développer du lien social, du savoir faire et du savoir être.



Commentaire de Superdeg 17/11/2019 10:47:55

Tout a fait d'accord avec cet édito, un repas c'est l'équivalent d'une demie heure de SMIC, 1% de RSA, un demi paquet de cigarette, un jeu de grattage, un ticket de PMU, deux grille de loto, deux demi de bière....Dans les grandes surfaces on remarque les cas sociaux: ils ne respectent pas la nourriture ils ne la reposent pas ils la jettent la nourriture dans les rayons, ou ils l'abandonnent n'importe où, ou s'ils la font tomber la poussent sous les rayons, à la sortie des restos du coeur font le tri et en jettent la moitié, et oui c'est comme ça!



Commentaire de HENTSCHEL Nicole 17/11/2019 11:28:01

j\'ai 70 ans, et suis entièrement de votre avis merci pour vos commentaires avisés



Commentaire de Cebenvrai 17/11/2019 14:52:26

Dans la vie rien n'est dû tout se mérite. Pourquoi apprend-on un jeune enfant à dire merci alors qu'on ne l'exige pas d'un adulte ? Aux restos du coeur, qu'apprend-on aux bénéficiaires sinon les jours et heures d'ouverture de l'établissement avec quoi en échange : rien. Quand on va s'y faire inscrire, on vous fait miroiter ce à quoi votre situation vous donne DROIT mais on ne vous parle pas de votre DEVOIR DE RECONNAISSANCE envers la société. A aspire ou Emmaüs, les bénéficiaires donnent de leur temps c'est pourquoi je donne chez eux (pour leur rôle éducatif) et jamais aux restos du coeur.



Commentaire de Cabaret 17/11/2019 15:03:14

S'agit-il vraiment de restos ? Ne pourrait-on pas en créer un vrai avec une équipe de bénéficiaires pour les preparer les légumes, une pour le service, une pour la vaisselle avec rotation. Chaque participant retrouverait sa dignité en rendant service à la collectivité et en apprenant à faire la cuisine.



Commentaire de Perplexe 17/11/2019 18:29:19

A vous lire Mr Chapouvert on pourrait aussi délivrer des cartes de bons citoyens, et jeter dehors celles et ceux qui ne répondent pas aux critères...imposés par qui? Vous? Une commission de la.bonne.citoyenneté. Oui, il y a certainement des abus, des profiteurs, des fainéants. Mais la misère sociale incite surtout à se faire discret, et pour aider l.autre , s'engager dans une démarche solidaire, il faut être sacrément bien dans sa tête. Réinsérer est un vrai travail, et on peut difficilement demander aux bénévoles des resto d'aider davantage les beneficiaires à reprendre pieds dans la société. Donner est un acte gratuit, qui n'attend rien en retour. Tant mieux si certains peuvent rendre à leur tour. Doit-on laisser mourir de faim les autres, leurs enfants, les personnes âgées? On engage une milice pour dénicher les tricheurs? Et puis en quoi le fait que l'on recherche des bénévoles vous dérange? Vous n'êtes pas tranquille avec votre conscience? Personne ne vous oblige. Ceux qui donnent sont peut-être des gens qui ont quelque chose à rendre, de plus ancien, de la chance qu'ils ont eu, d'une main tendue dans leur enfance.



Commentaire de Patrick 17/11/2019 19:22:07

Et bien voilà, on a retrouvé un clivage politique. D'un côté l'assistanat et de l'autre le mérite



Commentaire de Politiquement 17/11/2019 19:35:50

Vous avez eu raison de prévenir. Ce n'est pas politiquement correct. Mais tellement vrai



Commentaire de PAG 17/11/2019 19:56:20

Un commentaire indigne et un seul … comme par hasard, celui de Superdeg!



