Saumur. Une expérimentation unique en France aux Ecoles Militaires pour observer l'état des soldats

Depuis le 18 novembre et jusqu'au 29 novembre, une équipe mandatée par l’état-major de l’armée de Terre et composée d’industriels et scientifiques (Physip, Agueris, INSERM, Faurecia et l’Agence Innovation Défense) est aux écoles militaires de Saumur (EMS) pour mener une expérimentation nommée COGNISIM.


Le projet a pour objectif de développer et valider une méthode d’évaluation de l’état cognitif, c’est-à-dire la charge mentale et le stress, à partir de l’analyse de l’activité cérébrale lors d’exercices effectués sur simulateurs. Cette expérimentation unique en son genre consiste à mettre en situation des sujets militaires sur un simulateur créé spécialement pour le projet afin d’évaluer la charge cognitive et le stress pendant l’entrainement en simulation. Les participants à cette expérimentation exécutent des tests sur ordinateur, puis sur un simulateur de tir en engin blindé avec ses commandes de mise en œuvre et de tir dans une représentation virtuelle 3D. Le principe est simple, en théorie, cliquer sur des points rouges de plus en plus rapidement tout en recevant un autre commandement auditif. L’exercice se complexifie et l’entrainée reçoit de plus en plus d’informations pour le pousser dans un état de surcharge.

L’école de Cavalerie, idéale pour l’expérimentation

L’étude repose sur l’expérimentation et nécessite donc la participation de nombreux sujets civils et militaires. 20 militaires des EMS seront ainsi testés et à partir du mois de janvier 2020 une quarantaine de civils passeront ce même test. « L’État-Major a proposé à l’école de cavalerie de recevoir cette expérimentation pour plusieurs raisons, tout d’abord parce que nous utilisons beaucoup de simulateurs lors de nos entrainements et parce que nous avons ici un personnel déjà habitué et formé à ces dispositifs », indique le Lieutenant-Colonel Xavier de l’école de Cavalerie. Il s’agissait donc du lieu idéal pour la réalisation de cette expérimentation pour Régis La Combe (photo ci-contre) de la société Agueris qui développe des simulateurs : « Nous avons ici les sujets idéaux pour nos expérimentations, par ailleurs il nous est possible d’effectuer des tests sur des grades différents ce qui offre un panel beaucoup plus intéressant pour cette étude. »

De multiples applications

Ce projet aura dans plusieurs années des applications diverses, à la fois dans le domaine militaire, mais aussi dans le civil. « On peut très bien imaginer intégrer ce dispositif dans les casques des militaires afin que les opérateurs sachent en temps réel l’état des soldats sur le terrain. Il est aussi envisageable de l’adapter dans un siège de voiture ou pour les contrôleurs aériens », explique l’ingénieur en chef de l’Agence Innovation Défense (AID), Emmanuel Gardinetti. Mais pour le moment les équipes de recherches auront encore à perfectionner le système en enlevant des capteurs et en miniaturisant cette technologie. « Nous en sommes seulement à la phase de collecte des informations. Nous avons aujourd’hui beaucoup d’éléments de lectures comme la variation des pupilles, le rythme cardiaque… Le but est à terme d’avoir une seule ligne de lecture simplifiée pour les instructeurs qui leur indique le niveau de charge mentale de l’individu », ajoute Emmanuel Gardinetti.


Article du 27 novembre 2019 I Catégorie : Vie de la cité

 


Il n'y a pas de commentaire à cet article. Soyez le premier !


page-precedente

Ajoutez un commentaire à cet article :

 

Les commentaires ne seront pas corrigés.
Ceux comportant des mots grossiers ou portant atteinte à l'intégrité des individus n'étant pas publics ne seront pas publiés.
La courtoisie n'empêche pas la libre expression, nous vous rappelons aussi que le débat s'enrichit d'idées et non de critiques aux personnes.

 

(n'apparaîtra pas
sur le site)

(Email)


Si vous ne réussissez pas à mettre un commentaire, pensez à mettre votre navigateur internet a jour. Pour déposer un commentaire vous devez avoir javascript actif.

Me prévenir si un autre commentaire est déposé pour cet article.

Combien de pattes a un chat à trois pattes ?

 

Votre commentaire sera publié après modération.

Pour faciliter la lecture des commentaires, la longueur des commentaires est réduite et le nombre de caractères est limité à 600...

 

 


Créez votre article ! ICI