Commentaire de barnabe 17/11/2019 21:42:56

Voila un sujet très sensible, attention à la réaction des "rézo sossiaux"



Commentaire de @Perplexe 18/11/2019 09:36:35

Vous abusez car s'il est vrai que certains bénéficiaires ne sont pas aptes à aider, sur la quantité des personnes aidées, il y en a une grande majorité qui peut rendre ce service de bénévolat. Et qui vous parle de les laisser mourir de faim? Quant à la discrétion de la misère sociale, elle a quasiment disparu exceptée chez une petite minorité. Ces personnes bénéficiaires conseillées par les associations savent très bien réclamer "leur dû" "leur droit" pour certains ou bien "les aides" pour d'autres et cela fait la différence.



Commentaire de Perplexe 18/11/2019 10:54:29

A @perplexe, vous semblez très bien connaître le sujet. Vous travaillez sans doute dans l'action sociale, ou bien êtes vous vous même engagé dans une association pour pouvoir dire que les «bons pauvres» sont minoritaires. Vous avez peut-être des statistiques? Sur quel critere juge t-on que quelqu'un est apte à aider? Encore une fois, ce n'est pas aux bénévoles des restos du coeur de faire ce travail difficile de réinsertion. On se trompe de débat...par facilité, démagogie, voire populisme. C'est tellement rassurant de taper sur plus faible que soit., sur le petit, celui qui est «sorti de la route».



Commentaire de @Perplexe 18/11/2019 14:56:41

Il n'est pas question de "taper sur le plus faible ou le plus petit" il est question de les aider un peu plus. Bien sûr que les restos du coeur ne peuvent pas prendre en charge la totale réinsertion des personnes mais encourager les bénéficiaires à aider leur serait bénéfique. Ils se sentiraient utiles et valorisés. Les restos du coeur en plus de leurs dons auront eux-aussi accompli un premier pas pour la réinsertion de ces personnes. Chez emmaüs et aspire, ils ont bien repéré les personnes qui pouvaient aider et cela se passe ainsi alors pourquoi chez les restos est-il si difficile à



Commentaire de Superdeg 18/11/2019 17:36:24

Si dire la vérité c'est de l'indignité et bien je suis indigne



Commentaire de PAG 19/11/2019 11:33:56

A S-D: Quand vous écrivez:" les cas sociaux: ils ne respectent pas la nourriture ils ne la reposent pas ils la jettent la nourriture dans les rayons, ou ils l'abandonnent n'importe où, ou s'ils la font tomber la poussent sous les rayons," Avez vous des preuves? Avez vous des noms? Ou s'agit-il de fantasmes nécessaires à notre argumentation?



Commentaire de BÉNÉVOLES 19/11/2019 19:24:18

Venez voir comment ça se passe à Saumur .Nous avons une grande majorité de retraités , nous ne vous avons pas attendu pour prendre des bénéficiaires..Quand aux jardins du coeur, il y a 16 contrats d'insertion. Sinon pour info nous avons des ateliers recherche d'emploi avec des BNV formés.Un bureau d'accès aux droits pour aider les plus démunis à récupérer leur droits, ce bureau forme des stagiaires. Atelier cuisine avec bénéficiaires et jeunes d’unicité,jardin de proximité avec bénéficiaires.un atelier couture.. A très bientôt Mr "je sais tout"



Commentaire de @BÉNÉVOLES 20/11/2019 08:48:05

Alors pourquoi recherchez-vous des bénévoles tous les ans et pourquoi Perplexe dit que c'est impossible de prendre des bénéficiaires comme bénévoles et que le rôle des restos n'est pas d'assurer la réinsertion?



Commentaire de BÉNÉVOLE 20/11/2019 11:17:54

Perplexe devrait lire la charte des BNV et, si d'autres BNV sont recrutés, c'est que les actuels vieillissent, il faut donc pourvoir et anticiper leurs départs pour la bonne marche de l'association. Très bonne journée à vous



Commentaire de A @Bénévoles 20/11/2019 21:53:06

Pour répondre à Perplexe notamment, il a jamais impossible de prendre des bénéficiaires, c'est faux, il y a dans plusieurs centres des bénéficiaire, bénévoles et cela dans plusieurs activités autre que celle de la distribution Cette polémique est inutile



page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Quel est le nom du site où vous vous trouvez ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI